Marie Christine GIUST
Abonné·e de Mediapart

1107 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 janv. 2022

LYNCHAGE, ET PORTE QUI CLAQUE AU 1er ÉTAGE ....

VIOLEMMENT... Ceux de droite maintenant. LA PORTE CLAQUE ! Le seul courrier que je suis arrivée à transmettre en dix ans, ne sera pas rester lettre morte, pour dire: sans réaction du réseau mafieux de mon immeuble ! Rencontre hasardeuse, ce soir, des gens du 1er étage, qui croient encore au Père Noël ! Malheureusement, moi plus du tout..

Marie Christine GIUST
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Maintenant que je sais que c'est la voisine de gauche qui a fait venir ses copains de la police pour me faire enfermer le 2 décembre 2019, et qu'on ne l'a pas revu dans l'immeuble depuis... Elle ne perd rien pour attendre !

Voici la lettre que je viens d'adresser lettre à ma responsable de compte à La Banque Postale il y a deux jours, et dont le voisinage le plus proche a dû avoir connaissance via les Renseignements Généraux du Commissariat du Coin ( que des affidés comme indics au Commissariat du coin), sinon je n'aurais pas été dans la même après-midi d'aujourd'hui, vendredi 14 janvier, juste après l'énorme manifestation des enseignants contre Macron et Blanquer,

d'abord lynchée sur les quais de Seine ( la méthode remonte à 2016, l'époque où la police nationale avait pris pied place de la République, sous couvert de "mouvement de gauche" !!!),

puis à l'arrivée dans mon immeuble (suivie de près, comme d'habitude, n'est-ce pas ??? ,,,) par le voisin de droite qui a fait preuve d'une mauvaise foi... SANS PAREIL et dont le copain, qui l'attendait porte ouverte au 1er, a claqué la porte à toute volée ( pour dire et confirmer : "on est bien des truands", sinon il se comporterait normalement et ne nuirait pas à son voisinage), alors que je venais de lui dire: que je ne saluais pas des gens qui claquaient les portes de cette façon ignoble, et le reste... en termes de trafic et de'appels anonymes, donc les prédateurs, les menteurs, etc... en filigrane: l'extrême-droite des voyous et trafiquants qui continuent tous à trafiquer  !!!

Avec aujourd'hui les thérapies ericksoniennes ... et tout le tralala du rez-de-chaussée, si connu, si délétère, si crapuleux, et pareil depuis 10 ans...

Plus ces gens sont découverts dans leurs pratiques illicites, et plus ils deviennent violents comme les nazis en leur temps ! Aucune différence... Ils commencent à ne plus être à l'abri d'un procès global pour leur TRAFIC ILLICITE EN GANG CRIMINEL ORGANISÉ, LEURS VIOLENCES DES ANNÉES, LE PROCES CRAPULEUX QU'ILS M'INTENTERENT VIA LEUR GARDIEN, ET ENFIN L'INTERNEMENT ABUSIF: DERNIER RECOURS DES REGIMES TOTALITAIRES, DONC CRAPULEUX: QUAND ON VEUT SE DÉBARRASSER DE QUELQU'UN...

Madame F. L. re-bonjour
Voici une copie de la lettre aà adresser au Centre Financier, et je vous demanderai de recevoir copie du courrier adressé en réponse par le Centre Financier, car il est peu probable que leur courrier ne me parvienne !
Aucun des courriers adressés ces derniers mois tant à l’étranger qu’à Paris intra-muros ne sont arrivés à leurs destinataires, entre autre le Théatre du soleil et des collègues psychanalystes au Brésil !
Quant au courrier que je devrais recevoir, c’est chose rare, aussi bien les journaux que les courriers personnels.
Seuls les courriers des  impôts arrivent jusqu’à moi.
Et ce, depuis, mars 2017 où j’ai fait appel d’un procès frauduleux que me faisaient ceux-là même que ne supportaient pas qu’on dénonce les graves dégâts matériels et les violences physiques dûs à des années de trafic illicite par les acteurs de l’immeuble et leurs complices.
Jamais plus je n’ai eu de nouvelles du Palais de Justice: et pour cause !!!
Ça aussi ça fait partie de l’Histoire ! Malheureusement …
Et ce n’est pas parce que ça fait partie de l’Histoire qu’il faut l’effacer et en profiter pour tirer un trait sur ma personne.
Vous serez bien entendu d’accord avec moi !
Bon, donc, je vous demande d’en recevoir copie pour pas que cela se perde, et j’ai mis procuration à vous, ma responsable de compte.
Comme je dois faire des démarches exceptionnelles auprès du service électoral de la Mairie qui ne veut rien entendre de la question! Pourquoi ?
Bien à vous, et à bientôt.

Marie Christine GIUST

Note:

Mais je reviendrai sur les deux évènements les plus crapuleux vécus dans cet immeuble:

1. Le procès frauduleux et les 4000 euros pompés par le gardien via le FDGTI

( avec le soutien et la combine de qui ??? dans la police: le Squale ???)

2. Et l'enfermement crapuleux... donc l'objectif était de m'enfermer à vie, vu où j'ai retrouvé mes papiers d'identité: la morgue !!!

et dont je n'ai pas encore révélé tous les tenants et aboutissants: les détails croustillants du réseau des trafiquants qui compte, outre l'organisation par la police, les pompiers ( les premiers que j'avais alerté et qui m'ont envoyé balader sans plus d'explication avec mépris et violence: on a vu la suite !!!), l'hôpital Saint-Antoine, complice du trafic de stups, etc... Sous la haute protection du super INDIC, Monsieur  LE GARDIEN...

Et comment aidés de l'extrême-droite parmi les juristes, donc dans la clique de l'ancien gouvernement Sarkozy, dont son avocat attitré, ces gens m'ont fait le procès le plus crapuleux de l'histoire de l'EX-OPAC, à l'époque où ils s'accoquinèrent avec l'affaire Bygmallion, et ne supportèrent pas que je les en accuse ...

Un détail tout de même: de tout le pâté de maison de mon immeuble, avec sa cour intérieure, et ses quatre côtés, donnant sur plusieurs rues,je suis la seule à me chauffer au gaz avec une chaudière qui m'a valu ce procès mafieux... La seule de tout cet immeuble !

Une affiche avait été placardé à l'époque dans le Hall: 40.000 euros pour l'installation de chaudières neuves dans l'immeuble ...

J'te crois: un coup de pouce des HLMs à l'affaire Bygmallion.

- " Tu veux une chaudière et avoir chaud ?", semblèrent-ils dire.

- " Et bien tu ne perds pas pour attendre: PROCES !

Le tout, la chaudière et le procès en 24 heures, autour de mi octobre 2016 ... sous les menaces et les intimidations des agents de la Poste du coin, et du Commissariat, en plus de Paris-Habitat, heu... de l'ex-OPAC de Tibéri et Chirac ...

Voilà ! que des gens sympathiques, n'est-ce pas ?

Le degré zéro de tous les crapuleux: du plus haut échelon national, au plus bas degré des voyous !

D'ailleurs l'actuel Ministre de l'Intérieur se voit attribué un non-lieu pour agression sexuelle ou viol !

Et Macron a dit clairement: " Je vous emmerde ! ": 

C'est dire si le niveau est au ras de la m....

Bien évidemment, ajouter que Bolloré ne fait que servir Macron avec son Zam...

Tous les goûts de la terre ... Comme déjà plus de dix ans dans mon immeuble....

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française