Marie Christine GIUST
Abonné·e de Mediapart

1128 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2018

Jair Messias Bolsonaro, le Messie des tropiques par Leander Mattioli Pasqual

Cet article a été publié par l'École de la Cause freudienne très récemment, dans Lacan Quotidien 793, comme contribution à l'analyse de la situation brésilienne actuelle, à l'aube des élections présidentielles brésiliennes actuelles.

Marie Christine GIUST
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jair Messias Bolsonaro, le Messie des tropiques

par Leander Mattioli Pasqual

Jair Messias (le Messie) Bolsonaro est sur le point de devenir le prochain président du Brésil. Ses électeurs le voient comme un homme d’exception, un héros luttant contre tout un système. Ils croient que Bolsonaro est le seul à oser dire la vérité. Pour l’emblème de sa campagne électorale, il a choisi le verset biblique « Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira » (Jean 8 :32). Libérer le peuple brésilien du joug des communistes est la mission divine de ce Messie des tropiques. Il ne cesse de le répéter et se dit l’instrument de la volonté de Dieu. S’il arrive aujourd’hui aux portes du pouvoir, c’est parce que Dieu l’a voulu. Le Messie est soutenu par un peuple touché par la grâce divine. Selon lui, les Brésiliens sont en train de se réveiller du cauchemar communiste qui a traîné le pays dans la boue (1).

Le Messie s’est fait connaître grâce à ses répliques racistes, misogynes et homophobes. Il est connu pour ces répliques qui tournent en dérision tout ce qui concerne les Droits de l’Homme. Le Messie ne croit pas aux Droits de l’Homme. Il fait éclater au grand jour leur statut de semblants : la vérité cachée des Droits de l’Homme est la jouissance des communistes corrompus ; les Droits de l’Homme protègent les bandits au lieu de protéger les bons citoyens. Pour lui « un bon bandit est un bandit mort ».

Le Messie veut protéger son peuple. Il veut en faire une armée. Les bons citoyens pourront désormais se défendre avec leurs propres armes. L’Homme s’entend bien avec les armes, dès lors pourquoi le priver de son instinct ? Le Messie lui-même se vante d’avoir appris à ses enfants à tirer dès l’âge de cinq ans. Il nous apprend que la Guerre est la vérité de l’Homme. Son vice-président (général de l’Armée) et lui soutiennent ouvertement les tortionnaires de la période de la dictature. Le général clamait récemment à la télévision que « les héros tuent ». Selon ce tandem, il ne s’agissait pas d’une dictature, mais d’une guerre contre les communistes ! Dans l’une de ses déclarations les plus déchaînées, Bolsonaro affirme que les militaires de cette période-là auraient dû aller plus loin dans leur mission. Au lieu de tuer quelques centaines de personnes, ils auraient dû en tuer 30.000 ! Et il ajoute : « Tant pis pour les innocents tués ! », ça fait partie de la guerre. Ils ont commis une autre grave erreur, selon lui, celle de torturer sans tuer.

Le Messie ne veut pas rétablir l’ordre. Sa bataille ne vise pas la corruption comme il aime à le faire croire. Sa mission n’est pas de remettre le pays dans le droit chemin. Il dénonce la jouissance débridée (homosexuelle entre autres) des communistes, mais accepte qu’un ancien acteur de films X soit élu député par son parti. Il dénonce la corruption, mais se rallie à un évêque évangélique ultra riche qui a fait fortune grâce à son Église Universelle. Il dénonce les vieux parasites du système politique, mais a fait élire tous ses enfants. Il dit « le Brésil au-dessus de tout », mais adopte une politique économique ultra-libérale et salue le drapeau américain. Non. Le Messie ne sert pas sa patrie. Il se tient à la conjonction du capitalisme et de l’Église dans sa version la plus cynique. C’est Dieu le capital contre toutes les minorités. Si celles-ci ne s’adaptent pas à la majorité, qu’elles disparaissent ! Il l’a dit et répété. Pourquoi des territoires démarqués pour les Indiens ? Pourquoi des lois qui empêchent les policiers de tuer ? Pourquoi une politique d’inclusion sociale ? Si les noirs sont les plus pauvres, c’est de leur faute ! Ce sont les noirs eux-mêmes qui ont choisi de réduire leurs frères en esclavage. Les blancs n’y sont pour rien. Une politique de gauche est un bâton dans les roues du capital. Si le Messie n’était pas là pour nous sauver, cela ruinerait le paysLes Brésiliens ne sont pas en train d’élire un père capable d’ordonner le chaos dans lequel le pays est plongé. Ils ne font pas appel à un père autoritaire, capable de réfréner la jouissance. Les plus radicaux ne veulent pas retrouver un équilibre. Ils veulent au contraire un président au service de leur jouissance débridée qu’ils attribuent spéculairement à l’autre. Avec Bolsonaro, leurs actes de violence envers les minorités sont légitimés. C’est de la légitime défense. Ils pourront enfin donner libre cours à leur haine en toute impunité. Et puis il y a ceux qui choisissent Bolsonaro soi-disant « malgré son discours de haine », au prétexte qu’il « vaut mieux ça que la corruption ». Son discours de haine semble ne pas inquiéter cette part considérable de son électorat. Nous assistons ainsi à une banalisation croissante de la violence qui anime désormais la vie politique du pays. Faire l’autruche et choisir « malgré la haine » n’est pas une option. C’est un déni et une complicité. Si nous acceptons Bolsonaro, nous pouvons tout accepter. Ce serait réduire à rien les valeurs de la démocratie.

La démocratie appartient au diable et le pays en souffre. L’Autre jouisseur est aux commandes, mais le Messie veut nous en libérer. Il veut que la Vérité soit connue de tous. Il veut nous apporter la Bonne Nouvelle. Et si les Brésiliens ne sont pas tous prêts à l’entendre, il leur montrera le chemin !

1 : Bolsonaro accuse le Parti des Travailleurs (au pouvoir de 2003 jusqu’à l’impeachment de Dilma Rousseff en 2016) d’avoir plongé le Brésil dans la crise au nom d’un projet idéologique servant leurs propres intérêts.

 Jair Messias Bolsonaro, le Messie des tropiques

par Leander Mattioli Pasqual

Jair Messias (le Messie) Bolsonaro est sur le point de devenir le prochain président du Brésil. Ses électeurs le voient comme un homme d’exception, un héros luttant contre tout un système. Ils croient que Bolsonaro est le seul à oser dire la vérité. Pour l’emblème de sa campagne électorale, il a choisi le verset biblique « Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira » (Jean 8 :32). Libérer le peuple brésilien du joug des communistes est la mission divine de ce Messie des tropiques. Il ne cesse de le répéter et se dit l’instrument de la volonté de Dieu. S’il arrive aujourd’hui aux portes du pouvoir, c’est parce que Dieu l’a voulu. Le Messie est soutenu par un peuple touché par la grâce divine. Selon lui, les Brésiliens sont en train de se réveiller du cauchemar communiste qui a traîné le pays dans la boue (1).

Le Messie s’est fait connaître grâce à ses répliques racistes, misogynes et homophobes. Il est connu pour ces répliques qui tournent en dérision tout ce qui concerne les Droits de l’Homme. Le Messie ne croit pas aux Droits de l’Homme. Il fait éclater au grand jour leur statut de semblants : la vérité cachée des Droits de l’Homme est la jouissance des communistes corrompus ; les Droits de l’Homme protègent les bandits au lieu de protéger les bons citoyens. Pour lui « un bon bandit est un bandit mort ».

Le Messie veut protéger son peuple. Il veut en faire une armée. Les bons citoyens pourront désormais se défendre avec leurs propres armes. L’Homme s’entend bien avec les armes, dès lors pourquoi le priver de son instinct ? Le Messie lui-même se vante d’avoir appris à ses enfants à tirer dès l’âge de cinq ans. Il nous apprend que la Guerre est la vérité de l’Homme. Son vice-président (général de l’Armée) et lui soutiennent ouvertement les tortionnaires de la période de la dictature. Le général clamait récemment à la télévision que « les héros tuent ». Selon ce tandem, il ne s’agissait pas d’une dictature, mais d’une guerre contre les communistes ! Dans l’une de ses déclarations les plus déchaînées, Bolsonaro affirme que les militaires de cette période-là auraient dû aller plus loin dans leur mission. Au lieu de tuer quelques centaines de personnes, ils auraient dû en tuer 30.000 ! Et il ajoute : « Tant pis pour les innocents tués ! », ça fait partie de la guerre. Ils ont commis une autre grave erreur, selon lui, celle de torturer sans tuer.

Le Messie ne veut pas rétablir l’ordre. Sa bataille ne vise pas la corruption comme il aime à le faire croire. Sa mission n’est pas de remettre le pays dans le droit chemin. Il dénonce la jouissance débridée (homosexuelle entre autres) des communistes, mais accepte qu’un ancien acteur de films X soit élu député par son parti. Il dénonce la corruption, mais se rallie à un évêque évangélique ultra riche qui a fait fortune grâce à son Église Universelle. Il dénonce les vieux parasites du système politique, mais a fait élire tous ses enfants. Il dit « le Brésil au-dessus de tout », mais adopte une politique économique ultra-libérale et salue le drapeau américain. Non. Le Messie ne sert pas sa patrie. Il se tient à la conjonction du capitalisme et de l’Église dans sa version la plus cynique. C’est Dieu le capital contre toutes les minorités. Si celles-ci ne s’adaptent pas à la majorité, qu’elles disparaissent ! Il l’a dit et répété. Pourquoi des territoires démarqués pour les Indiens ? Pourquoi des lois qui empêchent les policiers de tuer ? Pourquoi une politique d’inclusion sociale ? Si les noirs sont les plus pauvres, c’est de leur faute ! Ce sont les noirs eux-mêmes qui ont choisi de réduire leurs frères en esclavage. Les blancs n’y sont pour rien. Une politique de gauche est un bâton dans les roues du capital. Si le Messie n’était pas là pour nous sauver, cela ruinerait le pays !

Les Brésiliens ne sont pas en train d’élire un père capable d’ordonner le chaos dans lequel le pays est plongé. Ils ne font pas appel à un père autoritaire, capable de réfréner la jouissance. Les plus radicaux ne veulent pas retrouver un équilibre. Ils veulent au contraire un président au service de leur jouissance débridée qu’ils attribuent spéculairement à l’autre. Avec Bolsonaro, leurs actes de violence envers les minorités sont légitimés. C’est de la légitime défense. Ils pourront enfin donner libre cours à leur haine en toute impunité. Et puis il y a ceux qui choisissent Bolsonaro soi-disant « malgré son discours de haine », au prétexte qu’il « vaut mieux ça que la corruption ». Son discours de haine semble ne pas inquiéter cette part considérable de son électorat. Nous assistons ainsi à une banalisation croissante de la violence qui anime désormais la vie politique du pays. Faire l’autruche et choisir « malgré la haine » n’est pas une option. C’est un déni et une complicité. Si nous acceptons Bolsonaro, nous pouvons tout accepter. Ce serait réduire à rien les valeurs de la démocratie.

La démocratie appartient au diable et le pays en souffre. L’Autre jouisseur est aux commandes, mais le Messie veut nous en libérer. Il veut que la Vérité soit connue de tous. Il veut nous apporter la Bonne Nouvelle. Et si les Brésiliens ne sont pas tous prêts à l’entendre, il leur montrera le chemin !

1 : Bolsonaro accuse le Parti des Travailleurs (au pouvoir de 2003 jusqu’à l’impeachment de Dilma Rousseff en 2016) d’avoir plongé le Brésil dans la crise au nom d’un projet idéologique servant leurs propres intérêts.

Jair Messias Bolsonaro, le Messie des tropiques

par Leander Mattioli Pasqual

Jair Messias (le Messie) Bolsonaro est sur le point de devenir le prochain président du Brésil. Ses électeurs le voient comme un homme d’exception, un héros luttant contre tout un système. Ils croient que Bolsonaro est le seul à oser dire la vérité. Pour l’emblème de sa campagne électorale, il a choisi le verset biblique « Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira » (Jean 8 :32). Libérer le peuple brésilien du joug des communistes est la mission divine de ce Messie des tropiques. Il ne cesse de le répéter et se dit l’instrument de la volonté de Dieu. S’il arrive aujourd’hui aux portes du pouvoir, c’est parce que Dieu l’a voulu. Le Messie est soutenu par un peuple touché par la grâce divine. Selon lui, les Brésiliens sont en train de se réveiller du cauchemar communiste qui a traîné le pays dans la boue (1).

Le Messie s’est fait connaître grâce à ses répliques racistes, misogynes et homophobes. Il est connu pour ces répliques qui tournent en dérision tout ce qui concerne les Droits de l’Homme. Le Messie ne croit pas aux Droits de l’Homme. Il fait éclater au grand jour leur statut de semblants : la vérité cachée des Droits de l’Homme est la jouissance des communistes corrompus ; les Droits de l’Homme protègent les bandits au lieu de protéger les bons citoyens. Pour lui « un bon bandit est un bandit mort ».

Le Messie veut protéger son peuple. Il veut en faire une armée. Les bons citoyens pourront désormais se défendre avec leurs propres armes. L’Homme s’entend bien avec les armes, dès lors pourquoi le priver de son instinct ? Le Messie lui-même se vante d’avoir appris à ses enfants à tirer dès l’âge de cinq ans. Il nous apprend que la Guerre est la vérité de l’Homme. Son vice-président (général de l’Armée) et lui soutiennent ouvertement les tortionnaires de la période de la dictature. Le général clamait récemment à la télévision que « les héros tuent ». Selon ce tandem, il ne s’agissait pas d’une dictature, mais d’une guerre contre les communistes ! Dans l’une de ses déclarations les plus déchaînées, Bolsonaro affirme que les militaires de cette période-là auraient dû aller plus loin dans leur mission. Au lieu de tuer quelques centaines de personnes, ils auraient dû en tuer 30.000 ! Et il ajoute : « Tant pis pour les innocents tués ! », ça fait partie de la guerre. Ils ont commis une autre grave erreur, selon lui, celle de torturer sans tuer.

Le Messie ne veut pas rétablir l’ordre. Sa bataille ne vise pas la corruption comme il aime à le faire croire. Sa mission n’est pas de remettre le pays dans le droit chemin. Il dénonce la jouissance débridée (homosexuelle entre autres) des communistes, mais accepte qu’un ancien acteur de films X soit élu député par son parti. Il dénonce la corruption, mais

se rallie à un évêque évangélique ultra riche qui a fait fortune grâce à son Église Universelle. Il dénonce les vieux parasites du système politique, mais a fait élire tous ses enfants. Il dit « le Brésil au-dessus de tout », mais adopte une politique économique ultra-libérale et salue le drapeau américain. Non. Le Messie ne sert pas sa patrie. Il se tient à la conjonction du capitalisme et de l’Église dans sa version la plus cynique. C’est Dieu le capital contre toutes les minorités. Si celles-ci ne s’adaptent pas à la majorité, qu’elles disparaissent ! Il l’a dit et répété. Pourquoi des territoires démarqués pour les Indiens ? Pourquoi des lois qui empêchent les policiers de tuer ? Pourquoi une politique d’inclusion sociale ? Si les noirs sont les plus pauvres, c’est de leur faute ! Ce sont les noirs eux-mêmes qui ont choisi de réduire leurs frères en esclavage. Les blancs n’y sont pour rien. Une politique de gauche est un bâton dans les roues du capital. Si le Messie n’était pas là pour nous sauver, cela ruinerait le pays !

