Marianne France
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 févr. 2020

Le comité de soutien dénonce une politisation du dossier Tariq Ramadan

Consultez ici le dernier communiqué du comité de soutien Free Tariq Ramadan Campaign.

Marianne France
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sans surprise, les trois juges en charge de l’instruction Mme Camille Guillermet, M. Cyril Paquaux et Mme Camille Palluel ont fait ce que Tariq Ramadan avait prédit sur sa page, hier, 12 février. Ils l'ont mis en examen deux fois sur la base de témoignages de deux femmes qu'ils n'ont pas interrogées et pour lesquelles, depuis cinq mois, aucune investigation n'a été versée au dossier.

Alors que l’AFP évoquait, hier, selon "une source proche du dossier », qu’il ne serait "sans doute pas mis en examen avant que des auditions des femmes aient eu lieu" ( ce qui est la procédure normale), Tariq Ramadan prédisait déjà : « Et si justement c'était le contraire et qu'il était juste question pour les magistrats de tromper le public? Qui a encouragé une femme à se porter partie civile la veille de mon interrogatoire ? Qui l'a informée de la date ? Une coïncidence? L'intention des juges, devant un dossier vide de toute charge, est clairement de me mettre en examen AVANT d'entendre les femmes en question. »

Leurs témoignages sont des copies conformes des premières versions de Henda Ayari et de Paule Emma Aline. Malgré le fait que la brigade criminelle a prouvé que les versions des trois premières étaient pleines de mensonges, la répétition de ces mensonges par les deux femmes a été considérée comme la preuve d'indices graves et concordants.

Une des deux femmes n'a pas porté plainte alors que la seconde a demandé, fin décembre 2019, aux juges de la "laisser tranquille". Elle change soudain d'avis (deux jours avant l'interrogatoire de Tariq Ramadan) et se porte partie civile à Paris alors qu'elle vit en province? Qui a engagé pour elle la procédure ?

Curieusement les juges n'ont pas abordé le cas de "Elvira" qui non seulement ne connait pas Tariq Ramadan mais qui a elle aussi menti et qui, comme Mounia Rabbouj, a laissé entendre qu'elle avait été manipulée par Jean-Claude Elfassi et Francis Szpiner. Rappelons que ni l'un ni l'autre, ni Caroline Fourest n'ont été entendus par les juges après plus de deux ans d'enquête.

Tariq Ramadan durant cette audition a une fois de plus affirmé son innocence et sa volonté que justice soit faite, non pas un simulacre de procédure où les juges d’instruction semblent le savoir innocent et le vouloir coupable.

Nous dénonçons cette instruction à charge, ces auditions orientées et le parti pris des juges dans la gestion de ce dossier. Nous rendrons public tous les manquements de cette instruction et exigeons que justice soit faite autour du dossier Tariq Ramadan et qu’enfin les vrais coupables soient entendus. La politisation de ce dossier et l’islamophobie ambiante ne peuvent être tolérées au cœur de la justice française.

Le comité de soutien

Free Tariq Ramadan Campaign

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz