Marcuss
Abonné·e de Mediapart

92 Billets

2 Éditions

Billet de blog 6 sept. 2022

Marcuss
Abonné·e de Mediapart

Approche psycho-sociale de la discrimination (3-15)

Catégorisation sociale, stéréotypes, préjugés, trois concepts qui nous permettent de saisir certains processus de discrimination. Ces notions sont importantes à maîtriser pour comprendre la construction historique des processus de stéréotypisation des personnes noires et maghrébines pendant les séquences esclavagistes et coloniales.

Marcuss
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Plan de l'écrit

  1. Introduction
  2. La catégorisation sociale
  3. Le stéréotype
  4. Le préjugé
  5. Différents processus discriminatoires
  6. Ouverture sur les processus de stéréotypisation racistes

.

Introduction

Cet article expose les concepts du processus discriminatoire : la catégorisation, le stéréotype, le préjugé etc. A partir de cette base, j’exposerai à la fin de cet écrit la question du processus discriminatoire envers les personnes racisées. Cette conclusion sera mon ouverture vers le prochain billet qui traitera de la construction historique des processus de stéréotypisation des personnes noires et maghrébines pendant les séquences esclavagistes et coloniales.

 .

1. La catégorisation sociale

La catégorisation sociale est le processus par lequel les individus sont classés dans des groupes sociaux à partir de critères normatifs. Comme l’expliquent les psychologues Klein, Wollast et Eberlen, elle repose principalement sur une dichotomie entre deux groupes : l’endogroupe qui correspond aux « Nous », et l’exogroupe qui correspond aux « Eux ». On peut prendre pour exemple le groupe des hommes et des femmes, les blancs et les non-blancs, les hétérosexuels et les minorités sexuelles, les personnes dites « valides » et les personnes en situation de handicap. Dans tous les cas, la catégorisation est une division de l’espace social en deux groupes distincts et hiérarchisés.[1] Cette classification produit des réactions cognitives et mentales de la part des groupes sociaux afin de justifier et/ou valoriser son affiliation à son groupe d’appartenance.

 .

Trois phénomènes de perception de soi et d’autrui

Les travaux de psychologie sociale révèlent deux phénomènes cognitifs et mentaux déterminants dans le processus de catégorisation : l'accentuation intercatégorielle et l’homogénéité intra-catégorielle. L’accentuation intercatégorielle est une perception disproportionnée des différences entre les groupes, alors que l’homogénéité intra-catégorielle conçoit les membres de chaque groupe comme semblable et identique en ne distinguant plus la diversité en leur sein[2]. Ces deux phénomènes engendrent donc une double logique qui tend à séparer excessivement les groupes sociaux tout en minimisant les différences au sein de ceux-ci, leur permettant de maintenir plus facilement une cohérence culturelle, identitaire, et symbolique.

Par ailleurs, les psychologues Klein, Wollast et Eberlen, citant les travaux de Rubin et Badea (2012), exposent une autre conséquence de la catégorisation sociale dans la perception des groupes sociaux, c’est l’effet d’homogénéité de l’exogroupe. Ce phénomène pourrait se définir par la phrase : « Nous sommes tous différents et ils sont tous les mêmes ». Autrement dit, les membres de l’endogroupe se considèrent comme une diversité de personnes, tous mesurés à l’aune de leurs différences et dont chacun est appréhendé comme une personne singulière à tout égard. A contrario, les membres de l’endogroupe ont tendance à concevoir ceux de l’exogroupe comme une masse indifférenciée, homogène, sans diversité, identique à tout égard (les africains, les noirs, les homosexuels, les juifs etc)[3]

Si ces trois phénomènes cognitifs et mentaux sont le produit de la catégorisation sociale, celle-ci tend à classer et hiérarchiser les groupes sociaux en fonction de critères normatifs. La mobilisation d’images préfabriquées de l’Autre, que l’on peut nommer stéréotype, est essentielle pour maintenir et justifier la catégorisation et son classement social.

 .

2. Le stéréotype

Définition du stéréotype

Dès le 19ème siècle, la notion de stéréotypie est utilisée par les psychiatres pour « désigner la fixité d’un comportement »[4]. Autrement dit, il caractérise déjà pour l’époque quelque chose de rigide et de constant. C’est à partir du 20e siècle que le concept devient un objet d’études en psychologie, ce qui engendre une diversité de définitions. Néanmoins, un consensus est trouvé dans la communauté scientifique pour les définir comme « des croyances à propos des caractéristiques, attributs et comportements des membres de certains groupes » (Hilton et von Hippel, 1996)[5]. La mobilisation des stéréotypes pour se représenter l’Autre est nommée processus de stéréotypisation, qui se définit comme l’application d’« un jugement – stéréotypique – qui [les] rend interchangeables avec les autres membres de leur catégorie » (Leyens, Yzerbyt et Schadron, 1996). Autrement dit, la stéréotypisation repose sur des pensées généralisantes et simplificatrices envers les membres d’un autre groupe social. 

Les stéréotypes peuvent être positifs ou négatifs : les femmes sont de mauvaises conductrices ; les Suédoises sont grandes, belles, et blondes aux yeux bleus ; les blondes sont bêtes ; les infirmières sont gentilles, les Américains sont obèses et obsédés par les armes à feu etc. De plus, certains stéréotypes peuvent contenir une valeur de connaissances, c’est-à-dire une certaine part, même relative, de vérité, mais qui devient absolument caduque et fausse pour représenter un groupe social dans toute sa diversité. 

 .

L’influence du stéréotype sur le jugement social

Il faut saisir le lien entre l’information et le stéréotype. Comme l’écrivent Klein, Wollast et Eberlen, « Les stéréotypes sont souvent conçus comme des « raccourcis cognitifs ». Ils épargnent une dépense d'énergie et de temps nécessaire pour atteindre une compréhension approfondie de l'individu ou de la situation. » Ainsi, les stéréotypes seraient des « outils économiques » nous permettant de ne pas traiter un surplus d’information, de combler un vide d’informations, d’anticiper et de réagir rapidement à une situation donnée[6]. Le stéréotype permet donc aux individus d’organiser leur perception du monde en fonction de leurs attentes sur autrui - son comportement et ses caractéristiques -, ce qui confirment ainsi leurs interprétations stéréotypées : ainsi les délinquants sont souvent catégorisés en fonction de leur appartenance religieuse ou raciale, alors que les causes relèvent de mécanismes socio-économiques et territoriaux[7]. Autrement dit, le stéréotype permet de justifier la manière dont sont traitées certaines populations.

Pour finir, il faut noter l’impact du stéréotype sur ceux et celles qui le subissent. La force du processus de stéréotypisation est telle que les premiers concernés intériorisent par l’effet de la socialisation les croyances et images dégradantes sur eux-mêmes. On peut alors parler d’auto-stéréotypes[8]. Ainsi, ils participent involontairement à la perpétuation des stéréotypes dont ils sont assignés en se définissant à partir de la grille de lecture simplificatrice et généralisante du groupe dominant. La participation inconsciente à sa propre domination est parfaitement décrite par Pierre Bourdieu à travers son concept de violence symbolique. La personne dominée intériorise en elles des données extérieures imposées par les dominants qui justifient sa stigmatisation et sa dévalorisation : « Le dominé se voit lui-même au travers des catégories mentales (des « lunettes ») des dominants, et participe dès lors, bien souvent à sa propre domination (en se dominant lui-même).[9] »

 .

3. Le préjugé

Dans le langage courant, l’erreur fréquente est d’utiliser le préjugé comme un synonyme du stéréotype. La psychologie sociale nous apporte des clés pour mieux les différencier. Il se compose de trois dimensions : une dimension cognitive (existence de stéréotypes) ; une dimension affective (puissance de répulsion) : une dimension motivationnelle (comportement à l’égard d’une catégorie de personnes)[10]. Autrement dit, si le préjugé a besoin de stéréotypes (images mentales fixes, rigides, simplifiées et généralisantes envers une catégorie sociale), il se distingue par l’application d’un jugement de valeur (détester les musulmans, avoir de la défiance envers les juifs etc.) et sur une intentionnalité (volonté de stigmatiser). Autrement dit, le préjugé est relié à une valence négative, c’est-à-dire une puissance de répulsion, d’antipathie voire de haine : « [c’est] une attitude négative ou une prédisposition à adopter un comportement négatif envers un groupe, ou les membres de ce groupe, qui repose sur une exagération erronée et rigide » (Gordon W Allport, 1954).[11]

