Marche des Solidarités
Nous, familles des victimes, MigrantEs, ImmigréEs, contre les violences policières, contre la chasse aux migrantEs et aux sans-papiers, contre le racisme d'Etat et le ciblage de la jeunesse et des quartiers populaires, pour la vérité, la justice, la dignité, l'égalité, la liberté, contre les lois d'exception et pour le retrait du projet de loi Macron-Collomb Asile et Immiogration, on appelle toutes et tous à marcher le 17 mars à Paris.
Abonné·e de Mediapart

177 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 mars 2020

13 mars - 21 mars : On était là, on est là, on sera là !

En solidarité avec les réfugiéEs en Grèce et avec les antiracistes et les antifascistes nous avons manifesté ce vendredi 13 mars de l’ambassade de Grèce jusqu’au Ministère des Affaires étrangères.

Marche des Solidarités
Nous, familles des victimes, MigrantEs, ImmigréEs, contre les violences policières, contre la chasse aux migrantEs et aux sans-papiers, contre le racisme d'Etat et le ciblage de la jeunesse et des quartiers populaires, pour la vérité, la justice, la dignité, l'égalité, la liberté, contre les lois d'exception et pour le retrait du projet de loi Macron-Collomb Asile et Immiogration, on appelle toutes et tous à marcher le 17 mars à Paris.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En solidarité avec les réfugiéEs en Grèce et avec les antiracistes et les antifascistes nous avons manifesté ce vendredi 13 mars de l’ambassade de Grèce jusqu’au Ministère des Affaires étrangères.

Nous avons exprimé notre révolte contre la situation inhumaine et dramatique faite aux migrantEs et contre le cynisme de Macron qui n’a pas eu un mot pour les réfugiéEs mais apporte son soutien aux gouvernements grecs et bulgares pour les aider… à fermer leurs frontières.

Alors que la police cherchait à encadrer « au contact » la manifestation nous avons menacé de bloquer tant que les cordons ne s’éloignaient pas, ce que nous avons obtenu sous les cris de « police partout, justice nulle part ».

Les annulations de toutes les manifestations prévues ce week-end, tombées pendant la journée, ont certainement semé la confusion sur cette manifestation maintenue. Nous étions quand même une centaine pour cette mobilisation annoncée en 48 heures et répéter : « On est là ! »

Une chose est sûre : on voudrait nous faire croire que le monde s’arrête pour stopper la propagation d’un virus. Mais ce qui ne s’arrête pas ce sont les sales logiques de ce système qui utilise en plus la situation pour renforcer la propagation des virus nationalistes, racistes et sécuritaires.

Alors on était là et on sera là ! 

D’une manière hypocrite et toute macroniste, (le terme "j'invite" est particulièrement "savoureux" pour celles et ceux qui savent comment les "relations" avec la préfecture fonctionnent) le ministre de l’intérieur, Castaner a indiqué que les manifestations n’étaient pas interdites : « Les mobilisations et les rassemblements dans la rue ne sont pas interdits car il ne faudrait pas laisser penser qu'au nom d'un motif sanitaire, le débat politique serait clos mais en même temps, j'invite chacun et chacune, et les préfets le feront systématiquement quand il y aura des déclarations, à reporter ces mobilisations ».

La dernière réunion d’organisation collective de la Marche des Solidarités aura lieu ce lundi. C’est dans ce cadre que seront prises toutes les décisions sur son maintien et ses modalités. Pour ceux et celles présentEs hier cette manifestation est plus importante que jamais.

On est là !

Pour faire de votre quartier, votre foyer, votre lieu de travail une zone de solidarité et une zone antiraciste et antifasciste utilisez les affiches, les tracts ou/et les autocollants du 21 mars !

Disponibles à

ATMF - 10 rue Affre - métro La Chapelle ou Barbès

Union Solidaires - 31 rue de la Grange aux Belles - métro Colonel Fabien ou République

Fasti - 5! rue des Amandiers - métro Père Lachaise

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux