Carnet de bord #9 : Ecologie, open street map, TGV et privilèges.


Un amendement communiste, demandant de faire le point sur la formation en gynécologie médicale provoque un tir de barrage de l'UMP qui considère que des obstétriciens accoucheurs et des médecins généralistes suffisent dans le paysage.
J'interviens pour plaider la cause des femmes, de la prévention, d'une spécialité quine se résume pas au suivi de grossesse. Je me mords la langue pour ne pas demander à l'opposant si il s'est contenté de son généraliste pour son diagnostic de lunettes. On vote, l'amendement passe.

les 3 derniers jours de novembre 2011 ...

 

Lundi 28 NOVEMBRE

 

Journée banale de courrier et téléphone... Mais un moment de plaisir le soir: retrouver l'animateur de l'émission "le dessous des cartes" que j'écoute souvent à la télévision, et que j'avais déjà rencontré au festival de géographie de Saint Dié.
JEAN CHRISTOPHE VICTOR
Conférence au conseil régional nord pas de calais.
Grand voyageur, enseignant, animateur du labo LEPAC de prospective, de formation, de transmission des connaissances, JC Victor vient, bien sûr, parler des cartes, en précisant qu'il n'est ni cartographe, ni géographe, sauf de terrain, par la marche, donc la topographie.
A partir d'une trentaine de cartes, il donne à voir leur beauté, leur utilité.
Il insiste sur l'embellissement des graphes, pour favoriser la pédagogie, donc la démocratie.
Les cartes ne parlent pas, leur exploitation est inépuisable, mais il ne faut pas leur faire dire n'importe quoi.
Regarder une carte en anamorphose, déformée par le sujet ressource en gaz, l'échelle des puissances est tout autre: l'Afrique n'existe plus, l'Europe est presque invisible, le Quatar, l'Iran dominent.
Une autre, celle des gaz de schiste donne place au Canada , à l'Amérique latine,à la France, la Belgique.
Le charbon donne encore autre chose.
Autre regard, celui des conflits naxalites en Inde, passés de 15 en 1991 à 195 en 2010. Ces conflits suivent des zones riches en minerai.
Autre clef de lecture, l'accès aux ressources en eau: nappes phréatiques, canaux, lacs. La position en amont d'Israël donne à voir sa sécurité d'approvisionnement, et l'assèchement en aval (mer morte, Tibériade). On envisage même pour 7 milliards un canal mer rouge - mer morte.
La carte en anamorphose de la démographie, projetée en 20, 30, 40 ans donne les évolutions: vers une Inde représentant 25%, mais aussi vers une diminution et un vieillissement de la Chine. Vers une Europe pesant 6%. Et une Amérique du Nord à 4,8%.
La question de la population à long terme est bloquée par des à priori politiques, y compris en France par rapport aux migrants.
L'essentiel des migrants en Europe sont des européens. 9% des africains vont en Afrique, presque 5% en Asie, et à peine 1% en Europe ( moins de 15% en tout)
Une carte de l'Europe de Schengen montre les destinées, les centres de rétention, les passages... Et on peut y compter les noyades...
Fameuse carte des trajets des ingrédients du yaourt à la fraise en Allemagne: 7000 km au total. Un jean, 12 000 km: c'est ainsi qu'on arrivera à la position suicidaire de 70% d'énergie fossile en 2030, avec stagnation des renouvelables.
C'est en 1987 que nous avons empiété sur le non soutenable par une empreinte écologique qui dépasse les possibilités de la planète.
Il conclut en montrant les liens politiques et cartographiques. Par exemple la carte des musulmans dans toutes leurs composantes: 7 sunnites, et 4 chiites: cette diversité est toute autre que la monocouleur d'un islam comme une tâche grandissante, comme on nous le montrait au lendemain du 11 septembre.
Carte morbide, enfin, des peines de mort: 37 aux Usa, 102 en Afrique, 1718 en Chine (ou en asie?). L'abolition va croissant.
Une photosatellite sert d'illustration à la fin du propos planétaire avec sa triste régression de la calotte glaciaire: et son utilité pédagogique et politique, surtout avant Durban.
La carte des conflits en Europe depuis 1700 donne à voir l'exceptionnelle situation depuis l'Europe, temps de paix inédit.
Voilà, 30 minutes de pur bonheur d'apprendre et de réfléchir ensemble. Cet homme est un bienfaiteur de l'humanité, parce qu'il rend chacun plus éveillé, plus critique, plus attentif et plus intelligent.
Le fait qu'il passe sur la télévision publique est preuve que celui-ci reste en bonne santé.
Superbes retrouvailles avec Jc Victor ... Il est toujours aussi talentueux, pédagogue, militant et modeste, mais... Sniff...
Il m'a dit qu'il avait toujours voté Vert, mais pas cette fois-ci, pour deux raisons:
- Eva lui semble inaudible. Ses propositions sont très en deçà des enjeux.
- C'est une urgence absolue pour lui de sortir Sarkozy, même si l'offre n'est pas celle dont on rêve.
Questionné sur les réactions des politiques face aux données de ces cartes, dont celle des migrations, il dit qu'on ne l'entend pas mais ajoute solennellement : "Vous êtes libres et vous votez"
Modeste, il renvoie aussi à la qualité de toutes les revues disponibles comme Futuribles.
Cultivant la surprise, il affirme que la mondialisation n'est pas mondiale, et dit que des millions de personnes en sont tenus à l'écart, dont un milliard et demi sans électricité.
CLIN D OEIL
Petit film sur OPEN STREET MAP
Outil apolitique et citoyen qui montre en direct l'évolution du terrain.
Outil que son animateur vante avec enthousiasme comme un levier de liberté évolutif en permanence, grace à la participation de tous. Ce fut le cas très efficace pour le sol haïtien complètement bouleversé par le séisme. http://www.openstreetmap.org/ pour les amateurs.
A acheter pour Noël? ATLAS DES FUTURS DU MONDE, qui met en scène ce qu'il adviendra si on continue sur la lancée "buisness as usual" ou ce qu'il peut advenir si on agit sur tel ou tel facteur: une mise en scène documentée de notre liberté, et de notre devoir de sortir de l'inertie.
Ne pas se laisser écraser par l'accumulation de mauvaises nouvelles, mais se bouger et rebondir sur les opportunités.

MARDI 29 NOVEMBRE

GROUPE EELV: C'EST BIENTOT!

10 HEURES
Ce matin au groupe EELV on sent que l'échéance approche: sur la forme tout d'abord. Chacun pressent qu'il faudra autrement travailler, avec nos seuls assistants et collaborateurs. Une coordination des groupes de la majorité de gauche sera nécessaire.
Chacun sent aussi, sur le fond que notre différence est réelle: alors que nos amis socialistes manifestent un grand enthousiasme pour une proposition de loi du groupe RDSE sur l'éradication des signes religieux dans les structures de garde des petits, nous percevons le côté trop orienté de cette hyper laïcité qui cible sa réactivité davantage sur l'islam que sur les autres religions.
Tout comme sur la loi sur le vote des étrangers, nous aimerions voter pour le même texte que celui de l'assembléee il y a quelques années, alors que nos amis semblent moins pressés, et veulent retravailler le texte.
13 HEURES
Au calme avec un sandwich dans mon bureau, je parcours la presse: le nucléaire, les pressions des industriels, la posture de F.Hollande, les expertises de Benjamin Dessus du CNRS font encore plusieurs pages.
Les otages du Mali aussi sont largement évoqués. Vrais faux ingénieurs, proches du renseignement, et multiplicité des réseaux qui font les rapts, entre intégristes islamistes, rebelles et brigands.
Cela me renvoie aux souvenirs d'Agadez, où vit la famille touaregue de ma belle fille. Cela me renvoie à mon attachement à la zone sahélienne, cela me renvoie à la fin de mes espoirs d'emmener le bureau de la commission à Bamako. J'ai parcouru leurs destinations passées: la Chine, l'Inde, le Canada, le Brésil, l'Argentine... L'Afrique s'imposait.
Mais les mesures de sécurité vont empêcher cette initiative.
Nous irons probablement simplement à Londres, voir la BBC pour comparer aux échecs de l'audiovisuel extérieur de la France. Et aussi évaluer les investissements colossaux pour les jeux olympiques, d'autant plus décallés que la crise frappe.
RUPTURE
Je découvre un communiqué de presse de nos amis députés EELV,
" En 2007, afin de faire vivre le pluralisme au sein de l'Assemblée Nationale, deux députés d'outre-mer, les députés communistes et les députés écologistes ont créé un groupe parlementaire technique, sous l'appellation volontairement neutre de « groupe de la Gauche Démocrate et Républicaine » (GDR).
Ce groupe reposait sur trois principes : la liberté de vote de chacune de ses composantes, une répartition des temps de parole permettant l'expression de chaque sensibilité et une présidence tournante que les écologistes devaient exercer pendant les 20 derniers mois de la législature, conformément aux engagements de nos composantes.
Alors qu'Yves Cochet s'apprête à rejoindre (le 7 décembre prochain) le Parlement européen, les députés communistes et du parti de Gauche décident unilatéralement de rompre le contrat conclu en 2007 et de porter de nouveau l'un des leurs à la présidence du groupe.
Pour justifier cette rupture, les représentants du Parti Communiste et du Parti de Gauche se réfèrent à l'accord électoral PS/Europe Ecologie-Les Verts qui prévoit une candidature commune dans la circonscription de François Asensi, député communiste sortant, élu pour la première fois en 1981... Les députés écologistes du groupe GDR se considèrent victimes de « représailles » politiciennes qui nuisent à l'esprit et au travail parlementaire dont ils n'avaient qu'à se féliciter jusqu'à ce jour.
Refusant ce diktat, "les écologistes, exclus de fait du groupe GDR, siègeront donc désormais parmi les non-inscrits." Cela privera l'écologie d'un véritable temps de parole à l'Assemblée nationale : au moment même où les écologistes vont constituer un groupe au Sénat, cela démontre la nécessité d'une représentation équitable des écologistes à l'Assemblée nationale.
Elle sera la condition indispensable à l'existence d'une parole écologiste forte au sein du Parlement, qui ne sera pas soumise aux aléas des petits calculs politiciens qui semblent aujourd'hui prévaloir au Front de Gauche."
Anny Poursinoff - Yves Cochet - Noël Mamère - François de Rugy
Je me demande quand même si nos camarades communistes n'ont pas fait ce choix quand ils ont découvert la "nomination" par une contestable procédure de Yves Cochet au Parlement Européen.
Tout cela parce que la France n'a pas été fichue, une fois le traité voté par tous les pays, de s'adapter au nouvel effectif en s'appuyant sur les résultats des élections européennes.
14 H 30 ARTE EN COMMISSION
C'est un COM, contrat d'objectifs et de moyens, qui lie la chaîne à son financeur, l'Etat. La commission entend Véronique Cayla, claire, pédagogue et résolue.
La commission apprécie et approuve.
Au passage nous découvrons un effort spécifique pour des émissions enfantines. et aussi des travaux avec des chaînes européennes, en plus bien sûr du partenaire constitutif d'ARTE: l'Allemagne.
16 H en séance publique: BUDGET DE L'ACTION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE
On y parle consulats, français de l'étranger, ambassades, pauvreté de l'enseignement du français, RGPP, et bradage du patrimoine immobilier.
Notre amie écologiste Leïla Aïchi fait prendre la mouche au ministre Juppé en lui parlant de l'opacité de ses documents, et en proclamant que tout citoyen doit avoir les moyens de se faire une idée sur le budget de l'action publique. Elle lui a lu l'article 14 de la déclaration des droits de l'homme.
Les orateurs se succèdent, parlant du même budget, avec des regards contrastés: prendre les mêmes chiffres et dire pour les uns que tout va bien, pour les autres que tout va mal, frôle l'exercice de style.
Les uns appellent au vote favorable. Notre majorité appelle au vote nègatif. Le ministre est battu. Mais la victoire sera de courte durée puisque de toute façon l'assemblée nationale aura le dernier mot.
Nous sommes déjà en campagne: l'orateur communiste fustige la proposition des écologistes sans les citer: il revendique que l'on ne donne pas à l'Union Européenne un siège au conseil de sécurité de l'ONU
Et fort de son succès, mesurable aux approbations bruyantes, il félicite Juppé du ton nouveau donné à la diplomatie. Et bien sûr il se fait applaudir par la droite, trop contente de le mettre en porte à faux.
Les sénateurs représentants des français de l'étranger se manifestent souvent dans ces débats. Ce sont des sénateurs élus sur liste. Leur corps électoral est issu des français résidents hors de France.
MACHOS TOUJOURS PRESENTS
SCENE 1
Arrivée en avance dans l'hémicycle, j'assiste à la fin du débat sur la santé.
Un amendement communiste, demandant de faire le point sur la formation en gynécologie médicale provoque un tir de barrage de l'UMP qui considère que des obstétriciens accoucheurs et des médecins généralistes suffisent dans le paysage.
J'interviens pour plaider la cause des femmes, de la prévention, d'une spécialité quine se résume pas au suivi de grossesse. Je me mords la langue pour ne pas demander à l'opposant si il s'est contenté de son généraliste pour son diagnostic de lunettes. On vote, l'amendement passe.
SCENE 2
Le premier rang de l'hémicycle comporte un banc pour les ministres, un pour leurs collaborateurs, un pour les présidents de commission ou rapporteurs dont le sujet est en débat.
L'action extérieure de la France est du ressort des affaires étrangères et de la commission culture ( lycées, enseignement du français à l'étranger, centres culturels).
Quand j'arrive, je vois se précipiter le rapporteur budget, un rapporteur de la même commission, sur les trois places disponibles, le président de la commission des affaires étrangères, celui là même qui avait demandé en repas de questure si il avait droit à un klaxon deux tons (sic). Ils m'auraient presque marché sur les pieds!
Je m'installe donc derrière le ministre. Ce qui me vaut l'avantage (?) de les entendre commenter bruyamment les propos de leurs collègues qui défilent à la tribune.
TGV VERS LILLE
Je rentre ce soir, ne sachant quand j'aurai l'occasion de le faire. Bien m'en a pris. Un sms m'annonce qu'en raison des retards dans les débats, le budget sport, dont j'assure le suivi est reporté au ... Samedi 14 h 30
Charmant WE en perspective...

