Carnet de bord #30 : Festivals et culture

mercredi 11 avril

Groupe d'étude sur les arts de la rue, de la scène, et les festivals
Audition de France Festival

La crise des intermittents en 2003 à Avignon a été révélateur de l'impact des festivals. Avant, c'était le mépris. Pourtant la fédération existe depuis 1959. Les festivals sont les enfants de la décentralisation.
85 festivals de musique sont dans la fédération, musiques savantes et musiques actuelles.
Automne en Normandie est partie du classique pour maintenant ajouter la danse.
Les 38 ème rugissants de Grenoble ont fusionné avec le jazz de Grenoble.
Il y a coordination avec zone franche (musiques du monde) et la fédé des musiques actuelles, et celle du jazz.
Manuel Négrier du CNRS essaie de faire le point de ces domaines méconnus et porté par des ressources humaines difficilement repérables, et souvent confidentielles.


- des festivals à vocation touristique, basés sur des têtes d'affiches.
- des festivals structurants par discipline (Angoulême, Avignon, Cannes...) avec résidences, commandes, création induite.
- des festivals diffuseurs, dont la qualité repose sur la programmation. Cela favorise la circulation des oeuvres. L'ONDA et la SACEM vont aider.
- des festivals mixtes, avec diffusion et master class à grand impact régional.

Le ministère peine à se créer une politique claire. Aillagon a tenté de lister les grands et limiter.
Aujourd'hui les interventions de l'Etat sont très limitées. Les festivals étaient dans les entretiens de Valois 1, ils ont été oublié dans les entretiens de Valois 2.

La fédération a étudié:

- La musique a-t-elle besoin des festivals?
Oui pour la prise de risque et la création. Oui pour leur qualité artistique.
- 2009: quels publics? Et travail prolongé sur 400 festivals internationaux.

 


RENDU A LILLE EN 2013.

Le Président du festival de Besançon, VP de France Festival, dit son inquiétude dans la période de restriction.
La part des collectivités a beaucoup augmenté, mais il est essentiel que l'Etat garde une implication dans certains, pour la crédibilisation, la pérennisation, la survie budgétaire.

Des critères artistiques, et d'aménagement du territoire par l'animation culturelle, doivent clarifier les choix des DRACS au niveau national.
C'est un complément de répertoire des scènes fixes.
Plaidoyer pour la clause générale de compétences.
Il faut que le ministère soit présent dans le débat européen.
Quant au mécénat, les dispositifs fiscaux sont très utiles aux festivals et ont des effets bénéfiques.
Il faut lever l'opacité de certains mécanismes d'aide de sociétés civiles de percption et de gestion. Par exemple la SPEDIDAM, et certains parachutages non structurants, comme à Besançon, initiative de la ville par appel d'offres.
La venue d'artistes étrangers reste un casse-tête, surtout pour les gens du sud.
Enfin l'Etat doit encourager les réseaux et le dialogue entre acteurs des festivals.

Et le bénévolat?    Il doit rester l'exception pour les artistes (cela est néanmoins fréquent pour les choeurs). Les fonctions techniques ne doivent pas y recourir. Il est très présent dans les domaines de l'accueil, de la veille, de la vie associative avant, pendant, après.
Cela fait partie de la convivialité et de la vie dans la ville.
France Festival insiste sur les conventions de bénévolat: pas d'horaires fixes, pas de missions que pourrait assumer un salarié.
Pourquoi pas un statut du bénévole: le festival de Clermont Ferrand a eu des problèmes de dons fixes pour les repas: ils auraient du les nourrir, ou rembourser les repas pris.
Les festivals sont fragilisés par la restriction des moyens, mais encore plus par l'annonce tardive, incompatible avec la programmation en amont: PRESSION CONSTANTE DE L INCERTITUDE! Une concertation sur cette incertitude et comment la gommer serait bienvenue. Pourquoi pas des conventions pluriannuelles?

Ne pas confondre le temps fort d'une structure permanente, et le festival à part entière, quasi seul temps de visibilité d'une association avec ou sans murs. Souvent ces associations sont adossées à une collectivité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.