Un spectre hante l'Europe, le spectre de Merkozy. Monstre à deux têtes, nouveau patron-marionnette de l'oligarchie financière européenne et mondiale, chien de garde des hommes d'affaires chinois, Merkozy a décidé que le peuple grec n'avait pas le droit de s'exprimer et de décider s'il voulait payer ou pas les dettes qu'il n'a sûrement pas contribué à créer. La violence des aboiements de Merkozy - unie avec la faiblesse et les défaillances du gouvernement grec - ont poussé Papandreou à retirer son projet de referendum, un projet certes risqué mais qui avait toute sa légitimité démocratique. Peu importe les raisons de politique intérieure ou les calcules politiques qui avaient poussé Papandreou à jouer la carte du referendum, le peuple grec avait tout le droit de s'exprimer. La démocratie consiste-t-elle toujours à donner la parole au peuple et à lui permettre de choisir son futur? L'Europe que Merkozy nous propose n'est pas sociale ni véritablement démocratique. L'Europe de Merkozy est un chaudron bouillonnant gouverné par une restreinte oligarchie financière qui fait uniquement ses intérêts (chinois). Pour cela je suis convaincu que la seule vraie révolution de ce 2011 a été celle de l'Islande. Les Islandais ont refusé de payer les dettes des banques privées, ils ont refusé de payer pour les fautes qui n'ont pas commis. Voilà ce qu'est la démocratie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.