marie-christine gryson
Psychologue Clinicienne, Experte judiciaire (1989-2015) Formatrice,essayiste et lanceure d'alerte !
Abonné·e de Mediapart

104 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 oct. 2014

marie-christine gryson
Psychologue Clinicienne, Experte judiciaire (1989-2015) Formatrice,essayiste et lanceure d'alerte !
Abonné·e de Mediapart

Elle a déposé son chaton à nos pieds et s'en est allée..

  ....incroyable de la part d'un félidé, de cette proximité phylogénétique avec l'espèce humaine, puisqu'elle nous l'a donc apporté pour soins et adoption...Oublions quelques minutes l'état islamique, Ebola le déficit budgétaire de la France, mais aussi nos soucis familiaux et professionnels pour regarder tout près de nous dans notre cercle le plus proche, ceux qui partagent notre vie à mille lieux des catastrophes nationales et des guerres internationales.Je veux parler des petits animaux dits domestiques qui font preuve de comportements qui interrogent sur les missions incroyables dont ils semblent nous investir. Cela nous interroge également sur leur niveau de conscience réflexive face à la mort, c'est somme toute d'une très grande importance pour notre propre existence et les étapes de notre développement psychosocial.

marie-christine gryson
Psychologue Clinicienne, Experte judiciaire (1989-2015) Formatrice,essayiste et lanceure d'alerte !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

....incroyable de la part d'un félidé, de cette proximité phylogénétique avec l'espèce humaine, puisqu'elle nous l'a donc apporté pour soins et adoption...

Oublions quelques minutes l'état islamique, Ebola le déficit budgétaire de la France, mais aussi nos soucis familiaux et professionnels pour regarder tout près de nous dans notre cercle le plus proche, ceux qui partagent notre vie à mille lieux des catastrophes nationales et des guerres internationales.
Je veux parler des petits animaux dits domestiques qui font preuve de comportements qui interrogent sur les missions incroyables dont ils semblent nous investir. Cela nous interroge également sur leur niveau de conscience réflexive face à la mort, c'est somme toute d'une très grande importance pour notre propre existence et les étapes de notre développement psychosocial.

L'éthologie, ça nous connait, nous les psychologues : son étude est largement dispensée au cours de notre formation. Depuis les théories de l'attachement étudiées chez les bébés singes de Harlow ainsi que le langage des signes, mais, aussi la communication hiérarchique et l'organisation sociale des oiseaux ou des abeilles, tout ce qui pouvait nous permettre de mieux comprendre les comportements humains a fait partie de notre formation. L'université de Lille III partageait son enseignement avec celle de médecine et des sciences, et nous avons été initiés aux rigoureux protocoles expérimentaux nécessitant la neutralisation des variables parasites. Depuis l'observation de rats naïfs et assoiffés qui devaient mémoriser le parcours d'un labyrinthe quand ce n'était pas celle des poissons rouges qui nous apprenaient le réflexe pavolvien pour échapper aux chocs électriques avec l'apparition d'un clignotant plus ou moins aléatoire.
Laisser boire le rat par compassion, ou diminuer l'intensité du choc n'avançait à rien car, on n'obtenait pas le nombre de passages permettant d'élaborer la courbe statistique et la note qui en découlait... je l'ai subi à mes dépens. Le manque de moyens actuels permet heureusement de ne plus soumettre ces animaux et les étudiants à ces manipulations aussi cruelles qu'inutiles.
Bizarrement, le chat - grande vedette sur internet, jadis adulé et détesté selon les siècles et les pays - n'apparait pas dans nos manuels d'éthologie. Pourtant, l'on sait qu'il s'agit de l'animal le plus adaptable de la « création ». Il partage avec intérêt le besoin de câlins des humains qui l'adoptent avec plaisir et il profite en même temps de toute les capacités d'autonomie de son maintien dans la vie sauvage.
Pourtant je ne connais pas d'études qui puissent m'apporter de réponse à un incroyable comportement que j'ai pu observer par deux fois chez une des chattes de la longue lignée des légitimes et dernièrement d'une squatteuse plus jeune qui a fait comme d'habitude déguerpir la plus ancienne.
C'est ainsi qu'au printemps de cette année, une petite chatte aux yeux très bleus s'est installée dans notre jardin et le local dénommé la cabane des chats, car c'est là qu'elles mettent bas leurs petits. Elle a été baptisée Mi-oui. La chatte de la maison s'est alors éclipsée et elle vient désormais nous rendre visite de loin en loin.
Une première portée de Mi-oui au début de l'été a disparu corps et biens, comme souvent quand les mères sont très jeunes. Et le mois dernier, juste avant la rentrée scolaire, deux petits chatons sont nés, un noir et blanc et un petit roux, se partageant ainsi les couleurs de leur mère.
Mais le lendemain tout le monde avait disparu...
Quinze jours plus tard, un dimanche après midi ensoleillé, alors que nous avions des invités qui devisaient sur la terrasse, quelle ne fut pas notre surprise de voir apparaître Mi-oui le chaton noir et blanc pendouillant de sa petite gueule, chaton qu'elle est venue nous déposer à nos pieds et elle s'en est allée. Le chaton est resté là à chercher maladroitement sa mère poussant des cris de désespoir... nous l'avons alors réinstallé dans la cabane des chats mais Mi-oui l'a ignoré. Nous avons alors découvert l'autre chaton dans un taillis du jardin. Elle s'y était réfugiée tout naturellement pour le nourrir. Elle pouvait donc encore le faire. Nous avons alors réuni la fratrie...
Durant les 15 jours suivants les, deux petits se sont précipités quand ils nous entendaient arriver avec du lait, car les mamelles de la mère semblaient s'être progressivement asséchées. Mais le noir et blanc restait maladroit et incapable d'aspirer le lait, même avec un biberon... alors que son frère gagnait en vigueur et en agilité....  et ce soir, nous l'avons trouvé inanimé, il avait tout juste 1 mois.
Les questions qui se posent sont les suivantes : comment sa mère a-t-elle su, au bout de 15 jours, que son bébé n'était pas viable ? Plus important encore : comment a-t-elle pu imaginer que nous pourrions-nous en occuper ?
Je pose ces questions en connaissance de cause, car j'ai déjà pu observer ce comportement maternel quelques années auparavant. Nous avions recueilli le chaton rapporté par sa mère... reporté et rapporté de nouveau par elle.... Nous l'avons nourri au biberon, mais il a vite présenté des troubles schizophréniques et a disparu dans la nature à l'âge de 6 mois.
Comment donc une chatte peut-elle avoir l'intuition de la maladie de son rejeton et surtout comment peut-elle avoir la capacité de le confier aux humains pour soins et adoption...ce qui ne serait pas étonnant de la part d'un primate au demeurant. Pour les chats, ça l'est grandement, nous serions donc des parents de substitution pour leur progéniture, comme nous le sommes déjà pour les chiens mais dans leur vie adulte.
Je reste perplexe face à ce comportement, car s'agit d'un acte déterminé et intentionnel qui interroge également sur le niveau de conscience réflexive de cet animal, pour qui l'évocation de l'instinct comme seul moteur d'action est loin d'être satisfaisant.
Qui peut tenter une explication ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
Brésil : lettre ouverte aux membres du Tribunal Supérieur Électoral
En notre qualité d’avocats de Monsieur Lula nous avions interpellé sur l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques à l’origine des poursuites et de la détention arbitraires subies par notre client. Nous dénonçons les attaques ignominieuses de Monsieur Bolsonaro à l’encontre de Monsieur Lula et sa remise en cause systématique de décisions judiciaires l’ayant définitivement mis hors de cause. Par William Bourdon et Amélie Lefebvre.
par w.bourdon