Marche des Solidarités
D’où que l’on vienne, où que l’on soit né·e, Notre pays s’appelle Solidarité
Abonné·e de Mediapart

193 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 août 2022

Marche des Solidarités
D’où que l’on vienne, où que l’on soit né·e, Notre pays s’appelle Solidarité
Abonné·e de Mediapart

Contre le racisme et le fascisme, il faut reprendre le chemin de St Bernard

C'était il y a 26 ans. Un mouvement de grève. Puis des mois d'occupation par celles et ceux qui allaient se renommer « sans-papiers ». Puis une mobilisation anti-raciste et anti-fasciste mettant en crise le Front National. Il faut reprendre le chemin de St Bernard ! Manifestation ce samedi.

Marche des Solidarités
D’où que l’on vienne, où que l’on soit né·e, Notre pays s’appelle Solidarité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A l'appel des Collectifs de Sans-Papiers et de la Marche des Solidarités

Contre le racisme et contre le fascisme

Il faut reprendre le chemin de St Bernard !

MANIFESTATION

Samedi 20 août - 15H00 - Porte de Clignancourt

C’était quelques semaines après le grand mouvement de grèves contre la réforme des retraites de décembre 1995.

De février à août 1996, à Paris, des centaines d’étranger·e·s « clandestins » sortent en pleine lumière, occupent des églises, des gymnases, un entrepôt de la SNCF pour obtenir leurs papiers.

Ils et elles seront expulsé·e·s violemment de l’église St Bernard par la police le 23 août 1996 mais celles et ceux qui se sont renommé·e·s « sans-papiers » viennent de lancer un mouvement de collectifs sur tout le territoire soutenu par des centaines de milliers de personnes.

Quelques mois plus tard 150 000 personnes manifestent contre le projet de loi Debré, du nom du ministre de l’intérieur, qui veut durcir la loi contre l’immigration.

En juin 1997 la défaite électorale de la droite conduira à la régularisation de plusieurs dizaines de milliers de sans-papiers.

Et fin 1997, 50 000 manifestent à Strasbourg contre le congrès du Front National qui va connaître la plus grosse crise de son histoire.

Nous savons toutes et tous que ce chemin n’est pas allé au bout. Ce qui se présentait alors comme la gauche a repris la logique de la droite refusant la régularisation globale des sans-papiers puis durcissant la chasse aux immigré·e·s. Comme elle a repris sa logique libérale de casse sociale.

A terre mais pas mort le Front National a bénéficié de tous ces reculs et de la surenchère raciste pour se relever.

Et nous voilà, 26 ans après, avec 89 député·e·s fascistes à l’Assemblée, des inégalités qui ont augmenté et un pouvoir qui continue la surenchère raciste et sécuritaire. « Etrangers délinquants », « double peine », expulsion d’un imam, Darmanin construit l’autoroute du fascisme. 

Face à cela il faut reprendre le chemin de St Bernard, le chemin de la lutte pour l’égalité et pour la liberté !

Non à la double peine, justice pour tou·te·s

Fermons les Centres de rétention, liberté pour tou·te·s !

Régularisation de tou·te·s les sans-papiers, égalité pour tou·te·s !

Français·e·s-Immigré·e·s, solidarité : même patron, même combat !

Anzoumane Sissoko, porte parole de la Coordination des Sans-Papiers Paris 75, qui avait participé à l'occupation de l'église saint-bernard en 1996, appelle à manifester samedi 20 aout à 15h ! © Campagne Antiracisme et Solidarité

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod