Marie Christine GIUST
Abonné·e de Mediapart

1121 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 janv. 2022

Après Noël ...

Après les vacances de Noël, j'en avais tellement marre que les violences aient pu reprendre à mon égard dès le 21 décembre: serrure à changer donc fric à débourser + harcèlent escalier + lynchage par deux femmes + chasse à la sorcière... que moi aussi je me suis "déchaînée" verbalement un matin, croisant celle du 6étage: " - Alors police-trafiquants: même combat ??? "

Marie Christine GIUST
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après les vacances de Noël, j'en avais tellement marre que les violences aient pu reprendre à mon égard dès le 21 décembre: serrure à changer donc fric à débourser + harcèlent escalier + lynchage par deux femmes + chasse à la sorcière... que moi aussi je me suis "déchaînée" verbalement un matin, croisant celle du 6étage: " - Alors police-trafiquants: même combat ??? "

Pas de pardon dans les relations avec la mafia !

Mais ce soir, je peux tout de même dire qu'après mes messages de ce dernier week-end du 14 et 15 Janvier 2022: il semblerait que les flics du coin aient décidé de me " foutre la paix"= donc d'interrompre leur commerce illicite, leurs exactions sur ma personne, et leurs intimidations et représailles: ouf !

A vérifier, bien sûr ???

Mais si c'est le cas, cela confirmera que dans cette histoire avec autant d'hommes de pailles de ce fameux réseau... celle qui leur a tenu tête dix ans va probablement bien gagner la partie: mais c'était pas une partie de rigolade: c'est dix ans de défense pied à pied pour ma survie dans l'immeuble, puis dans le quartier, et à partir d'un certain moment, dans toute la vie de Paris.

C'est ce qui explique l'innommable vécu: décembre 2019 un internement abusif. Janvier 2020: des mois chez moi dans un appartement insalubre.

Mars 2020: premier vol de tous mes papiers dans mon sac à main, suivi immédiatement du 1er confinement.

a la sortie du 1er confinement, et ma première balade dans Paris, dans le Marais: pas dehors depuis 5 minutes que mes papiers m'ont été à nouveau volé dans la rue, avec mon sac!

Un hasard, mon oeil !

Le réseau, alors, avait décidé de me pourchasser dans tout Paris !

Après il y eut les poursuites jusque dans l'École maternelle de la rue Boyon ou e ne sais quoi: l'usage de mon nom pour les élections régionales...

Puis encore, au sortir du 2e confinement: des pressions incroyables pour vendre un appart. à Toulouse

( on en reparlera car là se trouve certainement un des noeuds essentiels du problème, Toulouse après l'Affaire Mérah, qui m'a vu être pourchassée à partir de là en France et en Navarre à chaque fois que je suis allée dans un Congrès International !!!)

Là j'ai su ce que c'était le réseau des flics dans les diverses administrations municipales ou autres: La Poste, les boîtes d'internet, les papeteries, les imprimeries, les fleuristes, les Monoprix, les Franprix, etc : n'en jetez plus !!!

J'ai connu aussi les pressions bancaires: comme la Banque Machin à Saint Lazare: 1/5e du trafic immobilier français...Les pressions des agents immobiliers et syndics qui, dans le Sud de la France, vendaient et revendaient à tire-larigot des appart. construits sur des plans Pinel et Cie...

J'ai surtout appris que: quand on est "un pauvre", on paie deux Foix plus chers tous les services, qu'ils soient bancaires ou autres...

Donc j'ai appris aussi ce que c'était durant plus de 15 ans à Paris d'être " humiliée" par les "riches" ou ceux qui se croient tels !!! ...

Ca donne une vision de la société que ceux qui ne l'ont pas connu, ne peuvent imaginer ni comprendre !

En France, c'est nouveau depuis 2015 le rapport direct à la mort: apparemment inconnu jusqu'alors pour la bourgeoisie locale !

Etc...

Revenons à nos moutons: " -alors, police-trafiquants: même combat ???

Et ça c'est l'arbre qui cache la forêt ...

Derrière, il y a encore en poupées-russes d'autres affaires scabreuses que les parisiens veulent vous faire porter... 

Vous êtes leur cible....

Et je l'ai déjà dit souvent et écrit à certains:

" - la seule chose qu'ils ne peuvent faire, c'est de me tuer, car ça corroborerait leur turpitude et le réseau criminel d'État dans l'État !"

2015: c'est tout de même le début de violences faites aux femmes qui se terminent maintenant en meurtre, féminicide au couteau !

Quel progrès !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli