Affaire Loïc Sécher, affaire d'Outreau, où sont les vrais coupables ?

A propos de l'acquittement de Loïc Sécher son avocat Eric Dupond-Moretti a dit au  Journal du soir sur France 3 le 1er Octobre «  On a identifié les vrais coupables ».Grande nouvelle !Pourquoi le journaliste n'a t'-il pas réagi à ce scoop !!! Qui sont -ils, comment les a t-on retrouvés ?Qui les a dénoncés ? La victime ? Un procès d'assises est il prévu ? Quand et où aura t-il lieu ?Pourquoi leur victime a t-elle dénoncé Loïc Sécher plutôt que ses vrais agresseurs, dans quel but, avait elle peur des vrais coupables ? Ce sont des questions fondamentales qui n'ont  été posées...De manière incroyablement choquante- aucun journaliste ne réagit non plus -des coupables sont déclarés comme tels, sans procès et sans jugement, par un avocat qui paradoxalement enrage contre l' absence en France de respect de la présomption d'innocence ! Il est clair que c'est systématiquement cet ogre des assises qui mène le débat lors des interviews et personne n'ose s'aventurer en dehors des sentiers du discours imposé . Est-ce de la fascination ? La crainte de ses colères épiques qui déstabilisent et discréditent son timide contradicteur ?Eric Dupond Moretti est-il devenu à lui tout seul un concept : celui de détenteur de LA Vérité ? Il « confusionne » de manière hypnotique le rationnel en introduisant dans sa définition la notion de doute dans une pirouette affective sur l'erreur judiciaire qui laisse pantois l'interlocuteur.

A propos de l'acquittement de Loïc Sécher son avocat Eric Dupond-Moretti a dit au  Journal du soir sur France 3 le 1er Octobre «  On a identifié les vrais coupables ».

Grande nouvelle !

Pourquoi le journaliste n'a t'-il pas réagi à ce scoop !!! Qui sont -ils, comment les a t-on retrouvés ?

Qui les a dénoncés ? La victime ? Un procès d'assises est il prévu ? Quand et où aura t-il lieu ?

Pourquoi leur victime a t-elle dénoncé Loïc Sécher plutôt que ses vrais agresseurs, dans quel but, avait elle peur des vrais coupables ?

 Ce sont des questions fondamentales qui n'ont  été posées...De manière incroyablement choquante- aucun journaliste ne réagit non plus -des coupables sont déclarés comme tels, sans procès et sans jugement, par un avocat qui paradoxalement enrage contre l' absence en France de respect de la présomption d'innocence !

 

Il est clair que c'est systématiquement cet ogre des assises qui mène le débat lors des interviews et personne n'ose s'aventurer en dehors des sentiers du discours imposé . Est-ce de la fascination ? La crainte de ses colères épiques qui déstabilisent et discréditent son timide contradicteur ?

Eric Dupond Moretti est-il devenu à lui tout seul un concept : celui de détenteur de LA Vérité ? Il « confusionne » de manière hypnotique le rationnel en introduisant dans sa définition la notion de doute dans une pirouette affective sur l'erreur judiciaire qui laisse pantois l'interlocuteur.

Il va de soi qu'il a acquis le statut du sauveur sociétal qui pourrait tirer d'un mauvais pas toute personne censée être accusée à tort quand on sait que c'est la hantise de chacun d'antre nous, surtout et encore plus, après l'affaire d'Outreau.

Et c'est volontairement, en vue du prochain procès que l'amalgame est fait systématique ment par EDM. La technique est toujours la même : jouer sur l'affectif la culpabilisation et la projection d'identification « Cela peut vous arriver à tous, heureusement que je suis là ! »

L' émotion liée aux larmes des acquittés semble un peu usée, il faut la renouveler avec Loïc Sécher d'autant que le citoyen appris à ses dépens que de probables coupables (ils ne sont pas jugés) pouvaient pleurer face caméra et se dire innocents avec une extraordinaire sincérité : le très émouvant Francisco Benitez juste avant son suicide,tout aussi émouvants,  la mère et le beau-père de chacune des fillettes soit disant disparues, Tiphaine et Fiona. De nombreux reportages ont stigmatisé cette tromperie que les journalistes manipulés ont contribué à diffuser.

La technique bien rôdée de Eric Dupond-Moretti utilise aussi le mensonge par omission. On n'a pas relayé la vérité judiciaire des 12 enfants reconnus victimes de viols et aujourd'hui on omet de dire que c'est l'une de ces victimes - Jonathan Delay, avec son avocat Me Boyer et l'ONG Innocence en danger qui a attiré l'attention sur le risque de condamnation de la France au niveau de la Cour Européenne des Droit de l'Homme pour non audiencement d'un procès aux assises des mineurs concernant un acquitté d'Outreau Daniel Legrand fils.

Le mercredi 3 Octobre sur France Info, Eric Dupond Moretti nous dit avec colère et indignation que l'on va obliger ce « pauvre gosse » aujourd'hui trentenaire à aller aux assises alors qu'il est innocent. Le terme de « gosse » s'applique pourtant davantage à Jonathan qui n'a que 19ans et c'est l'âge de Daniel Legrand au moment de l'instruction. On peut s'attendre à ce que les faits qui lui sont reprochés entre 15 et 18 ans soient traduits comme des faits imposés (selon ses aveux) et qu'il pourrait alors être lui aussi acquérir le statut de victime non pas de la Justice mais de ses éventuels commanditaires. C'est ce que craint avant tout le champion de France des acquittements.

Et si le Procureur Général de la Cour d'Appel de Douai a entendu ce risque, c'est qu'il ne pouvait entrainer la Justice de son pays dans l'illégalité. D'autant que le travail des ré-informateurs sur Outreau commence à lever la désinformation installée par l'absence du contradictoire sur cette affaire.

Autre mensonge par omission, ce ne ne sont pas les magistrats qui n'ont pas digéré cette affaire mais deux journalistes d'investigation, Serge Garde - spécialiste de la pédocriminialité - et Jacques Thomet - ex rédacteur en chef à l'AFP – qui, après avoir lu « Outreau la vérité abusée » ont décidé de faire leur propre enquête. Le premier a réalisé un fil « Outreau l'Autre vérité » et le second un ouvrage « Retour à Outreau, contre-enquête sur une manipulation pédo-criminelle » après avoir lu les 30.000 pages du dossier et rencontré les intervenants des procès et des victimes. Il a repéré 50 enfants présumés victimes et plus du double de vrais ou de potentiels agresseurs.

Les stratégies classiques que EDM utilisait aux assises avant l'affaire d'Outreau étaient toujours les mêmes, ne pouvant plus nier que la victime présentait bien les traces traumatiques rendant compatible son récit de viol, il induisait systématiquement que certes cette victime en était bien une, mais que ses agresseurs désignés n' étaient pas les vrais coupables.

Merci à Jacques Cuvillier d' avoir donné ses réflexions très éclairantes sur son dernier billet :

http://blogs.mediapart.fr/blog/jacques-cuvillier/011013/entre-laffaire-doutreau-et-celle-de-loic-secher-quelle-strategie-pour-eric-dupond-moretti-en

http://blogs.mediapart.fr/blog/jacques-cuvillier

Cet avocat de rupture est souvent aidé par la douloureuse propension des victimes d'agressions sexuelles à se rétracter pour des raisons bien connues des victimologues qui le constatent en thérapie chez les victimes avérées. Précision donnée par Dupond-Moretti sur France info "soit disant les rétractations ne valent rien, cette victime là a eu beaucoup de mal à se rétracter"...

Les enjeux et les motivations tout comme les explications psychologiques sont bien connus aujourd'hui avec en particulier tous les travaux sur les processus de dissociation de la mémoire traumatique.

Déjà Summit en 1983 expliquait pourquoi les enfants se rétractent dès que l'on doute de leurs déclarations.

C'est pourquoi il semble indispensable que la Justice installe l'obligation d'une expertise avec une méthodologie symétrique à celle des évaluations sur la validité de la déclaration. Le magistrat y demande classiquement si la victime qui révèle a fait l'objet d'une emprise, si elle a été influencée, il est question d'étudier le contexte de l'émergence du dévoilement.

Cette même question pourrait être posée en parallèle chez les victimes qui se rétractent. Ont elles été influencées ? Ont-elles subi des pressions ? Ont -elles été menacées ? Quelles sont leurs motivations ? Sont -elles dans un processus de dissociation traumatique avec déni de protection ? Etc...

Cette demande de création d'expertise de fiabilité de la rétractation des victimes devrait être dès à présent officialisée afin d'anticiper sur les argument de EDM lors du prochain procès d'Outreau.

http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-christine-gryson/120711/proces-lavier-que-devient-aurore-victime-d-outreau-retractee

http://www.village-justice.com/articles/Decisions-justice-matiere-sexuelle,12960.html

Sur France Info toujours le mercredi 2 Octobre, Eric Dupond -Moretti évoquait les ré-informateurs sur Outreau en les appelant les Négationnistes, un pas vers la diabolisation était franchi après avoir utilisé le terme de révisionnistes.

Il s'agit bien sûr d'un mot « piégé » ( Philippe Breton « La parole manipulée ») qui vise à jeter l'opprobre sur les personnes qui sont des citoyens et des professionnels qui n'ont d'autre intérêt que le respect du contradictoire démocratique et de la Justice pour tous et en particulier pour les enfants.

Et puisqu'aucun journaliste ne s'intéresse aux vraies victimes d'Outreau alors que Eric Dupond-Moretti évoque cette affaire depuis une semaine en faisant le tour des médias avec son nouveau livre, donnons la parole à l'aîné d'entre eux qui en parle à sa manière devant l'Hôtel de ville de Paris du prochain procès de Daniel Legrand. Précisons qu'il n'a pas mangé depuis 5 jours... il demande " que la Justice soit VRAIE » tout simplement et rien d'autre.

Un troisième procès pour Outreau : Chérif Delay attend que la justice mérite son nom ! © Cercle des Volontaires

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.