Les Brésiliens ne sont pas en train d’élire un père capable d’ordonner le chaos dans lequel le pays est plongé. Ils ne font pas appel à un père autoritaire, capable de réfréner la jouissance. Les plus radicaux ne veulent pas retrouver un équilibre. Ils veulent au contraire un président au service de leur jouissance débridée qu’ils attribuent spéculairement à l’autre. Avec Bolsonaro, leurs actes de violence envers les minorités sont légitimés. C’est de la légitime défense. Ils pourront enfin donner libre cours à leur haine en toute impunité. Et puis il y a ceux qui choisissent Bolsonaro soi-disant « malgré son discours de haine », au prétexte qu’il « vaut mieux ça que la corruption ». Son discours de haine semble ne pas inquiéter cette part considérable de son électorat. Nous assistons ainsi à une banalisation croissante de la violence qui anime désormais la vie politique du pays. Faire l’autruche et choisir « malgré la haine » n’est pas une option. C’est un déni et une complicité. Si nous acceptons Bolsonaro, nous pouvons tout accepter. Ce serait réduire à rien les valeurs de la démocratie.

La démocratie appartient au diable et le pays en souffre. L’Autre jouisseur est aux commandes, mais le Messie veut nous en libérer. Il veut que la Vérité soit connue de tous. Il veut nous apporter la Bonne Nouvelle. Et si les Brésiliens ne sont pas tous prêts à l’entendre, il leur montrera le chemin !

1 : Bolsonaro accuse le Parti des Travailleurs (au pouvoir de 2003 jusqu’à l’impeachment de Dilma Rousseff en 2016) d’avoir plongé le Brésil dans la crise au nom d’un projet idéologique servant leurs propres intérêts.

Jair Messias Bolsonaro, le Messie des tropiques

par Leander Mattioli Pasqual

Jair Messias (le Messie) Bolsonaro est sur le point de devenir le prochain président du Brésil. Ses électeurs le voient comme un homme d’exception, un héros luttant contre tout un système. Ils croient que Bolsonaro est le seul à oser dire la vérité. Pour l’emblème de sa campagne électorale, il a choisi le verset biblique « Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira » (Jean 8 :32). Libérer le peuple brésilien du joug des communistes est la mission divine de ce Messie des tropiques. Il ne cesse de le répéter et se dit l’instrument de la volonté de Dieu. S’il arrive aujourd’hui aux portes du pouvoir, c’est parce que Dieu l’a voulu. Le Messie est soutenu par un peuple touché par la grâce divine. Selon lui, les Brésiliens sont en train de se réveiller du cauchemar communiste qui a traîné le pays dans la boue (1).

Le Messie s’est fait connaître grâce à ses répliques racistes, misogynes et homophobes. Il est connu pour ces répliques qui tournent en dérision tout ce qui concerne les Droits de l’Homme. Le Messie ne croit pas aux Droits de l’Homme. Il fait éclater au grand jour leur statut de semblants : la vérité cachée des Droits de l’Homme est la jouissance des communistes corrompus ; les Droits de l’Homme protègent les bandits au lieu de protéger les bons citoyens. Pour lui « un bon bandit est un bandit mort ».

Le Messie veut protéger son peuple. Il veut en faire une armée. Les bons citoyens pourront désormais se défendre avec leurs propres armes. L’Homme s’entend bien avec les armes, dès lors pourquoi le priver de son instinct ? Le Messie lui-même se vante d’avoir appris à ses enfants à tirer dès l’âge de cinq ans. Il nous apprend que la Guerre est la vérité de l’Homme. Son vice-président (général de l’Armée) et lui soutiennent ouvertement les tortionnaires de la période de la dictature. Le général clamait récemment à la télévision que « les héros tuent ». Selon ce tandem, il ne s’agissait pas d’une dictature, mais d’une guerre contre les communistes ! Dans l’une de ses déclarations les plus déchaînées, Bolsonaro affirme que les militaires de cette période-là auraient dû aller plus loin dans leur mission. Au lieu de tuer quelques centaines de personnes, ils auraient dû en tuer 30.000 ! Et il ajoute : « Tant pis pour les innocents tués ! », ça fait partie de la guerre. Ils ont commis une autre grave erreur, selon lui, celle de torturer sans tuer.

Le Messie ne veut pas rétablir l’ordre. Sa bataille ne vise pas la corruption comme il aime à le faire croire. Sa mission n’est pas de remettre le pays dans le droit chemin. Il dénonce la jouissance débridée (homosexuelle entre autres) des communistes, mais accepte qu’un ancien acteur de films X soit élu député par son parti. Il dénonce la corruption, mais

se rallie à un évêque évangélique ultra riche qui a fait fortune grâce à son Église Universelle. Il dénonce les vieux parasites du système politique, mais a fait élire tous ses enfants. Il dit « le Brésil au-dessus de tout », mais adopte une politique économique ultra-libérale et salue le drapeau américain. Non. Le Messie ne sert pas sa patrie. Il se tient à la conjonction du capitalisme et de l’Église dans sa version la plus cynique. C’est Dieu le capital contre toutes les minorités. Si celles-ci ne s’adaptent pas à la majorité, qu’elles disparaissent ! Il l’a dit et répété. Pourquoi des territoires démarqués pour les Indiens ? Pourquoi des lois qui empêchent les policiers de tuer ? Pourquoi une politique d’inclusion sociale ? Si les noirs sont les plus pauvres, c’est de leur faute ! Ce sont les noirs eux-mêmes qui ont choisi de réduire leurs frères en esclavage. Les blancs n’y sont pour rien. Une politique de gauche est un bâton dans les roues du capital. Si le Messie n’était pas là pour nous sauver, cela ruinerait le pays !

Les Brésiliens ne sont pas en train d’élire un père capable d’ordonner le chaos dans lequel le pays est plongé. Ils ne font pas appel à un père autoritaire, capable de réfréner la jouissance. Les plus radicaux ne veulent pas retrouver un équilibre. Ils veulent au contraire un président au service de leur jouissance débridée qu’ils attribuent spéculairement à l’autre. Avec Bolsonaro, leurs actes de violence envers les minorités sont légitimés. C’est de la légitime défense. Ils pourront enfin donner libre cours à leur haine en toute impunité. Et puis il y a ceux qui choisissent Bolsonaro soi-disant « malgré son discours de haine », au prétexte qu’il « vaut mieux ça que la corruption ». Son discours de haine semble ne pas inquiéter cette part considérable de son électorat. Nous assistons ainsi à une banalisation croissante de la violence qui anime désormais la vie politique du pays. Faire l’autruche et choisir « malgré la haine » n’est pas une option. C’est un déni et une complicité. Si nous acceptons Bolsonaro, nous pouvons tout accepter. Ce serait réduire à rien les valeurs de la démocratie.

La démocratie appartient au diable et le pays en souffre. L’Autre jouisseur est aux commandes, mais le Messie veut nous en libérer. Il veut que la Vérité soit connue de tous. Il veut nous apporter la Bonne Nouvelle. Et si les Brésiliens ne sont pas tous prêts à l’entendre, il leur montrera le chemin !

1 : Bolsonaro accuse le Parti des Travailleurs (au pouvoir de 2003 jusqu’à l’impeachment de Dilma Rousseff en 2016) d’avoir plongé le Brésil dans la crise au nom d’un projet idéologique servant leurs propres intérêts.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef