Marco Cesario
Journaliste, Auteur
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

3 Éditions

Billet de blog 8 oct. 2018

"Nous sommes tous Mimmo Lucano", le maire insoumis, symbole de l'accueil des migrants

A Riace, sud de l'Italie, 5.000 personnes ont défilé sous les notes de Bella Ciao en solidarité avec le maire suspendu de ses fonctions pour avoir accueilli des migrants. Le modèle Riace, qui inclut migrants et réfugiés, est un exemple d'intégration

Marco Cesario
Journaliste, Auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au moins cinq mille personnes ont envahi Riace hier en signe de solidarité avec Mimmo Lucano, le maire du village calabrais qui est devenu un symbole de l'accueil des migrants pour avoir crée un système d'intégration dans un village qui était jusqu'a la en voie de désertification. Pour cela s'est retrouvé en résidence surveillée, accusé d'avoir soutenu l'immigration illégale.

Les charges

Le maire a été arrêté dans le cadre d'une opération appelée "Xenia". Les charges retenues à l'encontre de Lucano sont: complicité à l'immigration clandestine et mandat frauduleux au service de collecte des ordures, mais toutes les charges les plus graves initialement prévues par le ministère public de Locri ont été écartés, notamment les détournements de fonds, la fraude contre l'État et les extorsions.

Le modèle Riace

A Riace, les migrants sont logés dans des maisons inhabitées et bénéficient d'un prêt gratuit, et l'argent alloué par le ministère est remis à des coopératives, qui incluent des migrants et des rapatriés, qui donnent aux réfugiés et aux demandeurs d'asile la possibilité d'apprendre un métier grâce à des " bourses de travail ", qui leur fournissent un petit salaire.

Les bonus - une sorte de bons qui peuvent être utilisés dans les entreprises participantes - sont utilisés pour permettre aux clients du système Riace de faire des achats et de gérer leur propre ménage. Au fil du temps, ce système a souvent profité non seulement aux réfugiés et demandeurs d'asile inclus dans les projets Sprar, mais aussi à nombre d'entre eux qui, à la fin du programme, ont décidé de rester à Riace pour se construire une nouvelle vie.

"Nous sommes tous des clandestins, Mimmo libre"

A la manifestation en solidarité du maire ont défilé les réfugiés de Riace, des comités, des associations, des syndicats comme l'Usb, le Cobas,  CGIL, Potere al Popolo, Refondation communiste, comités et associations étudiants, les ONG locales et nationales, les environnementalistes, les féministes, les associations antimafia, mais surtout beaucoup de citoyens non organisés. "Mimmo ne s'arrête pas". A  Riace, ce n'est pas qu'un slogan. C'est une promesse, une bataille civile de toute la société. 

@marco_cesario

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Orpea ou les chasseurs d’or de la silver-économie
Le livre de Victor Castanet va peut-être contribuer à ce que cesse la prise en charge lucrative des personnes âgées dépendantes. Pourtant, les critiques et enquêtes, ces dernières années, n’ont pas manqué. Autres chroniques : quelque chose de pourri au Royaume du Danemark, la violence inouïe des discours Zemmour/Le Pen sur la suppression des allocations familiales aux familles immigrées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Lettre à mes octogénaires
Salut les grands parents, c’est moi. C’est moi, celle que vous attendez et que vous croyez affairée. Celle qui ne passe pas le portillon du bout du jardin, celle qui trouve autre chose à placer avant, toujours.
par Soldat Petit Pois
Billet de blog
La maltraitance dans les Ehpad : fatalité ou surdité profonde des autorités ?
Puisse le combat de nombreuses familles de résidents en Ehpad[1], relayé par la Presse, soit enfin suivi d’effet … Aujourd’hui, nous apprenons l’audition du Directeur Général d’un Groupe gérant une chaîne de maisons de retraite et attendons avec intérêt le résultat des investigations. Pour illustrer cette actualité, voici un témoignage parmi tant d’autres…
par Claudia CANINI
Billet de blog
Entre maltraitances et dividendes, Orpea n'a pas hésité
La sortie du livre de Victor Castanet « Les fossoyeurs » publié chez Fayard, rouvre le débat de la façon dont nos sociétés traitent les plus vulnérables, ici les personnes âgées. A travers cette question, c'est aussi celle des financements publics au sein de structures privées qui cherchent prioritairement la profitabilité.
par Muriel Dugas-Andriocci