Politique de l'absurde (2) - la loi travail et la création d'emplois

Le sens commun conduit à la conclusion que les ordonnances du gouvernement Macron qui visent à donner plus de "flexibilité" au marché de l'emploi afin de créer plus d'emplois est une fausse piste. Même des économistes plus ou moins orthodoxes en conviennent. Pourtant le gouvernement continue à les faire passer, dans l'absurdité la plus totale. Second billet sur ce thème.

Les Économistes Atterrés écrivent à propos de l'article "Réforme du travail : le compte n'y est pas" des Echos: "Même eux en conviennent: "plus que le Code du travail, c'est l'activité économique qui génère les embauches" et "les projets d'ordonnance déséquilibrent le texte au détriment des salariés", notamment "en facilitant les licenciements"."

Or toute personne sensée sait très bien que c'est l'activité économique (i.e. les carnets de commandes bien remplis) qui "crée des emplois" et non la "flexibilité" et le code du travail lui même.

Donc pourquoi est-ce que le gouvernement s'entête à vouloir passer ces ordonnances qui, même l'économiste Dani Rodrik le dit, ne vont pas forcément créer plus d'emplois mais ne feront que détruire des droits sociaux fondamentaux, acquis avec grande peine grâce aux luttes ouvrières.

Cette plus grande "flexibilité" qui consiste en la dé-responsabilisation des entreprises, va se traduire par une paupérisation, un appauvrissement de la population et donc une perte du pouvoir (car qui a l'argent a le pouvoir) au détriment de la démocratie.

Est-ce que ça veut dire que le gouvernement ne sait pas ce qu'il fait? Ou bien sait-il parfaitement ce qu'il fait, et ça fait partie d'un plan? La question reste ouverte.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.