Trois semaines après la sortie de « La bête noire », j'ai eu l'occasion de feuilleter ce livre d'auto-justification biographique1 et j'ai lu le passage concernant les Experts d'Outreau, j'en suis restée stupéfaite, puis diverses réflexions me sont venues à l'esprit. D'abord me suis-je dit, cet avocat ne doit pas avoir peur du ridicule ni craindre de passer pour une personne ignare ou de très mauvaise foi, pour oser écrire de telles stupidités à propos du travail des experts psychologues afin de détruire leur crédibilité !   Pire, il doit vraiment prendre ses lecteurs pour des déficients intellectuels pour tenter de leur faire croire à de telles énormités. Et que doit -il penser au final, des Magistrats et des officiers de police judiciaire qui nous missionnent régulièrement pour expertiser les plaignants ou les personnes mises en examen ? Il s' agit d'un travail rigoureux et à la méthodologie bien définie comme on peut le constater avec ce lien:

http://la-verite-abusee.pagesperso-orange.fr/articles.html

La question qui se pose est la suivante : pourquoi un tel acharnement - du jamais vu- à l' endroit des experts d'Outreau ? Pourquoi est-il nécessaire pour cet avocat de renouveler sans cesse le discrédit  de ces professionnels, discrédit qui a été sa stratégie lors des deux procès d' Outreau  alors qu'ils ont été lavés de toutes accusations, car il a été prouvé qu'il s' agissait de contre-vérités?

  Certes EDM  craint les psys,- qui se bousculeraient pour l' expertiser s' il advenait que ce fût nécessaire-et  cela s' explique, mais je ne ferai pas l' analyse clinique du personnage pour des raisons déontologiques. Je me contenterai de commenter ses déclarations publiques lorsqu'il dit que s'il échoue il se sent très mal c' est insupportable, il ne sert plus à rien,  il se sent totalement inutile etc.... Il n' est plus rien, ni personne, alors gagner, obtenir un acquittement  est  une question de survie existentielle, ce qui  permet de comprendre pouquoi il n'aurait d' autre choix que de tuer symboliquement le travail mais aussi la réputation de  ceux qui pourraient entraver cette victoire. Il décrit encore lors des interviews, son étrange addiction  aux acquittements qui produit un flash qui dure très peu et qu'il faut sans cesse renouveler....alors que l' échec ...(il ne parle pas de la justice rendue à la victime, mais juste de l' échec de sa plaidoirie) ...provoque un malaise douloureux et qui dure longtemps. Alors  rétrospectivement, il vient de nouveau donner l' estocade à ceux qui bougent encore ( j' en suis)... qui auraient pu à Outreau, provoquer ce malaise existentiel irréparable compte tenu de son investissement pour cet enjeu. C'était donc lui ou nous...le tout ou rien, tel qu'on le retrouve classiquement dans la problématique victime-agresseur.S' il ne gagne pas, nous devenons ses agresseurs et il faut  donc se débarrasser de nous.

Il ne s' agit pas de Justice et donc de triangulation adulte et démocratique, il s' agit d'un combat personnel archaïque et choquant.

 Pour les experts et le juge d'instruction d' Outreau il a gagné-provisoirement-. Pour ce qui est des victimes, je laisse le lecteur en juger après avoir lu le commentaire d' Agnès V. qui suit cet article.

Revenons à son ouvrage " La bête noire", ce qu'il  y écrit à mon propos vaut vraiment le détour ! Ainsi juste après avoir invectivé le Professeur Jean-Luc Viaux et avant de s' en prendre à C.C.  Maître de Conférence, il dit :
« Sa consoeur Marie-Christine Gryson-Dejehansart, qui pratiquait la méthode EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing), fondée sur les clignements d'yeux censés déceler la vérité sans coup férir, exerce toujours ; elle figure en bonne place dans le cortège des révisionnistes judiciaires qui s'efforcent de prendre leur revanche après leur débâcle d'Outreau. » (p. 176)

