Non, je n'ai pas été raflée et emmenée de force en HP le 2 décembre dernier !

Non, je n'ai jamais été harcelée, poursuivie, lynchée par les narcotrafiquants dans mon immeuble ! Non, ces gens-là n'ont jamais bénéficié du soutien d'une certaine police, agissant dans l'impunité totale sur les lieux ! Non, l'omerta régnante depuis 2013, incluant le bailleur Paris-Habitat ex-OPAC et son gardien, s'autorisant même un procès pour diffamation n'a jamais existé... etc....

Non, je n'ai pas subie 7 ans et plus d'exactions de toutes sortes dans mon immeuble, violences inclues, tortures psychologiques et agissements terrorisants... jusqu'à aujourd'hui...

Non, ces gens-là n'ont jamais bénéficié du soutien de la pègre parisienne, qui encore hier soir, plaçait des clochards en face de l'immeuble, adossés à la boutique de prostitution, jouxtant Le Marché M...

Non, cette mafia, incluant tout l'immeuble et leurs complices partout dans le quartier et ailleurs... n'a jamais existé...

Ni même dans leurs liens avec des apprentis terroristes ou djihadistes de Toulouse, qui à Paris, se montrent terrorisants depuis 2015...

Non, il n'y a jamais eu personne à Paris ( mairies socialistes inclues) pour venir prendre ma défense, ...ou quelques bien-pensants de la presse alternative qui se seraient avisés en somme que j'étais depuis longtemps en danger dans ce repère de brigands, de la haute comme de la pègre !

Non, je n'ai jamais subi les pressions et représailles policières... dans mon immeuble, comme lors de mes déplacements en province ou à  l'étranger, que ce soit par bus, par train, ou par avion !

Non, je n'ai jamais rencontré quiconque dans l'immeuble, dans les rues parisiennes, ou dans mes voyages, qui ne vienne me menacer comme la police à la Charité sur Loire l'été dernier !

Non, je n'ai jamais été discriminée, ignorée, déconsidérée par ceux qui appartiennent à ma " famille de pensée", et qui, comme Médiapart, ne s'est jamais ni étonné, ni préoccupé que ma connection à Médiapart et mes newsletters me soient subtilisées depuis juin 2019 pour cause d'atteinte à ma liberté fondamentale d'expression, qu'ils revendiquent tant pour d'autres, notamment des femmes, sans juger qu'ils auraient pu soutenir une des premières femmes à avoir dénoncé, il y a bien longtemps déjà, les violences faites aux femmes... Avant Me-Too, bien avant le procès Baupin, et tout ce qui s'en est suivi... en ermes de tous types de violences contre des femmes....

 

OUI, on peut encore subir des menaces, comme ce fût encore le cas en début de semaine, et des pressions innommables parce que nous sommes en période de vacances, et que le trafic ne prend pas de congé, encore hier jeudi 13 février...

OUI, il ne suffit pas d'avoir été emmené de force par la police lors de cet énorme dégât des eaux, pour tenter de ME FAIRE TAIRE définitivement sur les exactions promues et soutenues 7 ans par une partie de la police locale, aidée par des pompiers gros bras, qui vous laissent des bleus sur tout le corps... en vous emmenant DE FORCE...

Non, il ne faut pas croire que la façon de traiter Assange, ignominieusement, sera exceptionnelle dans les temps qui courent...

Et donc que des pompiers, aidés de flics, peuvent avoir tous les droits, de force, et ABUSER de leurs prérogatives de forces de l'ordre, pour enfreindre sur nos libertés individuelles, en CATIMINI, dans les coulisses d'un immeuble dont ils seraient les propriétaires, pour y assumer toute forme d'exaction policière...

Ce que j'ai vécu prouve que cela peut exister...

Cela prouve aussi pourquoi 8O/ des femmes interrogées ne vont pas déposer plainte, quel qu'en soit la raison...Car, comme dirait l'autre, un commissaire marié à une femme qu'il violentait: " Tu peux toujours aller déposer plainte, cela reviendra sur mon bureau !"

J'alerte aussi l'attention d'un certain nombre de journalistes qui, pour obtenir des infos de première main, n'hésitent pas à faire amende honorable à certains de ceux qui les renseignent, sans s'apercevoir que ces gens-là, ceux qui les renseignent, peut jouer double jeu, et se servir d'eux par ailleurs, dans le vieux et sempiternel système de MANIPULATION  et INSTRUMENTALISATION des journalistes...

En plus, j'insiste sur le fait que, dès 2014, je souhaitais inscrire dans un cadre universitaire une recherche sur les violences contemporaines, non pas pour y étudier les violences des narcotrafiquants du bout du monde, en Colombie ou au Brésil, mais pour y décrire concrètement déjà ce que je vivais et subissais, et été NIE par la plupart des chercheurs... En France, tout se passait pour le mieux :

La suite nous a prouvé le contraire, et il en a fallu du temps pour déciller les yeux de la plupart de nos contemporains !

 

Non, je n'ai pas été emmené de force le 2 décembre au soir par des gros bras de chez les pompiers trafiquants, eux-même adossés à quelques urgentistes "crapuleux" qui leur ont servi la soupe !

 

Il en a fallu des démarches pour récupérer des papiers et des clés disparues...

Et pour vérifier jusqu'à ce jour que Paris-Habitat continue à vous envoyer leurs " sbires" tamborinant et quasi défonçant encore votre porte, cette semaine ! Mais sans jamais OUVRIR LA BOUCHE...

Dans mon immeuble, que des fantômes: des gens qu'on ne voit pas sauf exceptionnellement quand apparaissent quelques croques-morts pour vous menacer de visu.

Mais d'êtres humains parlants: il n'y en a point !

7 ans: des violences, des menaces, des exactions, parmi les plus sordides récemment: mais point d'êtres parlants !

 

Pas une seule parole ! Pas un seul échange verbal !

Ca vous rappelle rien ?

Moi si: les néonazis cachés derrière des narcotrafiquants terroristes !

 

Merci de m'avoir lu, à défaut de m'avoir prise au sérieux à l'époque où j'alertais désespérément devant cette réalité d'un REEL SORDIDE !

 

Non, non, je ne délirais pas ni aucunement quand je me suis mise à appeler au secours un 2 décembre à cause d'un énorme dégât des eaux chez moi. 

Et pourtant c'est sous ce PRETEXTE que la police m'a embarquée...

Il n'y a pas que les gardes à vue qui sont des violences policières: qu'on se le dise !

Celle-ci, qui m'a vu être embarquée par la police, pour tenter de me faire sur des complicités bien plus graves entre Paris, Toulouse et les terroristes de tous poils, n'est pas moins importante et décisive à être prise en compte, au titre d'une VERITE INTANGIBLE à faire savoir !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.