Marche des Solidarités
D’où que l’on vienne, où que l’on soit né·e, Notre pays s’appelle Solidarité
Abonné·e de Mediapart

207 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 déc. 2022

Marche des Solidarités
D’où que l’on vienne, où que l’on soit né·e, Notre pays s’appelle Solidarité
Abonné·e de Mediapart

Loi Darmanin : comment gagner ?

Nous avons manifesté le week-end des finales de la coupe du monde. Car le 18 décembre était aussi la Journée Internationale des migrants et migrantes. Nous savons bien que ça ne suffira pas. Mais nous pensons que ce qui s’est passé dans la rue ce week-end montre qu’on peut faire échec au projet de loi Darmanin. Si, seulement, si...

Marche des Solidarités
D’où que l’on vienne, où que l’on soit né·e, Notre pays s’appelle Solidarité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous avons manifesté le week-end des finales de la coupe du monde. Car le 18 décembre était aussi la Journée Internationale des migrants et migrantes. 

Nous savons bien que ça ne suffira pas. Mais nous pensons que ce qui s’est passé dans la rue ce week-end montre qu’on peut faire échec au projet de loi Darmanin. Et que la mobilisation nécessaire pour cela serait un pas de géant pour renverser la vapeur contre la prolifération du racisme et le danger fasciste, obtenir des victoires pour les Sans-papiers et remettre au cœur de nos quartiers et lieux de travail l’égalité des droits et la solidarité.

Le calendrier est déjà fixé entre les premiers pas du projet de loi (en janvier) et sa présentation à l'Assemblée en mars-avril. Cela nous donne trois mois pour monter en puissance. 

Si les manifestations du 18 décembre sont le point de départ, nous savons bien que les chiffres sont modestes. Mais les bases d’une mobilisation nationale existent.

Car, malgré le froid, le début des vacances de Noël et la focalisation sur le foot, des rassemblements et manifestations ont eu lieu sur tout le territoire ce week-end, contre le projet de loi Darmanin, en solidarité avec les Sans-Papiers et migrants et migrantes, contre le racisme, pour l’égalité des droits, pour la solidarité.

Strasbourg

On ne peut pas en faire toute la liste mais, regroupant des dizaines parfois, souvent des centaines, des rassemblements et manifestations ont eu lieu à Menton, à Briançon, à Sète, à Perpignan, à Montbéliard, à Romans, aux Sables d’Olonne, à Lannion, à Ouistreham, à Bourg-en-Bresse, à Beauvais, à Clermont-Ferrand, à Foix, à Valence comme dans toutes les plus grandes villes, de Bayonne à Lille, Rouen, Grenoble, Lyon, Marseille, Toulouse, Montpellier, Bordeaux, Nantes ou Rennes. A Strasbourg la préfecture avait tenté d’empêcher la manifestation mais a dû reculer.

A Paris aussi les conditions n’étaient pas idéales. Une manifestation par un froid polaire, un dimanche matin. Et pourtant ça aura été une des plus fortes mobilisations pour un 18 décembre.

La composition de la manifestation est une base pour la suite, Sans-Papiers nombreux dans les collectifs de Sans-Papiers, dans les cortèges syndicaux, de Solidaires et de la CGT, dans le cortège du Collectif des livreurs mais aussi de nombreux et nombreuses jeunes, un cortège féministe, des collectifs locaux… Et de la Porte de La Chapelle à République en passant par Barbès toute la manifestation a été animée, rageuse et festive des cortèges de tête à ceux de fin. Symptomatique, près de 30 000 autocollants thématiques contre la loi Darmanin ont été pris.

Autre élément pour la suite. A part exceptions, les luttes des Sans-Papiers comme celles des quartiers sont autant invisibilisées médiatiquement que politiquement. Une partie du plafond a été brisé ce 18 décembre, sans doute à cause (grâce) à la conjonction entre polémiques sur la coupe du monde, futurs JO de Paris et projet de loi immigration de Darmanin. Outre l’AFP des articles ont été rédigés sur la manifestation parisienne par des journalistes de Libération, France 24, TV 5 Monde, Médiapart, Bondy Blog, Bastamag…

Nous savons que les portes des « grands » médias ne sont pas les plus ouvertes pour nos combats et pleines de pièges. Elles ne sont pas un substitut à nos propres moyens de communication. Mais elles doivent être poussées pour créer un mouvement massif.

Alors, à tous ceux et toutes celles qui n’ont pas encore renoncé nous lançons cet appel :

Nous pouvons faire échec à la loi Darmanin qui est une loi directement contre les Sans-Papiers et migrants et migrantes, en réalité contre toutes et tous les étrangers et étrangères, une loi raciste. Mais qui est aussi une loi contre tous et toutes les travailleurs et toute la société (voir argumentaire).

Cela est possible, ce week-end l’a montré, mais nécessitera une mobilisation considérablement supérieure. Une mobilisation active et d’opinion, de centaines de milliers d’entre nous. Dans chaque quartier, dans chaque lieu de travail. Une mobilisation qui regroupe, dans toute leur diversité, avec toutes leurs différences, collectifs de Sans-Papiers, syndicats, associations. Différents modes d’action, de mobilisation, d’interpellation. Différents registres, revendicatifs, intellectuels, culturels, juridiques etc.

Nous collectifs de la Marche des Solidarités nous appelons tous et toutes à se coordonner pour pousser dans le même sens. Nous n’avons pas tous et toutes les mêmes ressources. Mais additionnées nos ressources sont considérables.

Le lundi 9 janvier nous organisons une réunion nationale, en présence physique au local du syndicat Solidaires à Paris, pour toutes les organisations nationales et de la région parisienne et par zoom pour tous les cadres de mobilisation dans les régions. Nous invitons toutes les organisations qui le souhaitent, quelles que soient les divergences, de toute nature, sans cadre préétabli, à participer, pour discuter de comment se coordonner pour faire échec au projet de loi Darmanin.

Nous proposerons aussi, en fonction du calendrier des différentes mobilisations, d’une date nationale de manifestations de rue dans les mois prochains.

Le 20 janvier nous appelons toutes celles et tous ceux qui veulent s’informer et s’impliquer à une assemblée de mobilisation à la Bourse du travail de Paris (salle Hénaff à 18H00). Nous invitons tous les cadres locaux qui ont organisé des manifestations le 18 décembre à prévoir dès que possible des assemblées localement.

Nous appelons déjà, les uns, les unes et les autres à commencer dès début janvier à multiplier, partout, à petite échelle, quartier par quartier, école par école, foyer par foyer, lieu de travail par lieu de travail, des réunions d’information sur la loi Darmanin. Discutez-en avec vos voisins et voisines, vos collègues, vos amis et amies. Demandez si besoin à des associations comme le Gisti, la Cimade, les Asti, aux collectifs de Sans-Papiers, aux syndicats de vous indiquer les ressources d'arguments voire d’envoyer quelqu’un présenter le projet. Allez sur les sites de ces associations et syndicats, sur le site de la Campagne Antiracisme et Solidarité pour récupérer du matériel, des arguments, des contacts.

Dernière chose. Le gouvernement d’Emmanuel Macron a décidé d’avancer au pas de charge. Des lois sont passées ou en train d’être finalisées sur de multiples fronts, logement, chômage, police. Une attaque sur les retraites est programmée. Il n’y a pas besoin d’analyse très fine pour voir la logique globale de ces attaques : baisse des droits sociaux, atomisation et mise en concurrence de toutes et tous, précarisation des conditions de travail et de ressources et criminalisation des pauvres en général, des étrangers et étrangères et de celles et ceux qui résistent.

Face à cette logique globale de nombreuses organisations, syndicales, associatives et politiques annoncent leur volonté de riposter à l’attaque sur les retraites. On ne peut que s’en réjouir. Et tout mouvement réel porte avec lui de très larges potentialités d’émancipation dépassant ses objectifs revendicatifs initiaux.

Mais il faut une volonté pour que le combat social s’articule avec d’autres luttes et notamment le combat contre la loi Darmanin. A défaut il existe des forces déjà bien trop fortes dans ce pays qui peuvent surfer sur la colère sociale pour l’entraîner vers le racisme et le nationalisme.

Infliger une défaite de grande envergure à Macron et Darmanin, redonner de l’espoir, repousser le racisme et isoler les fascistes, tout cela est possible. C’est maintenant.

#ContreDarmaninEtSonMonde
#SolidaritéLibertéÉgalitéPapiers
#SolidaritéAntiraciste
#RégularisationdesSansPapiers
#égalitédesdroits

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte