Un loisir barbare s'éteint, une horreur répressive s'éveille

Je me félicite que la dynamique région de Catalogne ait pris la décision d'interdire les corridas où sont tués les taureaux. Une barbarie s'éteint, tournant la page d'alibis culturels et coutumiers dissimulant des mœurs sadiques.

Je me félicite que la dynamique région de Catalogne ait pris la décision d'interdire les corridas où sont tués les taureaux. Une barbarie s'éteint, tournant la page d'alibis culturels et coutumiers dissimulant des mœurs sadiques.

Hélas le même jour le Gouvernement français, dans un domaine bien plus grave, franchissait la barrière de l'inadmissible, en annonçant ses projets contre les Roms.

Utilisant la scandaleuse notion de responsabilité collective, après les actes de violence de Saint Aignan, faisant l'amalgame entre tous les gens du voyage, l'Élysée s'engage avec le Ministre de l'Intérieur dans une sinistre chasse aux campements, qui fait froid dans le dos.

Comme il n'y a pas assez d'emplacements dits « légaux », parce que les Préfets ne mettent pas en demeure les communes de respecter leurs obligations, il sera facile de semer partout le désarroi, l'exode, la perte de repères pour les enfants scolarisés.

J'appelle chacun à se ressaisir et à prendre la mesure de ce qui se passe en France : c'est de solidarité et de prise en charge dont nous avons besoin, pas de désignation de boucs émissaires, avec des ficelles populistes aussi grosses que la désignation des cylindrées des véhicules : on ne tire pas une caravane avec une SMART !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.