Carnet de bord #30 : Hold up sur la fertilité


HOLD UP SUR LA FERTILITE

Par le Réseau Environnement Santé à l'Assemblée nationale le 10 avril

Non, ce n'est pas un sujet de la commission culture, c'est un thème sur lequel j'avais fait un rapport à l'OPECST. Mais c'est aujourd'hui un thème dont les crédits de recherche de l'agence ont été supprimés ...

Phtalates et peturbateurs endocriniens n'auront désormais plus d'impunité et de répit. Le deébat est public, la recherche sur le sujet n'est plus marginalisée, et les ringards deviennent ceux qui hier ont couvert toutes les turpitudes. L'idée de RES, expliquée par André Cicolella est de mettre les données scientifiques actualisées à portée du public pour outiller le principe de précaution en matière de santé.
Pourtant l'ANR vient de supprimer la ligne de soutien aux projets de recherche en santé environnementale.


René Habert est directeur du laboratoire des gonades CEA/INSERM, à Paris Diderot, il fait un focus sur les phtalates, certes interdits pour certains dans les jouets, mais non controlés pour les contaminations des foetus.

la diminution de la production de spermatozoïdes est de moitié en moyenne tandis que les malformations de type hypospadias sont multipliées par deux!
Si la fragilisation de la gamétogénèse est visible, d'autres désordres hormonaux sont moins mis en évidence:
- cellules germinales foetales non développées qui à maturité engendrent des cancers
- perturbation de la masculinisation

Les phtalates sont des esthers. Le DEHP dans le foie le sang se transforme en molécule active MEHP.
Entre 1970 et 2006 on est passé de 1,8 à. 4,3 millions de tonnes. Et le DEHP représente 40% de la production, toute petite moléculre ingérable et aspirable.
Urines, plasmas, laits de mères montrent une énorme disparité de concentration, selon l'exposition.

Les expériences sur les rattes in vivo amènent les troubles évoqués avec des conséquences sur la puberté et les adultes.
Sur l'espèce humaine, des cultures ont été faites sur des cellules de testicules de foetus, avec du même individu, certaines exposées au DEHP et certaines non.
Trois jours suffisent en forte concentration pour diminuer de moitié la mort cellulaire des futurs spermatozoïdes.
L ARGUMENT DE DIFFERENCES ENTRE ESPECES NE TIENT PLUS APRES CES PREUVES, DANS CET UNIQUE CAS

En revanche, sur  les cellules de Leydig: diminution de moitié chez le rat, multiplication de moitié chez la souris, aucune variation chez l'homme
Des disparités de résultats sont aussi présentes pour les effets du cadmium.
Il faut aussi prendre en compte les fenêtres de sensibilité, les cumuls,, la bioaccumulation (pas pour le DEHP)  les effets transgénérationnels.
La prudence dans les extrapolations expérimentales s'impose donc.

Docteur Shanna H.Swan est vice-présidente du département de recherche de médecine préventive, Mount Sinaî School of médecine, USA.

En anglais à la tribune... Des milliers d'animaux exposés à des milliers de substances chimiques... Ce serait de la science fiction, mais c'est ce qui arrive à l'homme.

1947, le distilbène ... Synthèse d'hormone. Les bébés à naître furent des fêtes, suivies de déconvenues: le perturbateur endocrinien provoquait aux vingt cinq ans un cancer mortel des organes reproducteurs.

Le bisphénol A dans le plastique (utilisé dans les biberons!) date de la même époque, pour renforcer le plastique. Ce perturbateur nous entoure y compris dans les jouets.
Des embryons en formations sont influencés y compris par les embryons voisins mâles et femelles. Les quantités requises sont comparables à une goutte dans une piscine olympique!  Pas de teststérone, c'est une femelle. Entre semaine 8 et 12, la présence de testostérone fait la masculinisation des organes.

Comment éviter ces contaminants? Lire les étiquettes? Aucune mention n'y figure.
En hôpital, on trouve sans le savoir dans les tuyaux de perfusion ou autre matériel, y compris en pédiatrie ces perturbateurs.
La publicité vante même dans national geographic l'usage sanitaire des plastiques pour l'alimentation .
Or l'alimentation est la principale source de contamination. Des jeunes expérimentaux font massivement chuter le taux de DEHP.

Des études de chiffres comparés entre taux de DEHP dans l'urine de la mère et de désordres et malformations congénitales chez l'enfant sont édifiantes.
Le MEHHP induit par son niveau de présence des accroissements de risque de malformations du petit garçon jusqu'à 13 fois.(descente de testicules entravée, distance ano génitale, taille du pénis)
Une courte distance ano génitale prédit une infertilité de l'adulte.

