Marche des Solidarités
Nous, familles des victimes, MigrantEs, ImmigréEs, contre les violences policières, contre la chasse aux migrantEs et aux sans-papiers, contre le racisme d'Etat et le ciblage de la jeunesse et des quartiers populaires, pour la vérité, la justice, la dignité, l'égalité, la liberté, contre les lois d'exception et pour le retrait du projet de loi Macron-Collomb Asile et Immiogration, on appelle toutes et tous à marcher le 17 mars à Paris.
Abonné·e de Mediapart

177 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 déc. 2020

Marche des Solidarités: Si ce n’est pas aujourd’hui, quand?

Journée Internationale des Migrants : nous y sommes. Et ce 18 décembre nous allons manifester, malgré toutes les entraves, à Paris comme dans 60 autres villes en France. Pour la liberté de circuler tout simplement. Et pour l’égalité et des papiers et des logements pour touTEs. Dernières infos et attestation ci-dessous.

Marche des Solidarités
Nous, familles des victimes, MigrantEs, ImmigréEs, contre les violences policières, contre la chasse aux migrantEs et aux sans-papiers, contre le racisme d'Etat et le ciblage de la jeunesse et des quartiers populaires, pour la vérité, la justice, la dignité, l'égalité, la liberté, contre les lois d'exception et pour le retrait du projet de loi Macron-Collomb Asile et Immiogration, on appelle toutes et tous à marcher le 17 mars à Paris.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sur le lieu de départ de la manifestation à Toulouse

Les rendez-vous dans toute la France sont là :

Carte interactive : https://marche-des-sans-papiers.org

Liste villes et rendez-vous : https://blogs.mediapart.fr/marche-des-solidarites/blog/091220/18-decembre-liberte-egalite-papiers 

Appel et 270 organisations signataires : https://blogs.mediapart.fr/marche-des-solidarites/blog/181120/acte-4-des-sans-papiers-liberte-egalite-papiers

A Paris – 18H00 Richelieu-Drouot

La manifestation est autorisée.

- Départ Richelieu-Drouot (constitution du cortège Boulevard Haussmann) – Accès possible par Opéra

- La manifestation passera par les Grands Boulevards – Strasbourg-St-Denis – Boulevard de Sébastopol – Châtelet – Rue de Rivoli vers Hôtel de Ville

Pour permettre de participer à la manifestation autorisée jusqu’à 20H00 – heure du couvre-feu – et couvrir les trajets de retour en toute sécurité, des formulaires d’attestations dérogatoires seront publiés dans la matinée sur tous les réseaux sociaux de la Marche (sur ce lien et sur pages facebook de la Marche et fils twitter, Instagram). Voir ci-dessous.

Seront aussi diffusés par les mêmes canaux les noms d’avocats et numéros d’urgence à contacter pour tout problème éventuel. Voir ci-dessous.

Les collectifs de Sans-papiers et la Marche des Solidarités dénoncent toutes les entraves mises à la liberté de manifester à l’occasion de cette journée, la possibilité même de s’exprimer étant désormais soumise au stylo du préfet et aux matraques de la police.

Depuis lundi le préfet de Paris a publié deux arrêtés d’interdiction :

- L’un, vexatoire, empêchant le départ à Opéra et couvrant une centaine de mètres sur le boulevard conduisant de Opéra à Richelieu-Drouot sous prétexte de protection des commerces tout en obligeant la manifestation à se former Boulevard Haussmann… où se trouvent les grands magasins !

- L’autre, sur demande de la maire de Paris, pour interdire l’accès au parvis de l’Hôtel de Ville à l’arrivée de la manifestation et à tout rassemblement « dans le cadre de la Journée Internationale des Migrants » pendant le week-end

Nous dénonçons l’hypocrisie de la Mairie de Paris et des proclamations de sa maire pour faire de Paris une « ville refuge » : ces proclamations ne valent que tant que les migrantEs et les Sans-Papiers restent invisibles et ne viennent pas à sa porte. Nous rappelons que l’indignation de la Mairie lors de l’expulsion violente des migrants de la Place de la République ne s’est traduite par aucun acte concret : les migrants sont toujours à la rue.

Face à cela nous demandons à touTEs de se mobiliser ce vendredi, aux côtés des collectifs de Sans-Papiers et de toutes les organisations qui les soutiennent à Paris comme dans le reste du pays.

Un recours contre les interdictions a été déposé au Tribunal Administratif de Paris dont l’audience aura lieu en urgence ce vendredi après-midi avant le début de la manifestation.

En raison du froid et des conditions sanitaires, pensez à venir avec habits chauds et masques. Et toute votre détermination. Merci.

Avocats et Legal Team :

AVOCAT-E-S(retenir le nom et le lieu) :

Franck LEVY (Barreau 93) 06 44 08 18 51)
Justine MALLET (Barreau du 75) 01.55.80.57.40
Henri Braun (Barreau du 75) 01 46 07 85 44

Pour les urgences, si un·e proche se fait interpeller, appeler le 07 52 95 71 11.

Attestations (remplir le premier document et se munir aussi du second) :

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85