En définitif, si stéréotype repose sur des croyances simplifiées et rigides, positives ou négatives, et pouvant parfois contenir une valeur de connaissances, le préjugé repose sur un jugement de valeur chargé d’affects négatifs et antipathiques. Le racisme, le sexisme, l’islamophobie ou  l’antisémitisme en sont des exemples car ils contiennent une charge affective et émotionnelle, mais également une volonté de se comporter différemment envers eux. Autrement dit, les préjugés reposent toujours sur l’existence de stéréotypes, mais certains stéréotypes ne se développent pas en préjugés (le fait de penser que les blondes sont bêtes ne se traduit pas par une répulsion envers elles).[12]

Développons un exemple pour mieux comprendre : le lien entre immigration et délinquance. Si ce stéréotype est un héritage de l’ère coloniale, il a également une valeur de connaissances. En 2020, on compte 23,5% d'étrangers en prison alors qu'ils ne représentent que 7 % en France, soit une forte surreprésentation. Le stéréotype, faisant fi des analyses sociologiques qui expliquent les parcours délinquants à partir des logiques sociales, économiques et territoriales, simplifie et généralise ce constat à toute la population immigrée faisant de ces personnes des délinquants potentiels en puissance. Un individu qui intériorise cette image rigide et fausse peut (in)consciemment orienter ses conduites, mais sans avoir d’aversion envers les immigrés. Nous sommes dans un processus de stéréotypisation raciste. En revanche, à partir du moment où l’individu développe une vision de l’immigré chargée d’émotions négatives (répulsion, antipathie, haine) qui modifie son comportement envers lui, alors nous sommes dans le préjugé raciste. 

 .

4. Différents processus discriminatoires

Quels sont les liens entre le préjugés, le stéréotype et la discrimination ? En sciences sociales, il faut toujours amener de la complexité, non pas rendre plus difficilement compréhensible une analyse, mais la concevoir dans une multidimensionnalité d’approches. En psychologie sociale, on décrit le processus discriminatoire comme ceci : catégorisation, stéréotype, préjugé, acte discriminatoire. Cependant, cette logique ne permet pas d’expliquer la pluralité des formes de discrimination. Premièrement, le procédé catégorisation/stéréotype/préjugé/actes discriminatoires fonctionne pour la discrimination directe. Celle-ci repose sur un comportement intentionnel, nourrie par l’antipathie et/ou la haine, et ayant pour volonté d’humilier l’Autre. En revanche, on ne retrouve pas ce procédé dans la discrimination indirecte, implicite et parfois structurel. 

En effet, la discrimination indirecte est une dispositition ou une décision en apprance neutre qui engendre involontairement une situation d’inégalité. Par exemple, le refus d’une entreprise d’accorder une prime aux salariés à temps partiel alors que plus de 80 % des emplois sont pourvus par des femmes dans notre société. Nous sommes ici en présence d’une discrimination indirecte en raison du genre. Or, ce fait discriminatoire ne repose ni sur un stéréotype ni un préjugé. Même constat pour la discrimination implicite. Celle-ci définit le maintien de certains stéréotypes inconscients chez des individus, qui, malgré leur véritable désir de justice sociale, orientent leurs conduites dans certaines situations, ce qui engendrent des situations d’inégalités de traitement. 

Le racisme structurel est encore plus complexe. Il se définit comme un « système de hiérarchisation des groupes sociaux à partir de « marqueurs » ethno-raciaux (couleur de peau, langue, origine, stéréotypes), qui produit et maintient une répartition inégale des ressources sociales, économiques, matérielles, symboliques, culturelles ». Autrement dit, il dévoile l’expression du racisme inscrite dans les rapports sociaux et qui traverse l'ensemble des institutions. Le procédé catégorisation/stéréotype/ préjugé/acte discriminatoire est contingent. Par exemple, il peut se produire lors d’une discrimination au logement dans le secteur privé lorsque les propriétaires refusent volontairement de louer leurs biens à des personnes non-blanches. En revanche, ce procédé peut être inexistant par l’absence de préjugés, par exemple pendant les contrôles au faciès réalisés par des policiers eux-mêmes racisés. 

