marianneacqua
Professeure de Lettres. Chercheuse de complots et de manigances dans la littérature publiée au tournant des XVIIIe et XIXe siècles.
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 avr. 2022

Mélenchon au second tour : et si on faisait gagner la gauche aujourd'hui ?

Ce dimanche du premier tour, je vais aller voter Mélenchon. Voici quelques lignes qui s'adressent aux électeurs·trices de gauche qui hésitent encore et songeraient à s'abstenir ou à choisir un·e autre candidat·e.

marianneacqua
Professeure de Lettres. Chercheuse de complots et de manigances dans la littérature publiée au tournant des XVIIIe et XIXe siècles.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je sais que la FI n'est pas une organisation révolutionnaire et je vois toutes les limites du discours mélenchoniste. 

Mais parce que je suis révolutionnaire, je n'accorde aucun pouvoir symbolique à mon bulletin. Mon vote n'est pas l'incarnation de mon identité politique. Il n'est qu'un outil stratégique de lutte.

Si Mélenchon passe au second tour, c'est une victoire pour notre camp quoi qu'on en dise. S'il gagne les élections, c'est une opportunité historique dingue.

Si Macron est réélu, c'est 5 ans d'ultralibéralisme économique et de protofascisme politique.

Si Le Pen est élue, n'en parlons même pas. Je ne saurai plus quoi dire ni faire. 

Hier, j'ai commencé à résumer le programme de Mélenchon sur ma story instagram. J'y ai trouvé des propositions qui changeraient très concrètement la vie de tout un tas de gens. SMIC à 1400€, retraite à 60 ans, 19 élèves par classe, gratuité totale des études supérieures, salaire de 1063 € pour les lycéen·ne·s de la voie professionnelle, reconnaissance de l'écocide, sortie du nucléaire, changement d'état civil libre et gratuit, PMA pour tou·te·s...

Bref la liste pourrait s'allonger encore. 

Et ce que je me demande, c'est comment une partie de la gauche et de l'extrême gauche peut décider de renoncer à toute avancée réformiste. 

Pourquoi certain·e·s révolutionnaires investissent-iels leur vote d’une sacralité suffisamment précieuse pour ne pas aller voter ou choisir, parmi les candidat·e·s d’extrême gauche, une figure qui ne se présente que pour utiliser la tribune des élections ? Que Poutou et Artaud s’imposent dans le débat pour le faire disjoncter, c’est très bien, qu’on vote pour elleux dans une situation d’urgence, c’est absurde et presque contraire à la démarche initiale. À qui s’adresse votre démonstration de pureté politique ? Au capitalisme ? À la Ve République ? 

Quant à celleux qui ont l’intention de voter Jadot ou Roussel et de défendre ainsi les petites nuances de leurs convictions personnelles, que ferez-vous de cette expression de votre individualité lorsque vous aurez le choix entre Macron et Le Pen ? 

Nos services publics s'effondrent les uns derrière les autres, nos droits à la contestation sont de plus en plus faibles, nos discours sont diabolisés par une droite qui devient, à chaque quinquennat, plus autoritaire et réactionnaire qu'elle n'osait l'être. 

Là, les derniers sondages nous promettent un face à face avec les portes du fascisme. Les prévisions placent Le Pen à 49% et Macron à 51%... Sommes-nous trop aveuglé·e·s par les phares pour y voir clair ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef