L'actualité amène tout citoyen à s'interroger sainement, en toute connaissance de cause, sur la possible mystification des affaires médiatiques et à faire les rapprochements qu'elles méritent en termes de moralisation de la vie publique.En plus du séisme sociétal qu' elles ont provoqué, l'affaire Cahuzac et l' affaire d'Outreau ont des points communs qu'il convient de repérer. J'aborde cette question en dehors de toute considération politique. Ma motivation est toujours l'amélioration de la prise en charge des enfants victimes qui, depuis Outreau ne sont plus protégés.

Aujourd'hui tout le monde se félicite de l'existence d'une presse indépendante qui a permis les révélations de l'affaire Cahuzac. Chacun s'accorde à dire que sans Médiapart cette affaire n'aurait jamais vu le jour. Chacun a pu constater qu'un mensonge trouve son efficacité dans le déni de réalité tel que le prouve l'attitude de ce personnage aveuglé par la toute puissance, qui continue à briguer sans vergogne la récupération de son siège de député.

L'affaire d'Outreau - exploitable à merci - à été évoquée par Nadine Morano pour discréditer le juge Gentil dans l'affaire Bettencourt... brouillage de messages sur l'incompétence des magistrats pour que l'on ne repère pas pourquoi il y avait grand intérêt à supprimer le juge d'instruction. La référence à Outreau n'a pas été évoquée pour l'affaire Cahuzac et pourtant elle mérite de l'être.

Le point commun entre l'affaire Cahusac et l'affaire d'Outreau est que dans cette dernière, le mensonge et le déni de réalité ont également été au centre de la mystification, qu'elle concerne une seule personne ou plusieurs, il s'agit du basculement systémique et les dégâts risquent d'être aussi importants. Chez Cahuzac, c'est le système finance et politique qui est en jeu, à Outreau il s'agissait du système politique-médias (associés à divers sous-systèmes) comme le montrent aujourd'hui trois ouvrages et un film. 

Voir ce site "Démystifier Outreau"

Edwy Plenel est désormais reçu partout en tant que représentant de la garantie démocratique d'une presse libre. Dans cette période troublée où les politiques en poste déclenchent inévitablement la suspicion, les personnes recherchées sont celles qui, n' ayant pas de mandat, rassurent par l'ancienneté de leur condamnation de la corruption. Est-ce pour cette raison que François Bayrou est lui aussi invité sur les plateaux télévisés et qu'il est interviewé tous azimuts, comme ayant la légitimité pour parler de la moralisation de la politique ?

Notons qu'il est le seul homme politique à avoir répondu à l'envoi de mon ouvrage « Outreau la vérité abusée ». Je publie ce courrier et je l'en remercie sur Médiapart, ce n'est pas par hasard !

Lettre de François Bayrou

Comme l'a dit cet ancien ministre ce Dimanche 7 Avril 2013 au journal de 13h de France 2, une presse indépendante est indissociable d'une justice indépendante.

L'atmosphère sociétale a bien changé dans le contexte de l'affaire Cahuzac. La nécessité d'une moralisation passe donc par une presse et une justice indépendantes. Cette moralisation devient une valeur démocratique dont la ré-affirmation est devenue l'unique point de rencontre avec les citoyens. La presse doit « dire la vérité » sur les hommes politiques, en toute transparence. Le danger de la transparence à tout prix a bien été évalué par le philosophe Raphaël Eintoven, également sur le plateau de France 2. La nécessité d'un contradictoire qui tempère la « dictature de la transparence » semble pouvoir aujourd'hui être assurée par la maturation républicaine liée cette expérience traumatique.

Malheureusement, l'expérience traumatique de l'affaire d'Outreau n'a pas bénéficié d'un tel éclairage. La ré-information sur ce drame démocratique qui n'a bénéficié d'aucun traitement contradictoire jusqu'à ce jour peut-elle enfin avoir une chance d'être entendue ? L'occasion est donnée par l'actualité du film de Serge Garde produit par Bernard de La Villardière qui est la 6ème étape de cette ré-information. Espérons qu'il soit plus largement diffusé et les critiques neutralisées :

Bande annonce

Critique des critiques

Ce film dans le processus re ré-information

Des médias indépendants et soucieux du contradictoire ne devraient-ils pas accorder la même promotion à ce film sur la vérité des enfants qu'au film "Présumé coupable " ? Comme ce n'est pas le cas il y a encore beaucoup à faire en matière d'information objective !

Sans l'audience et la crédibilité de Médiapart, ce contradictoire qui a fait l'objet de nombreux billets en plus des miens (cf ceux de Frédéric Valandré, Jacques Cuvillier, Caprouille, Dominique Ferrière) n'auraient jamais eu de place dans ce travail journalistique citoyen qui permet à celui qui, par sa proximité, possède des éléments spécifiques, de les rendre audibles (cf Christian Salmon). Ces mêmes éléments que les journalistes officiels ne peuvent - par ignorance - ou ne veulent - pour diverses raisons - publier.

Dans l'affaire d'Outreau, le piétinement de la Justice par l'exécutif (cf Yves Bot qui présente ses excuses aux accusés avant le délibéré des jurés ) n'a eu d'égale en terme de gravité, que la collusion médiatico-politique qui a été dénoncée par le procureur Erick Maurel. Il l'a rapporté à l'Inspection Générale des Services Judiciaires lors de son audition sur les procès d'Outreau :

« M.Maurel fait état des propos qui ont été tenus dans l'enceinte du palais de Justice, aux assises du Pas de Calais à Saint Omer, certains journalistes indiquant qu'ils étaient là pour traiter les problèmes de l'institution judiciaire et « tuer le juge d'instruction » en tant qu'institution bien sûr ».(p 136 « Outreau la vérité abusée »)

Ces propos ont été confirmés par le chroniqueur judiciaire Pierre Rancé, aujourd'hui Porte Parole de la Garde des Sceaux, dans le film de Serge Garde. Malgré ces témoignages on ne peut plus dignes de foi, Philippe Houillon rapporteur de la Commission Outreau et le Chroniqueur judiciaire Durand -Souflant continuent de balayer cet argument d'un revers de main comme on a pu le constater sur la chaîne LCP lors de l'interview de Jacques Thomet à l'occasion de la publication de son livre « Retour à Outreau, contre-enquête sur une manipulation pédo-criminelle ».

On notera à ce propos que ce livre écrit par un journaliste ancien rédacteur en chef à l'AFP ne bénéficie que d'une seule annonce médiatique (LCP) et de l'omerta la plus totale alors que le livre de la journaliste Florence Aubenas sur ce même sujet a fait l'objet d'une bonne centaine d'articles ! Nous sommes très loin de l'équité médiatique que tout citoyen est en droit d'exiger d'un pays démocratique.

Emission sur LCP Chaîne Parlementaire

Notons que la collusion entre les journalistes et les avocats de la défense rendant ces procès médiatiquement inéquitables, a également été dénoncée par le témoin privilégié qu'était le Procureur du TGI de St Omer recevant les assises du Pas de Calais. M Maurel déclare à cette même commission judiciaire, qu'il a été étonné par la proximité inhabituelle entre certains journalistes, les avocats de la défense et les accusés qui se concrétisaient par des repas au restaurant ! Du jamais vu !

L'attitude de déni de Durand-Dupond (comme il est dénommé dans le monde judiciaire) est telle qu'il remet également en cause la maltraitance des enfants pendant le procès par les avocats de la défense alors que Me Pouille précise dans son interview pour le film de Serge Garde, que le Haka des All Blacks, ce n'est rien à côté de ce que les enfants ont subi. Notons que cette maltraitance a été dénoncée par tous les magistrats présents lors des procès et les avocats de la partie civile et les association de défense des enfants et par la Défenseure des enfants qui a écrit une tribune dans le Monde intitulée « Pitié pour les enfants d'Outreau » leurs propos n'ont jamais été relayés !

Ce chroniqueur, tout comme son mentor EDM, a voix au chapitre médiatique autant qu'il veut. Et lorsqu'ensemble ils écrivent (dans l'ouvrage dont la promotion a été exceptionnelle « Bête Noire ») des inepties sur mes expertises lors du procès d'Outreau, aucun média ne m'a proposé un droit de réponse ; seul Médiapart m'a permis de faire les mises au point qui s'imposaient ici et suite aux articles irrévérencieux du Nouvel Observateur et de la Voix du Nord

Ce que j'en dis

Enfin on a coutume de dire que le silence sur une vérité est l'équivalent d'un mensonge... un mensonge par omission voire un déni de réalité. Le mensonge le plus percutant et qui a permis la folie médiatique d'Outreau alimentée par une synergie d'intérêts plus ou moins conscients et volontaires et dont les plus avouables étaient médiatico-politiques est celui qui concerne la vérité judiciaire des enfants d'Outreau. 12 enfants ont été reconnus victimes de viols, agressions sexuelles,proxénétisme et corruption de mineurs. Cette vérité là semble incompatible avec la vérité officielle et il faut donc la dire et la redire sans relâche :

Les vérités judiciaires incompatibles

 

La conclusion est claire : la presse indépendante peut relayer la vérité ( Cahuzac) en renvanche la presse qui ne l' est pas peut relayer le mensonge ( Outreau).

Pour en savoir plus :

http://www.scoop.it/t/outreau?page=1

http://la-verite-abusee.pagesperso-orange.fr/


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Je pense que Frédéric Lavachery  a raison.

Le problème, c'est que l'on n'a aucune prise sur les réseaux de pouvoir qui s'organisent de manière occulte. On entend souvent parler de la franc-maçonnerie, mais il y a bien d'autres organisations.

A tous les niveaux, depuis le simple établissement ou la simple entreprise, jusqu'à l'échelle de la finance internationale en passant bien sûr par cette des états, on assiste typiquement à une double couche d'organisation :
- la couche officielle conforme aux organigrammes hiérarchisés connus,
- une couche sous-jacente, multiforme, organisée selon des modes dynamiques très différents.

On donne au niveau externe une apparence de fonctionnement normal, les vraies décisions sont aux étages du dessous. En définitive la démocratie est réduite à bien peu de chose. Fort heureusement, les dissensions existent aussi bien au dessous qu'en dessus, ce qui permet à chaque niveau de conserver quelque atout.

Le très gros avantage de la "blogosphère" et des mouvements qui s'y rattachent, c'est qu'il s'agit d'une mouvance relativement inorganisée, sorte de "soupe primitive" assez difficilement contrôlable par les entités organisées - que ces entités soient occultes ou étatiques (d'où les féroces mesures de censure dans certains pays). 

La blogosphère est par ailleurs dotée d'une impressionnante force de travail et ce qu'elle exprime est visible de partout. Elle n'a sans doute pas encore pris conscience de son pouvoir considérable bien que des résultats soient déjà patents (mouvement altermondialiste, printemps arabe... trainée de la météore wikileaks...) Elle conduira vraisemblablement la prochaine révolution culturelle.