MERCREDI 30 NOVEMBRE

 

CHANGEMENT
10 HEURES COMMISSION CULTURE
Toute loi qui arrive en séance publique dans l'hémicycle passe d'abord par une commission qui l'étudie.
C'est d'ailleurs souvent le texte transformé par la commission, et commenté par un rapporteur de la majorité, qui est soumis au vote, après débat, et éventuels autres amendements.
Mais il y a quelque chose de pipé quand un sénateur de l'opposition propose un texte, au nom du droit de tirage de la minorité, et que son texte se voit discrédité, contesté avant même d'avoir été présenté par son auteur.
Ce fut le cas de ma PPL sur les droits d'auteurs des photographes, sabotée par l'UMP HUMBERT dans la précédente mandature.
Ce fut le cas de la PPL Assouline sur la liberté de la presse, sabotée par Catherine Morin Dessailly.
Aujourd'hui la gauche a le pouvoir au Sénat, mais ce n'est pas une raison pour reconduire de telles pratiques.
Comme ce jour nous examinons une PPL Legendre sur la numérisation des oeuvres devenues indisponibles sur papier, je renverse la méthode:
J'appelle d'abord Legendre, UMP, tout surpris, afin qu'il vienne expliquer les intentions de ce texte.
Ensuite seulement, je demande à Bariza Khiari, rapporteur PS, de le commenter et de suggérer des modifications.
Le changement, ce n'est pas seulement les économies, c'est aussi la démocratie.
ADIEU PRIVILEGES
Une tradition veut que l'Opéra de Paris tienne à disposition de l'Elysée, de la mairie de Paris, de l'Assemblée, de la commission culture du Sénat des places. Si ces institutions ne confirment pas leur venue, quinze jours avant le spectacle, les places sont mises en vente.
Cela s'appelle du vilain nom de servitude.
Les contrôleurs de gestion, la RGPP étant passés aussi par l'Opéra, je reçois une lettre de l'Opéra me demandant si je suis prête, comme la mairie de Paris, à y renoncer. Ce que je vais faire, sans problème, c'est une nécessaire mise au clair.
Ce qui est intéressant, c'est de comparer la lettre reçue par le Sénat, et celle de l'Assemblée.
On y découvre que l'Assemblée Nationale a "consommé" 54 104 euros, tandis que le Sénat n'a utilisé ce privilège "que" pour 5 626 euros. Sacrée différence quand même!
Preuve que certains journalistes pourraient avantageusement élargir leur champ d'exigence éthique, au lieu de faire du Sénat la cible privilégiée et unique de leurs investigations.
11 H 30 GALLIMARD
Sans doute un autre rendez vous sera-t-il utile pour parler des libraires, des éditeurs, du livre.
Celui-ci est lié à l'actualité de la PPL sur la numérisation des oeuvres épuisées.
Les éditeurs y sont d'autant plus prêts que le PIA Plan d'investissement d'avenir (grand emprunt) financera les dépenses de numérisation.
Une base de données affichera toutes les oeuvres destinées à être numérisées, et les auteurs pourront se signaler et même refuser.
L'argent des ventes en ligne ira à une société de gestion, où siègeront paritairement des auteurs et des éditeurs.
En l'état du texte, les bibliothèques qui prêteront des ouvrages épuisés sur le marché, devront quand même payer pour disposer des versions numérisées.
Tout cela plaît beaucoup à Monsieur Gallimard, ravi que le Parlement prenne des initiatives avant que Google ne spolie notre patrimoine.
Il n'en reste pas moins que c'est un précédent ambigu que de faire siéger, dans une société de droits d'auteur, les éditeurs, qui ont à la fois des intérêts liés et concurrents.
D'autre part, l'argent des bibliothèques, c'est de l'argent public, l'argent des collectivités, tout comme le grand emprunt.
Pourquoi enfin ne pas lancer la numérisation qu'après avoir recueilli l'assentiment de l'auteur? Trop complexe dit A.Gallimard, des centaines de milliers de contacts que nous n'avons plus.
Alors comment vont-ils les rémunérer?
PHOTOGRAPHIE
Voilà, je me suis rendue à la galerie Camera Obscura, et j'ai rapporté mon tirage encadré, une photo noir et blanc du Ghana, avec des enfants. Une Afrique réelle, dynamique, pleine de vie.
Je n'attends plus qu'une dernière affiche de cinéma et mon bureau au décor versaillais va prendre de la couleur, et de l'actualité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.