Carnet de bord #24 : Londres, la BBC, les JO et Thierry Henry.

Jeudi 1 mars

11 h FCPE
C'est un rendez vous politique avec les trois représentants de la fédération de parents d'élèves, en préparation à l'audition d'Eva Joly.
Nous échangeons sur nos priorités pour l'éducation, ils ont reçu nos documents, ils nous demandent des précisions sur quelques points.
Il y a d'ailleurs une sorte de paradoxe des acteurs de terrain à demander aux candidats une grande précision sur leurs propositions, et en même temps à vouloir être co-producteurs des mutations à mettre en oeuvre.
Nous nous retrouvons sur les rythmes scolaires, l'école dans le territoire, la participation de tous les acteurs.
Ils nous écoutent sur l'école fondamentale jusque seize ans, sur la maternelle, sur la priorité aux zones sensibles.
Ils sont plus dubitatifs sur nos cursus de formation qu'ils ne trouvent pas assez précis.

15 heures Esther Benbassa questionne le gouvernement sur le ministère du mal logement. “Caricature” lui répond le ministre de droite, qui coopte dans sa réponse ceux qui l'ont précédé dans la politique de la ville: Sueur, Dhilin dans sa commune, Delebarre.
Les rangs sont clairsemés, ça sent les vacances!!!

16 h loi sur le sport
Voilà, c'est la dernière lecture, qui suit la CMP et le vote de l'assemblée: le régime de l'assurance est changé, il y aura un passeport anti dopage avec des données biométriques, et on ne pourra plus spéculer sur les billets des spectacles.

Parenthèse en vue du 6 mars
Budget des JO : Deux virgule cinq milliards de livres passés à 9,3 milliards de budget
actuels en livres!
Il est évident que ce montant n’aurait pas été accepté par le comité olympique. Paris aurait pu gagner
Donc on dépasse les 10 milliards d’euros
75% pour une régénération de l’est de Londres, disent les décideurs.
Métamorphose des pires quartiers.
La visite, en car,  est très sécurisée, il faut donner les passeports et en plus on ne descend pas.
Ils insistent beaucoup sur l’héritage: nom donné à ce qui sera plus tard réutilisé.

2,5 km carrés de friches et usines récupérées pour faire un parc olympique.
Beaucoup de pollutions des sols.
Des 2005 il a fallu démolir 250 bâtiments, dépolluer les sols, 1,4 million de tonnes de terre nettoyée (?) et recyclée.
Après construction des sites, on est dans les évènements tests.
Le 27 juillet, cérémonie d’ouverture.
Les jeux seront achevés avec les paralympiques (20 sports)
Un stade de 80 000 spectateurs

Semaine du 5 au 9 mars DEPLACEMENT A LONDRES

Les commissions du parlement se déplacent chaque année pour rester informées sur ce qui se passe dans le monde dans leur secteur de compétence.
Quand on dit "commissions" ce ne sont en réalité que quelques membres, qui représentent tous les autres. Cette fois ci c'est David Assouline, Jean Jacques Lozach, Danièle Michel, Catherine Morin Desailly, Marie Annick Duchesne et Jacques Legendre. Soit trois socialistes, une centriste, deux UMP. La proportionelle et le budget réduit ne permettent pas d'emmener tout le monde: la prochaine fois il n'y aura pas de centriste mais un ou une communiste.
C'est ainsi que la commission des affaires culturelles s'est, par le passé, année après année, rendue en Chine, en Inde, en Russie, au Canada, en Argentine, au Brésil, fouillant des thèmes comme l'industrie des jeux vidéo, le financement des universités, la muséographie, le sport, l'action culturelle de la France en Amérique latine, la francophonie.
Je souhaite réparer un vide: jamais la commission ne s'est rendue en Afrique, mais cette année, les pays du Sahel sont secoués par des révoltes qui rendent compliquée l'organisation de déplacements au Mali, au Niger, et même au Sénégal.
Et puis c'est une année électorale au calendrier particulier, et aussi une nouvelle gouvernance du Sénat, impliquant des économies: le budget de fonctionnement de la commission a été amputé d'un tiers.
Nous partons donc à sept à Londres, en train. Les thèmes seront la préparation des Jeux Olympiques, le foot ( et oui le foot, car notre commission s'occupe du sport), et la BBC en pleine restructuration.

Notre délégation est particulièrement bien accueillie dès l'arrivée de l'Eurostar, par des représentants de l'ambassade et de l'Institut français, grande différence avec le peu d'aide que nous avions reçu pour la mission MEDIATOR.
Question de sujet d'investigation? Perspective d'alternance?

Question déroulement, les journées sont très denses, les rendez vous se succèdent et la traduction simultanée demande plus de concentration: on ne peut s'empêcher d'entendre les phrases en anglais que l'on comprend en partie, et la traduction.
Question protocole, je retiens l'entrevue stupéfiante avec l'ambassadeur, avant un dîner qu'il offrait à la délégation. Histoire de nous donner des éléments de politique étrangère avant que nous entrions dans les sujets culturels qui nous motivaient, le voilà qu'il se lance dans un long exposé sur deux points "essentiels": les liens des armées, et la politique commune nucléaire "puisque nos deux pays ont décidés de poursuivre l'effort dans cette filière".
Mes collègues sénateurs me regardent avec inquiétude, se demandant à quel moment je vais exploser...
Mais je sais me tenir, je lui dis simplement que nous ne sommes pas là pour cela, mais que, puisqu'il a l'air très compétent sur le sujet, j'aimerais savoir si le Royaume-Uni a, dans son budget, provisionné des sommes pour le démantèlement futur et inévitable (quels que soient les choix) des sites. En effet EDF en France n'a pas été correct sur le sujet, transgressant la loi qui l'obligeait à cette provision, et on soupçonne même l'entreprise d'avoir acquis des parts de capacité de production électrique en Angleterre avec les moyens ainsi dégagés.
L'ambassadeur ne sait pas. Mais au moins il change de sujet.
Le soir mes collègues me diront qu'il n'avait pas du lire ses fiches (dans lesquelles figurait ma qualité d'écologiste) ... Moi je pense que c'était de la provocation.

BBC

MCBl - Façade de la BBC

Avec des ressources issues d'une redevance à 145,50 livres, et sans aucune publicité, la BBC se lance dans le media global et utilise la matière première information aussi bien pour la télévision que pour la radio ou internet.
Le formatage de la matière est en vigueur pour global news: par sujet le journaliste doit systématiquement fournir 150 signes, puis 200 mots, puis une video. Ensuite ils répondent aux demandes spécifiques.

La restructuration et un énorme plan d'économie, aggravé par l'abandon du financement de l'audiovisuel extérieur par les affaires étrangères, s'accompagne de l'installation dans de nouveaux locaux open space, là où De Gaulle fit son appel.

 

MCBl entrée locaux BBC


Une découverte pour nous: un service de veille qui regarde et écoute tout ce qui se diffuse dans le monde, dans toutes les langues, sur tout support, et qui nourrit les services secrets, et commercialise ses données ratissées auprès de qui paye!
Nous leur avons demandé s'ils peuvent, par exemple, se faire payer par une agence chinoise qui voudrait savoir ce que disent les parlementaires français sur le Tibet.... Silence gêné.
Pour ce qui est de la production, la BBC se met en concurrence avec des producteurs extérieurs pour 25% du volume global, chacun soumettant ses projets, évalués et choisis au sein de commissions spécialisées (fiction, enfance etc.). Cinquante% restent produits à l'interne, 25% à l'externe. En France, les producteurs extérieurs défendent avec assiduité leur rôle et freinent la production à l'interne.
Sur la traçabilité des droits d'auteurs et de diffusion, sur l'exclusivité, il semble que des agréments de cinq ans soient en vigueur.
SKY, leur équivalent de Canal, fait 1,9 milliard de recettes, soit la moitié de l'ensemble. La production interne entraîne des recettes par retours de droits sur des diffusions postérieures. (170 millions de livres).
Si la production est d'origine extérieure, la BBC n'engrange que 15% des revenus.

MUSEES

Nous n'avons vu qu’une galerie et la TATE BRITAIN dans laquelle il y avait une exposition PICASSO et une exposition MIGRATIONS.
Le fil rouge était l'apport des étrangers à la peinture en Angleterre. Malheureusement, l'exposition ne reposant que sur les collections du musée, il s'agissait davantage de juxtapositions de tableaux vus par un anglais, puis vu par un italien de passage, comme ce regard sur Londres par Canaletto.
Ni irruption du jaune Fragonard, ou du vert Véronèse, et encore moins de place pour l'extraordinaire foisonnement du multiculturel dans l'Angleterre de 2012... Un peu décevant.

INSTITUT FRANCAIS

Les locaux sont prestigieux et ils sont désormais le lieu de la diffusion de la culture française à Londres. Le Directeur nous propose la première de BEL AMI film en anglais non sous titré, non doublé issu du roman de Maupassant, dont les cinéastes sont anglais, et les lieux de tournage à Londres et en Roumanie...
Le Directeur adjoint nous accompagne partout, motivé par son passé professionnel audiovisuel (avant il était trader).

JEUX OLYMPIQUES

Entre visite du site en minibus clos, sans possibilité de voir l'intérieur des installations, et entretien cordial avec le Directeur du ministère des sports (qui est le même que celui de la culture) nous apprenons que les 2 milliards annoncés pour le projet ont déjà atteints 9,3 milliards de dépenses...
Une pensée pour les Grecs qui épongent dans la douleur ces dépassements du BTP, une pensée pour les anglais dans quelques années.
Le "guide" qui commente le site insiste beaucoup sur le plus grand Mac Do du monde qui s'élèvera au milieu, et sur l'obligation faite aux spectateurs d'emprunter la passerelle qui les mène, en entrant comme en sortant, au plus grand centre commercial de Londres, flambant neuf.

C'est le quartier industriel et pollué de l'Est qui devrait être métamorphosé par les Jeux, et nos hôtes insistent beaucoup sur le Legacy (héritage).
2,5 km carrés de friches, des usines rasées, 250 bâtiments, des sols décontaminés, 1,4 million de tonnes de terre: le guide nous prend quand même pour des naïfs (à moins que ce ne soit la traduction approximative) quand il dit: de grandes machines à laver ont brassé et nettoyé le sol puis tout a été remis en place une fois propre...
Nous nous étonnons de cette ville silencieuse sur les jeux, à quelques mois de la cérémonie d'ouverture. Nous nous demandons si la population en crise (un tiers des enfants de Londres vivent sous le seuil de pauvreté) est prête à accepter ces dépenses somptuaires.
A nos questions, il nous est simplement répondu que la communication est différée pour ne pas faire d'ombre au jubilé de la Reine, qui arrive en juin...

CULTURE ET JO
Un beau programme est celui que nous présente Madame Ruth Mackenzie, qui essaye de faire vivre une saison culturelle sur plusieurs sites d'Angleterre: un feu d'artifice à Stone Henge, des concerts, des pièces de théâtre, de grands voiliers sur la Tamise, dernière nouvelle la venue d'Ariane Mouchkine.
Comme les jeux n'oublient par les paralympiques, le programme culturel comportera aussi des spécificités pour ceux qui sont en situation de handicap.

ET UN MATCH DE FOOT, UN!

ARSENAL MILAN ... La première ligue nous a invités, et privilège inédit, réservé une loge.
Pour moi c'est une première. Je découvre les paris. Je découvre aussi mes collègues masculins débordants d'enthousiasme, criant tantôt victoire, tantôt leur déception au gré des buts marqués. Même le sénateur Legendre davantage motivé par la francophonie et la littérature que par le foot regrette de ne pas avoir acheté une écharpe.

 

MCBl loge foot londres

QUAND LE FOOT ASSURE LES MISSIONS DE L’ECOLE...

ARSENAL salarie 20 éducateurs, habillés aux couleurs du club, qui vont dans les écoles et les quartiers difficiles.
Prévention de la violence, aide aux devoirs, lutte contre l'islamophobie, tout cela est bien fait et enthousiasmant, mais... Comment se fait-il que l'école  n'assure plus ses missions? Le libéralisme débridé, qui casse le service public aboutit à ces postures paradoxales.
Et les enfants remplissent consciencieusement les fiches avec la photo de Thierry Henry, sa date de naissance, calculent son âge et inventorient ses buts...

HOUSE OF PARLIAMENT


Nous avons au Parlement rencontré nos homologues: le groupe d'amitié tout d'abord, puis le Président de la commission des affaires culturelles.
Elle ne comporte qu'une douzaine de membres ( les lobbies doivent avoir le travail plus facile!) car tous les parlementaires ne sont pas tenus d'être membres d'une commission.
Sa commission fut celle qui convoqua Murdoch ( pouvoir supérieur aux notres) et l'auditionna. En revanche rien de ce qui est dit aux parlementaires ne peut être utilisé en justice.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.