Lobby Servier et rapport du Sénat

La proximité de la majorité et de Jacques Servier, décoré grand officier de la Légion d’Honneur par le Président Sarkozy, n’est pas une surprise.

La proximité de la majorité et de Jacques Servier, décoré grand officier de la Légion d’Honneur par le Président Sarkozy, n’est pas une surprise.

La révélation par des écoutes téléphoniques de rendez-vous et conversations entre la rapporteure UMP et des scientifiques ayant des proximités avec l’entreprise Servier, lors de la finalisation du rapport, s’inscrit dans ce contexte d’intrusion des intérêts privés dans la sphère du politique, dont la mission devrait être le seul intérêt public, et dont le comportement devrait être une rigoureuse indépendance.

Ces pressions, apparemment consenties, ont abouti à des modifications de phrases entières, certes peu nombreuses mais significatives.

Si le contenu global de ce rapport sur le médicament en général n’en est pas altéré, si les propositions, inchangées, restent parmi les plus radicales et les plus ambitieuses, des mutations envisageables pour l’expertise, la mise sur le marché, le suivi et le remboursement des médicaments, il n’en demeure pas moins que ces modifications privent les victimes de certains arguments ratifiés par le Parlement.

Et ce n’est pas un hasard si les pressions pour modification ont pesé sur les passages validant les études scientifiques qui ont permis de démontrer la dangerosité du Médiator. L’enjeu de ces tripatouillages est visiblement de protéger les intérêts de Servier dans la tourmente judiciaire.

Marie-Christine Blandin, Sénatrice EELV, qui a participé assidûment aux auditions, et voté ce rapport :

  • salue la clairvoyance de la justice qui a démasqué cette manœuvre.
  • demande au Président du Sénat de préciser les dates de ce rendez vous, les phrases modifiées, et la date à laquelle ces phrases ont été modifiées.
  • attend du Gouvernement, qu’il cesse de différer l’installation d’une Haute Autorité de garantie de l’indépendance de l’expertise, véritable outil de lutte contre les conflits d’intérêt, dont le principe a été voté dans le Grenelle, et repris dans le rapport.
  • attend de la future loi sur la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé, proposée par Xavier Bertrand, qu’elle soit plus rigoureuse dans sa protection des patients, et qu’elle mette en œuvre les préconisations du rapport du Sénat.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.