Réjouissons-nous Folville !

A Paris, comme Daesh en Irak à une époque récente, on détruit, on saccage, on tue... Voire les stimulants procès actuels, qui ne sont pas sans alimenter les pulsions délétères, addictives et destructrices d’une gente masculine à la dérive: celle de brutaux personnages venus directement des dictatures avoisinantes: quelle joie !

Réjouissons-nous Folville !

 

A Paris, comme Daesh en Irak à une époque récente, on détruit, on saccage, on tue... Voire les stimulants procès actuels, qui ne sont pas sans alimenter les pulsions délétères, addictives et destructrices d’une gente masculine à la dérive: celle de brutaux personnages venus directement des dictatures avoisinantes: quelle joie !

 

Pour tous ceux qui auraient l'illusion que le quartier s'est amélioré, je porte à la connaissance des habitants de celui-ci quelques infos complémentaires:

  1. Rien n'a changé
  2. C'est plutôt pire
  3. Mais les apparences sont sauves !
  4. Beaucoup de nettoyages de façade:
  5. C'est-à-dire: comme Daesh en Irak en 2016: on détruit tout et on saccage !
  6. C'est comme ça qu'on efface l'Histoire chez ls violents, les tueurs et la pègre en tous genres, ...
  7. comme celle qui nous vient des régimes dictatoriaux de tous horizons internationaux...
  8. La méthode est radicale
  9. Dans le quartier ça donne: dernier établissement à avoir refait la façade par les soins de Paris Habitat ou ses sbires: un Franprix du coin
  10. comprendre que: quand les mafias du coin veulent se préparer des jours heureux et futurs dans l quartier: c'est comme ça qu'elles procèdent
  11. Évidemment avec quelques accointances et complices comme ce fût le cas au cours de ces dernières années, depuis 2011, quand nos amoureux des violences, tueries et stups, s'appuyaient sur les grands financiers, les banques, et les immobilières ou bailleurs parisiens...
  12. A vous de découvrir lesquelles ???

Jeu de piste dans l quartier: ça manque pas de sel ni de complices en tous genres: exemple l'ex-serrurier de la rue de Prague a vendu son fonds de commerce à de nouvelles recrues: un barbier, mais FREE a aussi installé ses sbires à deux pas du Monoprix de Ledru Rollin, de si triste mémoire à l'époque des tueries de Charlie Hebdo et du Bataclan, en 2015...

Affaire à suivre, car: parmi les restaurations urbanistiques du quartier, soutenues et aidées par Daesh et la chaux de chez Lafarge, il y a eu successivement, sans être exhaustive: des bureaux de postes du quartier (Crozatier, Ledru Rollin, etc), quelques agences bancaires (LCI d'Aligre, de Bastille, etc), des serrureries ( très importants les serruriers et plombiers dans ce réseau de trafiquants...), des Franprix, etc... Tout, évidemment, sous la haute protection des agences de construction, des pompiers près des Casernes comme celle de Reuilly à transformer en logements sociaux, de la police du coin jamais avare en intimidations et même mesures de rétorsion ( depuis l’époque des tueries), sans compter la participation quasi invisible maintenant ( le temps des procès) de ces chers aller-et-venus de commerce illicites qui ont repris dans l’immeuble en mode mineure ( ils s'y connaissent en musique !) pour notre plus grand bonheur !

Mais ne vous y trompez-pas derrière cette faune bigarrée et multiple qui pourrait faire illusion pour certains par les semblants: le quartier n'a vraiment pas changé: on peut même dire qu’une sacrée pègre s'est emparée des lieux, même gentrifiée !

(on est quand même tout près d'une grande gare parisienne, celle de Lyon où Macron est venu récemment: et comme toute gare, elle charrie son lot de pègre, prostitution et  donc stupéfiants, et maintenant, aux jours d'aujourd'hui, ses machos brutaux en service de sécurité dans les agences Free nouvellement installées dans le quartier...

Le comble c'est d'avoir rencontrée une femme qui défendait ds immobilières crapuleuses de notoriété !

Pas de limite à l'étonnement actuel ...

D'ailleurs on savait qu'à partir de septembre Paris serait encore plus invivable qu'auparavant, because élections futures !

Bonne continuation...

Réjouissons-nous Folville !

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.