"Libertà!" Le cri des prisonniers italiens pris au piège de l’épidémie de Covid-19

Tentatives d'évasion dans 27 prisons, à Palerme, Modène et Milan. Six morts et des dizaines de blessés. Le gouvernement propose l'assignation à résidence pour les personnes proches de la fin de la peine.

Résultat de recherche d'images pour "prigionieri tetto prisioni coronavirus"

Le Coronavirus sème la panique dans les prisons italiennes. Depuis quelques jours des émeutes ont éclaté un peu partout dans les établissments pénitentiaires de la peninsule:  les détenus demandent plus de garanties sanitaires et ont mal digéré la brusque suspension des visites de leur famille. Le renforcement des mesures visant à contenir le coronavirus a rendu la vie des prisonniers plus difficile. De nombreux prisonniers demandent une amnistie au gouvernement, compte tenu de l'urgence, ou des garanties sanitaires, et en l'absence d'autres mesures, l'assignation à résidence. Mais le gouvernement piétine.

Une révolte a éclaté à Modène, dans la prison de Sant'Anna, et a causé six décès parmi les detenus et des nombreux blessés. Le ministère de l'iintérieur a ouvert une enquête pour déterminer les causes des décès : selon les premières informations, cela était dû au fait que, pendant le soulèvement, ils se sont emparés de l'infirmerie et ont fait une overdose de drogue. Les prisons concernées par les émeutes seraient 27 selon le syndicat de la police pénitentiaire.

Un soulèvement est en cours de résolution dans la prison de Foggia où se trouveraient plus de 50 prisonniers évadés. Grâce à la médiation d'un officier de police, les prisonniers sont retournés dans leurs cellules. L'incendie qui s'est déclaré devant l'entrée de la prison a été éteint par les pompiers. Les parents des détenus de la cour extérieure avaient demandé aux détenus de retourner dans leur cellule. Au moins sept détenus ont pu s'échapper, dont certains ont déjà été retrouvés et bloqués. De nombreux détenus escaladent les portes du périmètre de la prison. La police, les carabiniers et personnel de l'armée sont sur place.

Une tentative d'évasion a également eu lieu à la prison de l'Ucciardone à Palerme. La prison est entourée de carabiniers et de policiers en tenue anti-émeute. Les rues autour de l'ancienne prison de Bourbon sont fermées. La nuit dernière, une émeute a également été déclenchée à Pagliarelli, la deuxième prison de Palerme.

Au cris "Liberté ! Liberté !" une émeute est en cours à la prison de San Vittore à Milan avec plusieurs détenus qui ont grimpé sur le toit de la prison.  D'autres émeutes, qui ont ensuite été réprimées, ont éclaté hier dans les prisons de plusieurs villes en raison des restrictions liées à l'urgence coronavirus. Et à Vérone et Alexandrie, deux détenus sont morts d'une overdose de psychotropes, pris à l'infirmerie pendant les manifestations.

Entre-temps, le Parti Democrate a proposé d'autoriser la détention à domicile pour les personnes proches de la fin de leur peine afin de régler le problème de la surpopulation. Le sénateur Franco Mirabelli l'explique : "Tous ceux qui ont encore quelques mois à purger pour arriver au terme de leur peine devraient être placés en résidence surveillée. Le responsable de la justice, Walter Verini, exhorte également le gouvernement à "trouver des solutions immédiates".

@marco_cesario

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.