Autrement dit, la discrimination indirecte, implicite et parfois structurel montrent qu’il n’y a pas automatiquement besoin de préjugés, c’est-à-dire de dimension émotionnelle (haine, répulsion) et motivationnelle (comportement volontaire discriminant)  pour produire de la discrimination. Comme l’expriment certains sociologues, le racisme n’a pas besoin de racistes pour exister, simplement de la race. Il faut donc toujours amener de la complexité pour comprendre les phénomènes discriminatoires. Il est important d’en décoder les différentes modalités (présence ou non de mécanismes de stéréotypisation et de préjugés), d’une part pour éviter d’appliquer des analyses trop généralisantes et simplifiées, d’autre part on ne lutte pas de la même manière contre un processus discriminatoire s’il est « involontaire », ou chargé de haine et d’intentionnalité.

 .

5. Une ouverture sur les processus de stéréotypisation racistes

Cet écrit avait pour finalité de comprendre les mécanismes de catégorisation et de stéréotypisation des groupes sociaux, la différence entre stéréotype et préjugé et d'appréhender la stigmatisation comme un phénomène social. Cette introduction psycho-sociale de la discrimination nous donne des clés théoriques pour mieux comprendre les processus de stéréotypisation racistes que subissent les personnes noires et magrébines. C’est l’objet du prochain article : analyser comment l’Etat colonial a produit des représentations sociales racistes pour justifier la domination à leur égard. La création de stigmates ethno-raciaux qui discriminent les individus qui les portent prouve que la question de la race - pas dans un sens biologique mais comme un processus de catégorisation sociale et de hiérarchisation raciale - n’est pas une question fermée, mais toujours une question ouverte, un phénomène d’actualité. 

.

[1] Dir. K. Faniko, D. Bourguignon, O. Sarrasin, S. Guimond, Psychologie de la discrimination et des préjugés, De Boeck Supérieur, 2018, p39

[2] Dir. K. Faniko, D. Bourguignon, O. Sarrasin, S. Guimond, Psychologie de la discrimination et des préjugés, De Boeck Supérieur, 2018, p41

[3] Dir. K. Faniko, D. Bourguignon, O. Sarrasin, S. Guimond, Psychologie de la discrimination et des préjugés, De Boeck Supérieur, 2018, p41

[4] Jean-Baptiste Légal Sylvain Delouvée, Stéréotypes, préjugés et discrimination, 2ème édition, Dunod, 2015, p13

[5] Jean-Baptiste Légal Sylvain Delouvée, Stéréotypes, préjugés et discrimination, 2ème édition, Dunod, 2015, p14

[6] Dir. K. Faniko, D. Bourguignon, O. Sarrasin, S. Guimond, Psychologie de la discrimination et des préjugés, De Boeck Supérieur, 2018, p43

[7] Dir. K. Faniko, D. Bourguignon, O. Sarrasin, S. Guimond, Psychologie de la discrimination et des préjugés, De Boeck Supérieur, 2018, p40

[8] Jean-Baptiste Légal Sylvain Delouvée, Stéréotypes, préjugés et discrimination, 2ème édition, Dunod, 2015, p17-18

[9] Simon Lemoine, Découvrir Bourdieu, Sociales/la Dispute, 2020, p16

[10] Jean-Baptiste Légal Sylvain Delouvée, Stéréotypes, préjugés et discrimination, 2ème édition, Dunod, 2015, p16

[11] Gordon W. Allport, The Nature of Prejudice. Reading, MA : Addison-Wesley Pub. Co, 1954

[12] Jean-Baptiste Légal Sylvain Delouvée, Stéréotypes, préjugés et discrimination, 2ème édition, Dunod, 2015, p16

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar