Carnet de bord #18 : Ouvrez des écoles, vous fermerez des prisons

LUNDI 6 FEVRIER   En milieu « favorisé », on supprime des classes de maternelles. « Favorisé »?La politique irresponsable de suppressions de postes dans les écoles est appliquée avec zèle dans le Nord.

LUNDI 6 FEVRIER   

En milieu « favorisé », on supprime des classes de maternelles. « Favorisé »?

La politique irresponsable de suppressions de postes dans les écoles est appliquée avec zèle dans le Nord.

Ni les postes Eclair des zones sensibles, ni les lycées des villes en difficulté, ni les sections professionnelles ne sont épargnées!

Ce matin, devant la maternelle Aicard du faubourg de Béthune à Lille, les parents manifestaient contre une inadmissible fermeture de classe.

“Suppressions dans les quartiers favorisés pour redéployer vers les zones en difficulté” dixit la Rectrice??

Ce matin, devant l’école Aicard il y avait une maman en sandalettes… moins 6°C dehors… “favorisée”???

47, c’est la suppression nette des classes de maternelles dans le département du Nord. (70 fermetures et 23 ouvertures)

 

18 h RASED en péril. Projection d’un film racontant le travail spécifique des ré-éducateurs. L'aide personnalisée, pendant le temps scolaire, dans l'école, est présentée au travers de plusieurs exemples où l'on voit la place du jeu pour que des enfants qui ne vont pas bien, retrouvent le chemin des acquisitions.
Table ronde avec rééducateurs, pédopsychiatres, enseignants. Au passage on fustige le député Daniel Fasquelle, UMP du Pas-de-Calais, qui passe à la télé sur France 2, dimanche, pour se faire la peau de la psychanalyse. Et le pédopsychiatre d'une part d'insister sur l'importance de la formation, mais (hélas) d'autre part de globaliser sa critique DES politiques.
Les CMPP accueillent en fin de course les enfants, après les RASED quand subsistent les problèmes. Aujourd'hui les RASED sont frappés par les suppressions de postes et les postes en CMPP de l'éducation sont décimés.
Dans le film, parlent psychologues et psychiatres comme Boris Cyrulnik ou Serge Tisseron. Comment les ministres successifs de l'éducation et Sarkozy peuvent-ils à ce point mépriser de tels talents et se lancer dans la destruction massive de ce qui marche! Un témoin évoque la mise â sac des RASED, citant Gori et l'appel des appels. L'école est sommée de privilégier la sélection de ceux qui serviront l'économie.
“En 2005, 165 maitres G rééducateurs en Pas de Calais... Aujourd'hui 35!”, dit un enseignant qui n'a plus d'espoir dans le politique dans cette démocratie qui concentre les pouvoirs de façon pyramidale. Il en appelle soit à mourir debout, soit à la rue...
Ce n'est pas gai. L'ambiance est plombée.
Puis discussion du terme rééducateur, qui ne saurait être seulement celui qui apprend à obéïr et à se taire.
Autre blues: la maltraitance institutionnelle que subissent ces professionnels avec une épée de Damoclès sur la tête et une négation de leur rôle, de leur vocation et de leur savoir faire.

Les enfants du film qui ne semblent pas cumuler leurs difficultés et des difficultés sociales sont des preuves vivantes que le jeu suffit à débloquer des situations.
Un enseignant raconte comment on est là loin du couperet de l'évaluation formatée qui n'attend pas, et aussi du contraste avec la classe où l'on ne joue plus, y compris en maternelle sans perspective de l'évaluation du lendemain. Celle qui inquiète parents et enfants.
En plus on perd le sens de l'évaluation de la valeur de l'individu qui ne se mesure pas à la seule mesure des acquis.
On ne prend plus le temps, on compte chaque minute consacrée à un enfant.
L'utilisation du jeu par les adultes des RASED contribue hélas à les discréditer devant des décideurs prompts à ne retenir que le temps d'enseignement réputé utile.

 

MARDI 7 FEVRIER

 

16 H 30 --- BUARQUE
Ancien ministre de  l’éducation de Lula, actuellement Sénateur du Brésil, il s’engage dans une préparation alternative de RIO, conférence de l’ONU sur le développement durable. Il foisonne d’idées. Il faut dire qu’il travaille avec Edgar Morin et souhaite installer un tribunal de la dégradation de l’environnement. Il inventorie les grandes personnalités qui pourraient l’animer. Sa liste est déjà longue, je lui suggère Vandana Schiva, qui était venue pour mon colloque sur la biopiraterie.
Nous nous découvrons des amis communs : Didier Moreau de Poitiers, féru de culture scientifique et proche d’Edgar Morin, et puis le photographe Sebastio Salgado, économiste de formation, avec qui il était sur les bancs de l’université.
Ce genre de rencontre est passionnante, elle ouvre sur le monde, elle rend espoir. Mais en même temps vient la question morale : qu’est-ce que je fais de ce contact, comment j’aide à cette dynamique ?


17 H 30 --- CONTROLE DES LOIS
Une initiative de David Assouline, au nom de sa nouvelle commission, permet cette séance publique au cours de laquelle les parlementaires jouent leur rôle en interpellant le gouvernement sur les décrets non sortis.
Une loi qui n’a pas ses décrets sortis est une loi sans effet sur le terrain. Certains attendent des années.  D’autres sont rédigés par d’habiles mains perfides qui minorent l’ambition du vote des élus.
Et puis, mais ce n’est pas le sujet, certains sont inapplicables, comme l’obligation faite aux maires d’assurer l’accueil des enfants en cas de grève des enseignants.
Certes des efforts de rapidité ont été fait par le gouvernement, mais ils sont inégaux : la commission des lois par exemple ne bénéficie que d’un taux d’exécution de 50%. Le Grenelle aussi est en souffrance .

22 H 40 GAZ DE SCHISTES
C’est une question avec débat (il n’y a pas de vote) qui me donne l’occasion d’expliquer notre opposition catégorique à cette suicidaire fuite en avant : exploser des roches en grande profondeur pour les réduire en morceaux afin qu’elles libèrent des gouttelettes de pétrole ou de gaz.
64 permis d’exploration-exploitation avaient été délivrés sous le ministère de Borloo. Devant la colère de tous les territoires concernés, Borloo devenu, entre temps, député avait déposé une proposition de loi pour les interdire !!!
Cette interdiction, vantée à grand renfort de communication par le gouvernement, ne concernait hélas que la méthode de fracturation hydraulique. C’est vrai que c’est la pire : fluides chargés de solvants toxiques, fracturation de la roche et libération de substances dangereuses pour l’environnement et la santé, et en profondeur, réactions chimiques entre ces composants, libérant des cancérigènes.
Hélas le texte voté laissé malhonnêtement la porte ouverte pour 61 permis, dont les entreprises demandeuses s’apprêtent à d’autres redoutables méthodes, comme la fracturation pneumatique.
Pire, les lobbies sont à l’œuvre, et un vaste colloque « comment sortir de l’interdiction française ?» vient de voir le ministre le clôturer avec complaisance. Comme disent les associations :
L'esprit du Grenelle semble s'éloigner peu à peu… Citant une table ronde organisée dans le cadre du Club Energie & Développement durable par le député François-Michel Gonnot (UMP – Oise) sous le haut patronage du Premier ministre, réunissant le ministère de l'Industrie et des représentants de l'industrie pétrolière.
Dans le débat tous les protagonistes des hydrocarbures dits « non conventionnels » utilisent les vieilles recettes usées qui ont entouré la promotion du nucléaire : mensonge sur les chiffres, minimisation des dégâts, accusation d’obscurantisme contre ceux qui tirent la sonnette d’alarme, et enfin l’ultimatum : c’est la pénurie ou nous !
Bien entendu le gouvernement oublie ses engagements internationaux de réduction des gaz à effets de serre, et ne développe aucune politique responsable de sobriété et d’efficience énergétique.
Pendant que les orateurs développent à la tribune leurs arguments, Mariani le ministre lit son Ipad…
Sortie de nuit : tout est soudain devenu blanc de neige, cela glisse, il fait moins cinq, et mon chauffeur n’est pas là ; j’apprendrai le lendemain que le sms qui lui a été envoyé n’a pas été reçu. Merci SFR qui a emporté le marché de la flotte mobile du Sénat, et qui nous inflige depuis des ruptures de communication, des sms qui n’arrivent pas, ou quelques heures plus tard, des zones blanches. Hélas Orange n’a pas répondu, et nous avons du quitter l’opérateur historique.

MERCREDI 8 FEVRIER

10 H LE LOUVRE
Au Sénat, la Commission Culture, Education et Communication auditionne Monsieur Henri Loyrette, président du musée du Louvre et Monsieur Hervé Barbaret, administrateur général. Un compte-rendu est disponible ICI
Beaucoup de questions portent sur le Louvre à Abou Dabi : nous apprenons que, malgré les années passées, seule l’île qui va recevoir le bâtiment est prête; mais rien d’autre n’est sorti de terre.
Evoquant le Louvre Lens, le Président insiste sur le fait que tout le coût est à la charge de la région qui accueille: pas étonnant qu’il n’y ait pas eu beaucoup de candidat.
Le président passe bien vite sur les 35 postes qui lui ont été repris et se félicite du soutien du gouvernement, tout comme il évoque l’Hôtel de la Marine, dont il va se charger, sans être bien clair sur la certitude de la disponibilité des fonds nécessaires aux acquisitions .
Puis je fais voter une motion de renvoi sur la PPL Doligé qui propose de drôles de mesures pour accélérer l’archéologie préventive. Le clivage est classique : gauche/droite donne un vote favorable. Nous apprenons que la commission des lois saisie au fond en a fait autant.

18 H RAPPORT DE LA COUR DES  COMPTES
Alarme globale sur l'état des finances. Didier Migaud ne parle que 30 mn pour exposer 1600 pages de conclusions.
Les grands chantiers culturels, la protection sociale, les déductions fiscales, et même l intermittence sont cités. De la lecture attentive en perspective.
19 H conf des Présidents
Des originalités:
- Le Ministre Ollier souligne comme il a bien pu travailler... Ca sent l'adieu. Il faut dire que c'est la dernière conférence avant les élections.
-  on voit une PPL texte d origine parlementaire UMP de l'AN se glisser dans les journées réservées au gouvernement.
- enfin le secrétaire général me remet sa réponse écrite sur la composition des CMP.
- demande de prolongation des travaux au delà de février....
20h RETROUVAILLES
Avec les acteurs et militants de la nature.


21H30 debat sur la BIODIVERSITE
A notre initiative, mais... L'hémicycle est vide, à l'exception de deux centristes, un socialiste et une communiste!
En plus pour représenter la parole du gouvernement sur la biodiversité, ils nous ont mis le ministre Douillet!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.