 Est-ce que j' aurais été invitée à l'Institut de Criminologie de Paris Assas Panthéon en compagnie de Pierre JOXE puis au Conseil de l' Europe pour  parler de la parole de l' enfant et de l' affaire d'Outreau si tel avait été le cas ?

http://la-verite-abusee.pagesperso-orange.fr/articles.html

On connaissait le détecteur de mensonge, mais le « déceleur de vérité sans coup férir », seul Eric Dupond-Moretti pouvait l'inventer ! Et en se caricaturant lui-même dans sa manière de fonctionner face aux experts, par raccourcis ineptes et  calomnieux, aux assises mais aussi dans les médias.

 

Alors, pour donner une apparence de crédibilité à ces invraisemblances, il évoque la technique du E.M.D.R.Cette méthode existe certes, pas du tout sous cette forme caricaturale et sûrement pas dans le domaine des expertises. Mais ni lui ni son co-auteur Stéphane Durand-Souffland, Chroniqueur Judiciaire, n'ont fait preuve de sérieux en prenant ne serait-ce que la simple précaution de vérifier en quoi elle consiste. Ils auraient pu alors se rendre compte qu'elle n'est en rien diagnostique et qu'elle ne peut de ce fait être utilisée pour valider la parole d'un enfant agressé sexuellement. En effet, elle a été mise au point par Hélène Shapiro pour soigner les victimes de stress post-traumatique. Par ailleurs, et c'est facilement vérifiable, je ne figure pas dans l'annuaire très réglementé de cette thérapie pour la simple et bonne raison que je ne suis pas praticienne E.M.D.R. et que je ne l'ai jamais utilisée durant toute ma carrière de psychologue clinicienne et a fortiori lors de mes expertises !

A ce stade des clarifications, il me semble utile d'en dire plus sur cette thérapie : elle consiste - en substance - à faire exécuter certains mouvements oculaires qui opèrent une sorte de brouillage de la zone cérébrale visuelle lorsque la victime revoit la scène traumatique. L'E.M.D.R. fait partie des méthodes les plus efficaces pour soigner le stress post-traumatique telles qu'elles ont été répertoriées par David Servan-Schreiber 4 dans son ouvrage « Guérir ». J'ai eu le malheur de le citer lors du procès d'Outreau, car il était le best-seller du moment et les jurés étaient susceptibles d'en avoir entendu parler, et cela m'a été reproché par les détracteurs de cet auteur, bien évidemment.

Alors pourquoi l'avocat et le chroniqueur judiciaire ont-ils instrumentalisé cette technique du E.M.D.R, dans leur chapitre sur Outreau afin de discréditer encore mes expertises auprès du grand public, 8 années après le procès? Il est vrai qu'elles étaient estimées logiquement comme étant les plus « dangereuses » pour la défense, les enfants ayant été examinés au plus près des faits. (Les 5 contre-experts qui les ont confirmées sont intervenus beaucoup plus tard). Il est vrai que depuis la parution de mon livre « Outreau la vérité abusée », j'ai entamé travail de ré-information sur l'affaire d'Outreau qui dérange beaucoup cet avocat qui lui doit sa notoriété

.http://la-verite-abusee.pagesperso-orange.fr/

Voici l'explication de la référence à l'EMDR : lors de ma déposition aux assises de St Omer où s'est déroulé le premier procès d'Outreau, j'ai précisé que les enfants que j'avais examinés - à la lumière de plus de 40 critères de l'examen psychologique et victimologique5 - étaient encore submergés par les images des scènes de viols en réunion qu'ils visualisaient douloureusement et revivaient avec émotion durant l'expertise. Ce constat sur leur visualisation était un indice de validité de l'envahissement lié au stress post-traumatique. Et comme il est  question dans notre mission d' expert de donner un avis sur la nécessité éventuelle d'une thérapie, ce constat  rendait donc pertinente l'utilisation de cette méthode neuropsychologique que j' ai donc effectivement évoquée lors du procès. (Thérapie que je n'assurais pas, contre-vérité stratégique de son confrère de rupture, Maître Berton pour inventer une faute déontologique qui n' existait pas et demander une récusation qu'il n' a pas obtenue. )

Cette histoire de " vérité dans les yeux" pour discréditer l'expert n'est pas nouvelle, Me Eric Dupond-Moretti avait déjà tenté de faire passer une telle ineptie quelques mois après le procès de Saint Omer. Lors d'un autre procès pour viol, alors que je rendais compte de mon travail d'expertise, il est venu m'assaillir à la barre des assises de ses délicates vociférations : « Voici l'expert qui voit dans les yeux des victimes qu'elles le sont et qui ose encore se présenter dans une cour d'assises depuis Outreau » ! Je lui ai sévèrement rétorqué : « Maître vous dîtes vraiment n'importe quoi !» Il est reparti tout penaud et l'Avocat Général de conclure non sans ironie :
« Inutile Maître, il n'y a pas les médias cette fois ! » P 152 « Outreau la vérité abusée ».

Dernier coup bas pour terminer : sachant que je travaille en cabinet libéral, Eric Dupond -Moretti déplore - toujours dans son chapitre sur Outreau - le fait que j'exerce encore. Il sait pourtant  que ses allégations sont des contre-vérités et qu'il n'y a rien d'objectif à me reprocher, ni à ma collègue C.C, Docteur en psychologie, qu'il dénigre au paragraphe précédent avec le fameux épisode de la musaraigne. Il a extrait une réponse à un test et il a fait croire lors du procès en appel à Paris, que c'était parce qu'il y avait une musaraigne à longues pattes que l'expert aurait décrété que l'enfant avait été violé. Il a précisé de manière erronée qu'elle était absente - tant la stratégie est odieuse - mais l'expert a assisté, interdite, au déclenchement d'un fou-rire initié par l'avocat et facilité par la grande tension qui régnait dans le prétoire, comme l'a expliqué avec une très grande honnêteté intellectuelle, Pascale Robert-Diard dans son article du MONDE en date du 13 Novembre 2008.6 4

 

Le professeur Viaux quant à lui, a dû faire face lors du procès de Saint Omer, à un défilé solennel des  avocats des accusés avec Me Dupond-Moretti à leur tête...ils demandaient sa radiation en tant qu' expert près la cour de Cassation et ils annonçaient un dépôt de plainte près la cour Européenne des Droits de l' Homme ....pourquoi ? Tout simplement parce que l' Expert avait osé s' exprimer dans la presse et les avocats de la défense estimaient qu'il y avait atteinte à l' équité du procès ....alors que la communication médiatique était assurée à 80% par Eric Dupond Moretti, comme l' a dénoncé le Procureur Maurel face à l' IGSJ. Ce procès dans le procès, a tué la crédibilité de ce professionnel auteur de nombreux travaux sur les agressions sexuelles et qu' il fallait donc abattre par tous les moyens. Jean-Luc Viaux a été lavé de toutes ces accusations par la Cour d' Appel de Rouen qui a estimé que l' Expert pouvait s' exprimer dans les médias ...2années après le procès, le mal était fait.

De la même façon, j' ai été lavée de toute accusation de conflits d'intérêts et de partialité par l' IGSJ, mais le mal était fait puisque ces contre-vérités assorties d'injures de la part de Me Berton, ont déclenché ma décision de ne plus revenir au procès, n' étant plus audible.

Il est clair que les experts étant les seuls obstacles à ses demandes d'acquittements, nous discréditer publiquement est plus efficace qu'une demande officielle de radiation, mais à court terme durant les procès, la stratégie s' est avérée payante.

Peut-on envisager raisonnablement de déposer plainte pour diffamation contre la « bête noire » alors qu'il y a matière à le faire depuis longtemps? Si oui, quel avocat parmi tous ceux qui l'on surnommé « Acquitator » aurait le courage de nous défendre alors qu'il a réussi sa classique manœuvre d'inversion perverse des culpabilités, en faisant passer les experts d'Outreau pour des charlatans, grandement responsables du prétendu fiasco judiciaire. (Avec le juge d'instruction dont il souhaite la suppression, l'un des objectif d'Outreau cf "La vérité abusée") Il faut dire qu'au moment des procès d'Outreau, la perte de lucidité -ou le désir de vendre- des médias avait pris pour argent comptant et sans pédagogie les caricatures des avocats des accusés à propos de nos dépositions ! C' était choquant, mais l' emballement était tel que rien ne pouvait l' arrêter, nous étions mis au pilori comme nécessaires boucs émissaires. Mais persister et signer un tel assaut destructeur, 8 années après, alors que les 13 acquittements demandés ont été obtenus, pose vraiment question sur les motivations et les pulsions  d'Eric Dupond-Moretti.

Nous avons 3 mois pour déposer plainte et ce, à partir de la date de la parution du livre. Il vaut sans doute mieux attendre, car la lucidité d'une petite partie de l'opinion commence seulement à se manifester et ce, grâce à la campagne de ré-information sur Outreau .7 IL faudra attendre qu'il y ait un véritable basculement de cette opinion. Ce qui ne devrait pas tarder puisqu'à la rentrée 1012 devrait sortir le film de Serge Garde, journaliste spécialiste de la pédo-criminalité et le livre de contre-enquête sur l'affaire, par l'ancien rédacteur en chef à l'AFP Jacques Thomet.

Ces journalistes étaient présents à la Table Ronde du 24 Février 2011 à l'institut de Criminologie de Paris-Assas Panthéon organisée par le Docteur Gérard Lopez, Psychiatre, Expert Judiciaire, Président de l'institut de Victimologie - dont javais suggéré l'intitulé : « La parole de l'enfant après la mystification d'Outreau 8» et où j'ai présenté mon livre et où Pierre Joxe, ancien ministre devenu avocat denfants, a évoqué son tour d'Europe des tribunaux, s'attachant au traitement judiciaire des mineurs délinquant9. Les travaux de cette Table Ronde nous ont valu d'être taxés de « révisionnistes »... faute de trouver de véritables arguments pour critiquer nos interventions. Et c'est en m'appliquant ce terme qui se veut infamant, que l'avocat le plus célèbre de France, termine le paragraphe qui m'est consacré dans son ouvrage.

Pour conclure : comment porter crédit à un ouvrage dont l'auteur, ivre de toute puissance, est pris en flagrant délit de déformation de la réalité, pour nuire à des professionnels dont le seul objectif est de participer à l'œuvre de justice, sans incidence sur le financement de leur travail quelque soit le résultat du procès. Des professionnels intègres qui ne peuvent actuellement défendre leur honneur, judiciairement parlant. En revanche, pour Eric Dupond-Moretti, l'objectif d'hier, d'aujourd'hui et de demain est toujours le même, à savoir discréditer la parole des enfants victimes d'agressions sexuelles en discréditant ceux qui sont professionnellement capables de la valider. Eric Dupond-Moretti participe de la manière la plus efficace qui soit, à la régression de la protection des enfants victimes d'agressions sexuelles constatée par tous les professionnels depuis Outreau.

Les enfants d'Outreau passent encore pour des menteurs aux regard de l'opinion et lorsque l'aîné d'entre eux, Chérif Delay, devenu majeur a osé rappeler  - comme je l'ai fait - que 12 enfants ont été reconnus victimes de viols, agressions sexuelles, corruption de mineurs et proxénétisme, l'Ogre10 n'en a fait qu'une bouchée. Me Dupond-Moretti après l'avoir brutalement traité de menteur et de mythomane à la barre des assises au procès en appel à Paris, comme Chérif l'explique dans son ouvrage « Je suis debout11 », a réitéré ses propos dans tous les médias. Sa notoriété lui a permis d'invalider sur un mode terriblement destructeur la parole de l'aîné des enfants victimes d'Outreau déjà gravement traumatisé... il avait osé soulever la chape de plomb pour parler de leur souffrance oubliée et niée... il la fait taire une nouvelle fois!

Bravo l'artiste !12 ?

1Le surnom de « Champion de France des acquittements » semble mal vécu ...tout comme celui d'Acquitator

2Argument de Fabrice Burgaud à la Commission parlementaire confirmé par la Commission d'enquête des Services Judiciaires

3Il a même été dit lors de la Commission parlementaire que j'aurais hypnotisé les enfants pour les faire parler...!

4Voir « hommage à David Servan-Schreiber » sur Médiapart

5Voir « Les expertises psychologiques » sur le site orange "la vérité abusée"http://la-verite-abusee.pagesperso-orange.fr/articles.html

6Evoqué par Frédéric Valandré dans son article sur Médiapart « Quand Super Dupond raconte l'affaire Outreau »

7« Outreau, une autre vérité, 6ème étape de la ré-information sur Outreau »sur Médiapart

8Voir le compte rendu sur le site orange « La vérité abusée »

9Il préparait son ouvrage « Pas de quartiers »

10Expression utilisée par Pascale Robert-Diard Chroniqueuse judiciaire.

11Co-écrit avec Serge Garde aux éditions du Cherche midi.

12En référence ironique à l'article de Pascale Robert -Diard tout aussi ironique et intitulé « L'artiste des prétoires » dans lequel elle évoque la stratégie du « terrorisme judiciaire » installée par cet avocat lors des procès pour viols.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Stephane6 faut-il laisser un enfant se faire sodomiser pendant des années avant que l'expertise soit rendue, un enfant n'est pas coupé de ses parents, il peut les voir mais sous surveillance. Dans le cas des Lavier à Outreau, une de leurs filles a toujours refusé de les revoir depuis le procès, a été placée dans une famille d'accueil, n'est jamais revenue sur ses déclarations. Une autre les a revus. Et on vient de retrouver deux enfants gravement maltraités depuis 6 ans dont ils avaient la charge, leurs petites dernières. Après qu'ils aient reçu presque 600 000 euros de dédommagements de l'état. Ils viennent d'être condamnés à une peine légère pour ce qui est pourtant de la torture morale et physique sur deux petites filles.

Ce qui est dommage c'est que vous participez à ce fil mais ne semblez pas vraiment lire les liens ou vous intéresser à la réalité d'Outreau, sans doute car cela paraît invraisemblable ou que vous pensiez que la justice ne peut pas se tromper autant. Pourtant l'avocat qui a mené Outreau à ces acquittements, Acquitator, balance dans tous les journaux, qu'il a fait acquitter des coupables (100 acquittements à son actif) et que ce n'est pas son problème dans la vie. Ce qui est selon moi totalement en opposition au code de déontologie des avocats, et devrait entraîner une radiation temporaire du barreau.

Joël, il y a eu beaucoup d'experts et d'expertises à Outreau, et tous se recoupaient entre eux, ce sont les avocats des accusés qui les ont décridibilés. C'est leur métier de le faire. L'erreur a été que la presse ait suivi aveuglément ces avocats, plus de 15 pour défendre les accusés et seulement deux avocats pour défendre 19 enfants, c'est la raison pour moi pour laquelle ce procès aurait dû être annulé car il y a un vice de procédure. Les 19 enfants aurait dû être jugés séparément et avoir chacun leur avocat puisque les accusés avaient eux chacun le leur. On ne peut pas juger le cas de 19 victimes en même temps c'est absurde.

 

Marie Christine, les propos de Dupont Moretti, l'artisan du jugement d'acquittement d'Outreau, affirmant qu'il a fait acquitter des coupables (100 acquittements à son actif) devrait entraîner sa radiation temporaire du barreau, car ses propos sont en opposition avec le code de déontologie des avocats, or il a prêté serment, la raison pour laquelle cette radiation devrait avoir été immédiatement décidée, c'est parce que ce genre de théorie fumeuse, est la porte ouverte à la vengence privée. On ne peut plus avoir confiance en la justice après avoir entendu Dupont Moretti. Cette histoire va mal finir, très mal finir (votre dernier lien).