Envoyé spécial à Outreau : une loi de protection des enfants violés, profitons des législatives pour la réclamer !

 Il était question dans cette émission du samedi 9 Juin 2012 de légiférer à propos d'indemnités demandées par des acquittés pour leurs propres enfants. Ces derniers ont pourtant  reçu des sommes exceptionnelles en la matière, et  10 fois supérieures (au minimum 250.000 euros)  à celle qui ont été octroyées aux 12 enfants reconnus victimes de viols, agressions sexuelles, corruption de mineurs et proxénétisme par la Justice dans cette affaire d'Outreau.

Le député Houillon et le Sénateur Vallini apparemment trainent les pieds, et on les comprend. Une réflexion s' impose : les sommes faramineuses que l' état a déboursées pour les acquittés, n'étaient donc pas destinées à indemniser aussi leurs enfants. Et si l'on en croit ce qui a été dit dans ce reportage, ces mêmes enfants vont  effectivement  recevoir la même somme que celle qui a été allouée aux  enfants victimes détruits par les viols en réunion et autres barbaries à Outreau !

 Les enfants violés à Outreau  ont été une fois de plus ignorés dans ce reportage, comme dans tous les autres. Et en tout état de cause quand on les évoque, c' est pour les traiter de menteurs, sans risquer de devoir rendre compte de ces calomnies devant la justice.En effet, le vide juridique qui le permet, et que j' ai dénoncé lors de mon interview par Pierre Rancé- aujourd'hui Porte Parole du Garde des Sceaux- dans la Gazette du Palais de Mai 2010, n' est jamais pris en compte par nos députés.

 Du fait de l'existence de ce vide juridique, l'on peut donc impunément dire et écrire qu'ils ont menti alors que la justice leur a donné droit. Il est donc possible  de les traiter de mythomane comme l' a fait Eric Dupond -Moretti à propos de Chérif Delay, l' aîné des enfants d'Outreau, lors de la parution de son  « Je suis debout » ainsi que l' abbé Dominique Wiel dans son ouvrage « Que Dieu ait pitié de nous » et lors de ses conférences. Cet acquitté ose aller jusqu'à nier la réalité de la culpabilité du couple Delay-Badaoui. Il accuse les aînés ( Chérif et Dimitri)  d' avoir dénoncé leur parent à tort et il prétend contre toute vraisemblance, que ces derniers sont innocents alors qu'ils ont reconnu les faits et qu'ils ont été condamnés à 15 et 20 ans de réclusion criminelle. Il nie donc la vérité judiciaire des enfants victimes et personne ne s' en indigne.

Profitons donc des législatives pour alerter nos futurs députés et réclamer une loi qui protégerait les victimes de la même façon que les acquittés, sachant que l'on s' expose à un procès en diffamation si l'on dit ou si l'on écrit qu'ils ne sont pas innocents. En revanche, aucune procédure en diffamation ne peut être conduite contre qui prétend publiquement qu'une victime ne l' est pas. Et comme il s' agit d' enfants la plupart du temps,  personne ne s' en préoccupe puisqu'ils ne votent pas!

On l' aura bien compris, aucune possibilité de procédure pour les enfants d' Outreau qui continent de souffrir non seulement des sévices qu'ils ont subis, mais également du déni, voire des dénégations relayées par les médias, sur la réalité même de leurs souffrances.

http://la-verite-abusee.pagesperso-orange.fr/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Tout est fait pour faire diversion, faire oublier que les vraies victimes sont les enfants violés, torturés et vendus à d'ignobles clients ...

De ce nombre, 12 ont été reconnus officiellement victimes. Pourquoi ne sont-ils jamais ou si peu cités? 

Badaoui a repris contact avec ses 2 derniers enfants alors qu'elle en est interdite par la justice, et qu'elle a été déchue de ses droits parentaux. Comment expliquer que les tuteurs légaux des petits se rendent complices d'une telle monstruosité?

L'un de ces 2 enfants m'a dit être terrorisé par M.Badaoui .. Cela n'a pas empêché l'institution qui devait le protéger de favoriser le contact avec la criminelle...