50 ans depuis la mise sur le marché de ces molécules... 50 % de réduction de la fertilité!
Et sans doute des cancers associés.

Certaines substances n'ayant aucun effet individuellement se trouvent très toxiques en effet cocktail.
Une seule contamination TOUCHE TROIS GENERATIONS:  la femme enceinte, son bébé, le génome des cellules reproductives de ce dernier.

Il y a des alternatives: des aliments sains, des emballages non dérivés du pétrole. Si les femmes savaient, elles feraient ce choix.


Rémi Slama INSERM est président du conseil scientifique du PNRPE Programme national de recherche sur les perturbateurs endocriniens.

Quelle politique de recherche sur ce sujet?
Ces substances ont un effet toxique ET un effet mécaniste modifiant des élaborations d'organes.
Gérer le risque habituellement demande la connaissance de l'effet, des pathologies, de la dose-réponse.
Si l'on compare au dégâts sanitaires du smog, on voit vite les malades et morts, même si on n'a pas tous les éléments ci-dessus. L'exposition objective et le décompte des décès induits suffit à l'évidence de la nécessité de prendre des mesures.
Les mélanges de perturbateurs empêchent la caractérisation du risque.

Aujourd'hui les travaux sont nombreux et concluant sur les effets dommageables de ces substances, y compris pour les troubles du comportement. On sait l'importance de la fenêtre d'exposition.
Pour faire des règles, il n'est pas facile de suivre la définition au sens strict d'un perturbateur endocrinien: les effets étendus aux générations futures appellent à de longs suivis, de nombreux individus, et de nombreux effets potentiels.
Les "preuves" habituelles exigeraient énormément de budget et d'animaux d'expérimentation.
C'est de biosurveillance durable dont nous aurions besoin, et de toxicologie nourrie de ces observations, ainsi que des occurences de cocktail.
Certains développent le concept d EXPOSOME somme des expositions tout au long d'une vie, dans un environnement donné.
Ceci appelle à de grandes cohortes pour caractériser ces expositions environnementales. Ceci exige une grande interdisciplinarité et des moyens amplifiés et clarifiés (trop de guichets, peu d'argent).
Problème aussi des équipes, des RH éphémères.

Trop peu encore de données quantitatives sur l'humain pour voir l'impact économique sociétal et stimuler les décisions qui s'imposent.
Les maigres mesures déjà prises n'ont pas été associées à des moyens d'évaluation des résultats positifs induits.

La seconde table ronde porte sur le passage au concret: il ne suffit pas de savoir, ou même de voter une interdiction, encore faut-il qu'on en tire les conséquences et que la mesure soit appliquée.
Gérard Bapt, député raconte le vote de l'interdiction partielle du bisphénol, puis le texte excessif des centristes sur l'interdiction de tous les phtalates, quels qu'ils soient, ou qu'ils soient.
Michèle Rivasi, députée européenne EELV vient dire le rôle du niveau européen, qu'il s'agisse de l'expertise, par l'agence souvent prise la main dans les conflits d'intérêt, ou des arbitrages.
Puis les ONG expliquent leurs actions de sensibilisation, de prévention, de luttes.
La salle est pleine, j'y vois le professeur Sultan du CHU de Montpellier, qui alerta très tôt sur les contaminations prénatales, et André Picot, infatigable toxicologue. Tous deux m'avaient beaucoup aidée pour le rapport de l'OPECST sur les polluants du quotidien.

Ce matin par ailleurs nous avons eu notre traditionnel bureau et réunion de groupe EELV. Visiblement chacun et chacune s'inscrit dans la campagne et se mobilise.
La préparation du conseil fédéral élargi qui décidera si oui ou non des écologistes vont au gouvernement occupe beaucoup d'esprits.

Déjeuner avec Corinne Bouchoux: son colloque à Angers sur la restitution des oeuvres dont ont été spoliés les juifs pendant la guerre a été un succès. Visiblement ce qui a été récupéré par la France n'a que très très partiellement été rendu aux propriétaires. Elle a déjà écrit un livre sur le sujet. Un film en naîtra, ainsi que sa thèse, très fouillée.
Nous parlons de notre parti, et surtout de sa gouvernance.
Nous parlons aussi de l'OPECST, où je l'ai encouragée à siéger, et qui devient un espace d'analyse des politiques publiques, davantage qu'un lieu d'expertise. Les textes fondateurs ne sont plus respectés, le règlement non plus.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.