marianneacqua
Professeure de Lettres. Chercheuse de complots et de manigances dans la littérature publiée au tournant des XVIIIe et XIXe siècles.
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 avr. 2022

« La Tendresse » de Julie Berès : une violence sans bourreaux ?

Du 16 mars au premier avril 2022, le Théâtre Gérard Philipe accueillait la dernière création de Julie Berès : « La Tendresse ». Ce titre évocateur dit bien l'ambition de cette pièce qui entend explorer les contours et les méandres de la virilité.

marianneacqua
Professeure de Lettres. Chercheuse de complots et de manigances dans la littérature publiée au tournant des XVIIIe et XIXe siècles.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’ai découvert, il y a quelques jours, une pièce dont je ne sais encore que penser. « La Tendresse », oeuvre collective écrite par Julie Berès, Lisa Guez et Kevin Keiss qui donnent ou délèguent la parole à un autre collectif composé, cette fois, de jeunes hommes désœuvrés. Posés sur la scène grise comme le bitume, ils se parlent, se charrient, se bousculent et partent parfois en monologues, comme s’ils étaient, in fine, seuls dans leur virilité. Ils racontent leurs premières expériences sexuelles, entre performance, vantardise et sincérité. Ils échangent leurs techniques de drague, se vantent d’enchaîner les conquêtes puis s’effondrent lorsqu’ils content les échecs et les violences qu’ils infligent. Et s’il y a beaucoup de justesse dans cette pièce, entre les fulgurances poétiques sur la masculinité et la misogynie à laquelle elle semble irrémédiablement rivée, il y a aussi un quelque chose qui me dérange. Car ce qui se déroule sur scène, c’est le récit d’une violence diffuse qui ne ferait que des victimes. 

Un viol est raconté par l’un des personnages, il pleure, s’enfuit puis revient en ballerines, sur ses pointes, comme une danseuse, pour nous livrer la misère de sa vie sexuelle ruinée par la pornographie. 

Je crois, moi aussi, que la sexualité masculine est triste, pauvre et navrante quand elle est violente. Mais je crois que la brutalité ne s’exerce pas sans bourreaux. Je crois encore que la domination ne se vit pas comme un monologue parce que l’entre-soi masculin est un sacré espace de puissance. Les hommes n’y vivent pas sans pressions ni craintes, mais ils y vivent dans la jouissance d’un pouvoir volé, chaque jour, aux femmes. Volé collectivement, dans la froideur et la sérénité. Alors la virilité n’est pas un monologue. La virilité est un grand dialogue d’amour des hommes pour les hommes, et de haine des hommes pour les femmes. 

Plus tard, un autre personnage prend la parole et dresse la liste des injonctions contradictoires qui pèseraient sur les hommes aujourd’hui. Il souffre parce qu’on lui demande d’être fort sans démesure, de désirer les femmes sans les forcer, d’enfanter sans abandonner… Il faudra qu’on m’explique pourquoi ces exigences sont si difficiles à respecter…

J’ai ri pendant cette pièce qui se moque de la virilité, j’ai été émue aussi par ce portrait des émotions réprimées et des corps contrariés. Je remercie donc ses créateurs·trices, ses acteurs·trices pour cette rencontre avec un théâtre vivant qui cherche, dans les coins obscurs de nos consciences, les traces d’une liberté perdue et à venir. 

Mais les hommes ont épuisé ma patience et je ne peux plus entendre sans soupirer que la masculinité est dure à porter. Les hommes la protègent trop pour que je puisse les plaindre. Qu’ils cessent d’élever les murs qu’ils feignent ensuite de vouloir détruire. Quant à la tendresse, je m’efforce de la faire taire pour qu’elle ne se retourne plus contre moi. Car la tendresse dont il est question dans ce titre appartient, il me semble, à Julie Berès et au public qui posent, sur ces jeunes délicatement misogynes, un regard d’indulgence et de douceur. On peut attendre longtemps encore que les hommes qui détestent les femmes se laissent attendrir par la souffrance qu’ils génèrent, ils sont trop occupés à s’apitoyer sur leurs difficultés à opprimer calmement.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement