Marche des Solidarités
D’où que l’on vienne, où que l’on soit né·e, Notre pays s’appelle Solidarité
Abonné·e de Mediapart

199 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 avr. 2020

Marche des Solidarités
D’où que l’on vienne, où que l’on soit né·e, Notre pays s’appelle Solidarité
Abonné·e de Mediapart

Contre la bombe sanitaire, un appel des Sans-Papiers

Ce samedi des Sans-Papiers avaient décidé de sortir. Pour dire leur désespoir et leur colère. Pour simplement faire savoir et lire leurs revendications. Mais la police est venue. Communiqué et vidéo ci-dessous.

Marche des Solidarités
D’où que l’on vienne, où que l’on soit né·e, Notre pays s’appelle Solidarité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce samedi des Sans-Papiers avaient décidé de sortir. Pour dire leur désespoir et leur colère. Pour simplement faire savoir et lire leurs revendications.

Une quarantaine d’entre eux de la Coordination Internationale des Sans-Papiers et MigrantEs (CISPM), de la Coordination de Paris (CSP75), du collectif de Paris 20 (CSP Paris 20), du collectif des Baras (Montreuil) et de plusieurs foyers de Paris ont convergé vers le bâtiment du Ministère de l’intérieur situé près du Cour de Vincennes.

Ils avaient prévu de se rassembler à 17H avec masques et distances physiques pendant une dizaine de minutes seulement pour lire un appel intitulé « Foyers, Centres de rétention, Sans-papiers, des mesures immédiates contre la bombe sanitaire ».

Mais 5 mns avant, alors qu’un groupe était déjà arrivé à proximité, de nombreux cars de police sont arrivés, sirènes hurlantes pour « sécuriser » l’endroit. Les Sans-papiers arrivés sur place ont pu s’en aller. Les autres groupes, sur le point d’arriver ont pu être prévenus et trois soutiens ont eu des amendes contre lesquelles nous ferons des recours.

Un des groupes de Sans-papiers s’est retrouvé un peu plus loin et a décidé, coûte que coûte, d’enregistrer la vidéo ci-dessous.

A un des soutiens qui leur demandait s’il n’était pas juste d’agir pour soutenir des personnes en danger de mort les policiers ont répondu « ce n’est pas votre métier ». Et à la question « et si personne ne fait rien, on laisse mourir ? » : « c’est le confinement ».

L’action, symbolique, avait été organisée avec des mesures de confidentialité minimales. Elle avait été annoncée la veille sans détails de date ni de lieu sur la liste de la Marche des Solidarités. Par erreur le jour avait même été diffusé sur une liste locale. Les rendez-vous avaient été donnés au travers de plusieurs échanges téléphoniques.

C’est un test. Une preuve supplémentaire qu’en ces temps de confinement, la police et le pouvoir sont bien plus soucieux de la répression de toute contestation que de la vie des Sans-Papiers et de notre santé.

Nous en tiendrons compte tout en veillant que les précautions nécessaires d’organisation ne soient pas un obstacle aux discussions et décisions collectives.

L’appel lu par les Sans-Papiers et une représentante syndicale dans cette vidéo va être diffusé publiquement dans les jours qui viennent avec une liste de signataires de collectifs sur tout le territoire, de la vallée de la Roya à celles de l’Ariège, de villages du Gard aux anciens bassins miniers du Nord, des Côtes de l’Armor à la frontière du Rhin et de nombreux quartiers des métropoles ainsi que de nombreuses associations, syndicats et organisations politiques.

Il se conclut par un appel à participer à toutes les initiatives qui seront prises à l’occasion du 1er mai et à une journée de manifestations le samedi 30 mai « selon des modalités tenant compte de la situation et des mesures de distanciation physique ».

L'appel sera notamment consultable ici même. N'hésitez pas à le relayer mais surtout à rejoindre les collectifs et initiatives existants, à en construire, à organiser, là où vous êtes une mobilisation pour le 30 mai, à en imaginer les formes, à nous le faire savoir.

A 1mn40 les revendications et à 2mns55 les appels 

Appel des sans-papiers contre la bombe sanitaire © 20eme Solidaire avec tou.te.s les migrant.e.s

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes