Marcos94
CGT - CASVP
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 nov. 2020

Marcos94
CGT - CASVP
Abonné·e de Mediapart

Le télétravail partout, pas pour toustes !

Une fois de plus, les agents ne sont pas consultés mais mis au pied du mur, et ce, alors même qu’ils sont en première ligne et le plus à même de définir l’organisation qui permettra de répondre aux contraintes liées à la crise traversée.

Marcos94
CGT - CASVP
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La France traverse une nouvelle période de distanciation physique entre les individus, qui se voudrait être un confinement sans pour autant arrêter la course folle de l’économie. Pour nous, au cœur des services publics essentiels, la continuité de l’activité est une évidence. Cependant, le gouvernement a longuement insisté sur la nécessité que les professionnel.le.s pouvant exercer leur métier en télétravail le fassent au maximum.

A cette obligation, le Centre d'Action Social de le Ville de Paris (CASVP) a répondu, une fois de plus, de façon décousue, complètement anomique, à l’appréciation des potentats locaux. Du télétravail partout, au siège et dans toutes les sections d’arrondissement oui, mais pas pour toustes. Du télétravail à la carte, et sous crédit d’une prétendue nécessitée de service, en réalité à la tête du client.

Des agents habitant à proximité de leur lieu de travail se voient imposer le télétravail total, tandis que d’autres qui viennent de très loin sont astreints à un taux de présence inutile. Les disparités sont aussi nombreuses qu’illogiques par moments. Petit état des lieux de celles-ci :

  • Les agents des services gestion, qui pourraient télétravailler avec un jour de présence au maximum, sont ainsi sommés d’être présents 2 jours par semaine sur site afin de pouvoir accueillir le public qui pourrait s’y égarer. On demande donc aux gestionnaires d’être présents pour les usagers, alors que la NBI leur avait été refusée au motif qu’ils n’étaient pas un service d’accueil … les usagers ont bon dos, tout confinés qu’ils sont, et la Direction, qui ne sait donc pas sur quel pied danser, nous joue du pipeau.
  • Les services locaux de ressources humaines n’ont pas tous les mêmes prérogatives non plus, car si la « norme » est supposée être de 3 jours de télétravail par semaine, certains services en sections bénéficient de 4 jours et d’autres de 2 uniquement. Aucune logique à cela si ce n’est des directions locales plus ou moins soucieuse du bien-être de leurs agents.
  • Les services de prestations sont tout aussi mal lotis. Les agents instructeurs du CASVP 17, comme des rameurs enchaînés à leur galère, ne bénéficient d’aucun jour de télétravail. Obligations de présence aléatoires, jours sur site imposés et interdictions de télétravail au motif que le poste n’est pas « télétravaillable » … les concepts flous valsent avec les ordres arbitraires, sur un air de Faust autour du bûcher sur lequel le bon sens est supplicié.
  • Les services centraux tendent à uniformiser des consignes fermes sans tenir compte de l’organisation des équipes, des réalités des déplacements générés par l’activité, de l’équipement mis à disposition ou non des agents … au point que des collègues qui viennent sur site parce que leur matériel personnel est en panne se font recevoir avec une voilée de bois vert.
  • Les personnels soignants des EHPAD sont bien entendu exclu.e.s des dispositifs de travail à distance, et nos collègues prennent par conséquent des risques accrus, dans les transports en commun, au contact des résidents, des prestataires, … rien n’est prévu cependant pour compenser cette assiduité en période d’épidémie. La chair à canon est envoyée en première ligne sur le front !

Une fois de plus, les agents ne sont pas consultés mais mis au pied du mur, et ce, alors même qu’ils sont en première ligne et le plus à même de définir l’organisation qui permettra de répondre aux contraintes liées à la crise traversée.

La CGT appelle les collègues à prendre en main l’organisation du travail quand la hiérarchie est défaillante, et à utiliser les outils syndicaux pour se concerter d’une part, et d’autre part à pointer les dysfonctionnements sur le registre d’hygiène et de sécurité.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard