marianneacqua
Professeure de Lettres. Chercheuse de complots et de manigances dans la littérature publiée au tournant des XVIIIe et XIXe siècles.
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 févr. 2022

"De bas étage" de Yassine Qnia : Mehdi ou le démon de l’impuissance

"De bas étage" est le premier long-métrage de Yassine Qnia. Sélectionné par Alice Diop pour figurer dans sa cinémathèque idéale des banlieues, le film était projeté au Centre Pompidou dimanche 13 février. Voici quelques réflexions sur cette oeuvre dont la puissance discursive consiste à questionner le rapport au territoire et au temps de ses personnages et de ses spectateurs.

marianneacqua
Professeure de Lettres. Chercheuse de complots et de manigances dans la littérature publiée au tournant des XVIIIe et XIXe siècles.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De bas étage de Yassine Qnia porte, dans son titre, les traces d’une généalogie artistique qui fait de ce film un héritier du cinéma réaliste dont les images mouvantes plongent le spectateur dans l’univers de la contingence. Car au-delà du contenu social auquel le « bas étage » renvoie immédiatement, le réalisme est défini par la production d’un surplus de réalité qui mime la continuité spatio-temporelle du réel et fabrique, paradoxalement, un chronotope fictionnel clos et suspendu. La vie est un tissu ininterrompu où la causalité et l’arbitraire se disputent la responsabilité des attentes, des évènements et des signes ambigus qui surgissent soudainement et semblent vouloir donner un sens à tout cela. Alors le cinéaste réaliste doit résister à la tentation de livrer un récit cohérent dont le sens se dégage de manière linéaire. Il doit fragmenter son histoire de l’intérieur, donner à chaque scène le caractère éphémère, insignifiant et souvent échoué de l’instant.

Mehdi, le personnage principal de Yassine Qnia, est à cet égard exemplaire. Sa vie n’est pas un récit. Elle n’est d’ailleurs pas livrée dans son intégralité au spectateur qui doit accepter sa position de témoin lointain et surtout extérieur à cette tranche de vie, sans début ni fin. Ou plutôt sans progression puisqu’il y a bien une ouverture et une conclusion mais elles se rejoignent dans ce plan final qui place Mehdi, une fois de plus, dans sa voiture, espace de transition qui accueille ce héros étrange pour en faire un spectateur silencieux de la vie des autres. Car Mehdi est à peine un personnage. Il est. Et s’il agit, le résultat de ses actions est nul. Il entre par effraction dans des entreprises, éventre leur coffre-fort et accumule les liasses de billets dans sa chambre. Mais ces liasses n’achètent que du vide, qu’une maison au bled que Mehdi offre à sa mère pour sa retraite et qui reste, là, abandonnée parce que personne n’en veut. Or cette absence de volonté est le terreau infertile de ce film. De bas étage est l’histoire d’un homme qui ne veut pas. Alors il pourrait, comme Marianne dans Pierrot le fou, crier sur la plage et demander au ciel : « Qu’est-ce que je peux faire ? » avant de conclure : « j’sais pas quoi faire ». L’ennui de ces âmes errantes produit, du reste, quelques moments de pure poésie. Marianne chante sa « toute petite ligne de chance » pendant que Mehdi tranche les coffres et parsème la nuit toute bleue d’étincelles toutes jaunes. Mais la comparaison s’arrête là car Marianne fuit et attire Pierrot dans des paysages extraordinaires et incessamment renouvelés. Mehdi, au contraire, ne s’attache qu’à des espaces connus et confinés. 

Dès la première scène du film, il opère, avec son complice, un retour en arrière puisqu’ils forcent l’entrée de l’entrepôt à cambrioler, en sortent au retentissement de l’alarme puis y reviennent lorsqu’elle se désactive. À ce moment-là, il n’est pas seul dans sa régression. Thibault l’accompagne et fait le chemin du retour avec lui jusqu’à ce qu’il lui confie son envie de partir. Mehdi lui demande la destination de ce voyage ; elle n’existe pas, elle est simplement « loin ». Difficile de se projeter lorsque la réponse est jetée devant un paysage sans horizon, une vue étroite sur les toits et les vis-à-vis d’Aubervilliers. Et bien que l’image manque, le songe d’un ailleurs est là, dans la parole courte de Thibault qui laisse son interlocuteur sans voix et surtout sans avenir. Tête sans rêves, Mehdi ne parle que d’un passé truffé d’occasions manquées et de projets échoués. T’as passé l’âge lui dit-on ; qu’à cela ne tienne, il revendique d’agir comme un ancien. Au spectateur d’y déceler la tentation d’une éternelle conservation qui pousse ce demi-personnage à ne vouloir que ce qu’il a déjà eu. 

Plus tard, il voudra revenir dans les mêmes locaux qui ne semblent exister que pour être cambriolés. Il y répètera la série routinière de gestes et de déplacements qui ne mènent qu’au point de départ. Mais cette manifestation d’une volonté faible et irrémédiablement régressive provoque l’arrivée presque vieille Bible d’un châtiment. Devant l’entrepôt, les policiers guettent et attrapent M’Barek, l’acolyte rêveur de Mehdi qui voulait ouvrir une pizzeria avec son ami et quitter cette zone industrielle à laquelle l’anti-héros des bas étages paraît infailliblement rivé. Or la zone industrielle est le nouveau no man’s land de ce western de banlieue dont le bandit a perdu toute trace d’énergie épique. Mehdi envahit tout et ne conquiert rien et s’il force quelques portes, il reste finalement sur le seuil et attend qu’on veuille bien le laisser entrer. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain