marianneacqua
Professeure de Lettres. Chercheuse de complots et de manigances dans la littérature publiée au tournant des XVIIIe et XIXe siècles.
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 sept. 2022

marianneacqua
Professeure de Lettres. Chercheuse de complots et de manigances dans la littérature publiée au tournant des XVIIIe et XIXe siècles.
Abonné·e de Mediapart

« Vanish » de Marie Dilasser et Lucie Berelowitsch ou le théâtre à venir

Quelques notes sur « Vanish », une pièce de Marie Dilasser et Lucie Berelowitsch qui se joue au Théâtre de la Tempête du 23 septembre au 23 octobre.

marianneacqua
Professeure de Lettres. Chercheuse de complots et de manigances dans la littérature publiée au tournant des XVIIIe et XIXe siècles.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Et si notre malheur était d’apparaître, chaque jour, d’être là, chaque matin, devant et dans le regard de l’autre ?

Enfants éphémères du hasard, nous sommes condamnés à vivre et à vouloir vivre. Reste pourtant, dans les coins obscurs de notre sagesse, une pensée qui tue la pensée. Le marin de Vanish rêve d’une immensité capable de l’engloutir. Il veut partir sans retour car le suicide ne vaut rien s’il n’est commis par le monde lui-même. Alors l’homme fatigué du quotidien se donne à l’océan que Lucie Berelowitsch s’amuse à décomposer.

Impossible de convoquer cette force destructrice dans la petite salle Copi du théâtre de la Tempête. Mais qu’importe, le théâtre ne se soumet jamais aux exigences du réel parce qu’il est fait de chair et de matière et qu’il incarne immédiatement ce qu’il entend représenter. 

L’océan de Vanish est meurtrier même s’il ne nous en reste que quelques grains de sel jetés par un oiseau farceur. À côté des échafaudages, une bassine vitrée sert de métonymie. Les acteurs y plongent les mains puis le corps tout entier pour nous rappeler qu’il s’agit avant tout de se noyer et d’oublier la terre ferme.

Et lorsque je parle d’acteurs, je parle des hommes car le texte de Marie Dilasser fait du rivage une frontière genrée. Les hommes, inconstants, ne vivent qu’au gré du vent et de la houle. Il partent à la recherche des sirènes. Ils veulent entendre leur chant et contempler leur propre mort.

Les femmes, elles, attendent. Elles s’attachent au foyer et attendent. Elles sont les liens qui enserrent les poignets d’Ulysse et le retiennent au mât. C’est pourquoi le marin naufragé de Vanish ne cesse de parler à sa femme et d’ouvrir, dans le monologue du mourant, un dialogue entre celui qui fuit et celle qui reste. 

En 1959, Maurice Blanchot fait de la littérature un espace morbide dont l’auteur ne se sort qu’à la force de sa ruse. Le récit commence pour se terminer à la rencontre entre le voyageur et le monstre. Mais il n’y a, dans Vanish, ni sirènes enchanteresses, ni baleine géante. Le marin vieillissant ne trouve aucune créature menaçante à la surface du monde flottant. Les figures d’Ulysse et du Capitaine Achab ont désormais la saveur d’un héroïsme suranné. Les temps et surtout le ciel se sont évidés.

Autrefois habité par des dieux colériques, l’océan n’est plus qu’un roi sans divertissement. Il tue parce qu’il est froid et grand. Quant à ses abysses, elles n’abritent plus que la peur du vide et de la perte. Elles étaient, autrefois, le terrain d’une exploration anthropologique. L’humanité y contemplait son infinie et préoccupante étrangeté. 

Toutefois, Marie Dilasser rend à la mer ce qui est à la mer. La poésie lui appartient parce qu’elle était là avant nous. C’est en tout cas ce que prétend le chanteur à la voix douce : jadis la terre était toute bleue, mouillée et salée. Nous pouvons bien la défier, la gronder, lui dire que nos bateaux, nos portes et nos bottes sont à nous… Elle n’a que faire de l’aventurier qui cherche, dans l’eau et le vent, un reflet à la hauteur de son ambition. Loin de lui accorder le duel auquel il prétend, la mer le couvre de vase pour mieux l’engloutir.

C’est peut-être parce que Marie Dilasser affectionne les mutations et les identités confuses que la chair de son marin se végétalise ainsi. Et si Vanish n’est pas, à proprement parler, une fable écologique, elle nous rappelle tout de même que nous ne sommes que les organes d’un corps plus vaste dont les vibrations se réverbèrent et se redoublent.

Devant le conteur-musicien, une machine s’agite… les lattes se soulèvent les unes après les autres et il est impossible de déterminer la nature précise de cette danse ondulatoire, la source véritable de son mouvement qui imite les vagues et mime la mélodie d’un même geste. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier