marie-christine gryson
Psychologue Clinicienne, Experte judiciaire (1989-2015) Formatrice,essayiste et lanceure d'alerte !
Abonné·e de Mediapart

104 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 juil. 2015

Outreau, les psychologues du procès de Daniel Legrand : débats sur les Faux souvenirs

marie-christine gryson
Psychologue Clinicienne, Experte judiciaire (1989-2015) Formatrice,essayiste et lanceure d'alerte !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avertissement

Il ne s'agit pas dans cet article publié sur le site Village de la Justice, de démontrer l'éventuelle culpabilité de Daniel Legrand, ce fut le rôle des avocats de la partie civile, Mes Forster et Monneris- pour qui il convenait d'entrer en voie de condamnation-et Me Reviron dont le lien pour la plaidoirie est sur Twitter. (https://twitter.com/patricereviron). La décision d'acquittement est définitive et elle est respectée.

Il s'agit ici de démontrer que la référence aux "Faux souvenirs" des 3 frères Delay, concept qui relève de la victimologie,  était inappropriée en référence à l'expérience de 25 années avec les victimes de viols ( expertises et thérapies) et aux acquis de la recherche sur le psychotraumatisme sexuel.

Je ne souhaitais plus m'exprimer sur le procès de Daniel Legrand qui vient de se tenir aux assises des mineurs à Rennes, ne remettant pas en cause la décision acquittement, mais de nouvelles polémiques suscitent des commentaires de la part de la psychologue clinicienne que je suis. Il s'agit de considérations relatives aux des interventions des psychologues Sachants et Experts, y donner suite est parfaitement légitime et déontologique. Ce texte reprend donc les réponses apportées aux nombreuses interrogations de collègues posées lors des réunions et des formations professionnelles intervenues après ce procès en lien avec la sordide affaire d'Outreau. Pour une meilleure compréhension, il rapporte le déroulé des interventions des psychologues, les uns en tant que « Sachants » ( invités) les autres en tant qu'experts ( missionnés).

Sur le sujet, il été beaucoup débattu de ce qui semble être une démarche pour le moins invraisemblable pour un psychologue, tant au plan victimologique que déontologique, à savoir la proposition de diagnostic psychopathologique « sauvage » sans examen ni expertise des victimes une fois de plus au procès dit Outreau III, comme on avait déjà pu le constater lors des deux premiers procès d'Outreau avec l'intervention du Dr Paul Bensusssan. 1

C'est en effet une théorie anti-victimaire2 inadéquate « les faux souvenirs » prônée par un psychologue - enseignant controversé, Hubert Van Gijseghem entendu comme « Sachant », qui a remporté la conviction de l'Avocat Général au procès de Rennes . Bien des questions auraient pu lui être posées, on pourra le constater.

Il s'est avéré tout à fait nécessaire d'expliquer pourquoi la référence à ses travaux inscrite dans le premier opus de « Outreau la vérité abusée »  publié en 2009,  en a été retirée pour sa réédition en e.book revue et augmentée en 2015.3 . Notons qu'avant ce psychologue canadien a été auditionné un psychologue belge, auteur d'un ouvrage collectif sur le mensonge de l'enfant, professionnel « totalement inconnuau bataillon » selonl'un des meilleurs spécialistesde la parole de l'enfant en Belgique, le professeur Jean-Yves Hayez4, psychiatre infanto-juvénile et Docteur en Psychologie, cité par mes soins lors de mon audition.

Il est très important d'évoquer  l'intervention d'une autre Sachante, Hélène Romano, Docteur en psychopathologie clinique praticienne et universitairerenommée, qui a apporté les acquis de la recherche en matière de mémoire traumatique des victimes.

Pour ma part, psychologue de terrain ayant déjà à l'époque 20 années de travail auprès d'un nombre considérable d'enfants tout venants... dont environ 600 en expertise judiciaire, j'ai été auditionnée comme Expert ayant examiné la fratrie Delay, seule au plus près des faits, puis en dualité . Je reviendrai sur nosdéposition relatives aux travaux de ces expertises en y associant celles de mes deux collègues experts intervenus plus tardivement.

Enfin, la parole sera données à Joanthan et Chérif Delay deux victimes qui se sont portées parties civiles ( tout comme leur frère Dimitri) qui expriment leurs réflexions critiques et informatives sur ce procès dans le cadre d'une interviewrelevée sur un site internet.

Lire la suite sur le site "Village de la Justice"

1Ce dernier n'a pas manqué de donner son avis sur mon audition en « sur- expert » multicarte :http://blogs.mediapart.fr/blog/marie-christine-gryson/090615/outreau-le-dr-paul-bensussan-et-le-conseil-de-lordre-des-medecins

2Terme proposé par le psychiatre Gérard Lopez, Président de l'Institut de victimologie et auteur de nombreux ouvrages de référence.

3Cet article en signe l'épilogue.

4Auteur entre autres de « La parole de l'enfant en souffrance »avec E. De Becker Dunod 2010 et préfacier de mon ouvrage « L'enfant agressé et le Conte créatif » Dunod 2013

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Regarder en face son passé colonial : quelques leçons venues de Belgique
Le Parlement belge a entamé voilà deux ans un travail historique d’ampleur sur son passé colonial. Il s’ajoute à des initiatives locales sur la décolonisation de l’espace public et à une loi sur la restitution des biens spoliés. Y a-t-il des leçons à en tirer pour la France ?
par Justine Brabant et Ludovic Lamant
Journal
Restitutions de patrimoine africain : repolitiser le débat, rendre visibles les objets oubliés
Dans un contexte de débats nourris autour de la restitution des biens spoliés durant la colonisation, la dernière livraison de la revue « Politique africaine » éclaire quelques angles morts des discussions autour de ce patrimoine, parfois oublié, souvent dépolitisé.
par Justine Brabant
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat