Attentats et traumatisme : Diésel, un Conte thérapeutique pour et par les enfants

 La fiction pour ne plus subir ni se soumettre. Les Psys et les attentats de Paris. Conte thérapeutique : « Diésel et les attentats de Paris »(dédié aux enfants des victimes).

 

- La fiction pour ne plus subir ni se soumettre

 L'écrivain Laurent Mauvignier et le psychiatre Boris Cyrulnik ont énoncé les mêmes arguments à la Grande Librairie sur France 5 moins d'une semaine après les effroyables attentats du 13 Novembre à Paris, en évoquant le recours à l'espace imaginaire « pour ne plus subir ni se soumettre ». Être libre et debout, c'est pouvoir inventer d'autres mondes. La fiction c'est le diable pour les djihadistes terroristes qui n'ont qu'une seule lecture du monde car ils ne peuvent imaginer qu'il en existe d'autres que le leur. Le fait de lire de la fiction est donc non seulement un acte consolateur mais c'est aussi un acte de résistance, tel a été le discours partagé par les auteurs réunis autour de François Busnel ce jeudi 19 novembre 2015.

Le psychothérapeute a compris depuis longtemps que le monde de la fiction est un puissant facteur de résilience car il a sauvé de l'effondrement psychique nombre de personnes anonymes ou célèbres. Michel del Castillo ne proclame t-il pas avoir été sauvé par sa lecture des « Mille et une nuit » quand il s'est retrouvé enfermé dans des camps de réfugiés à l'époque du franquisme.Le conte est en soi le meilleur réservoir de résilience qu'ait trouvé l'être humain pour aider ses petits à se construire et à installer des ancrages de sécurité dans un espace fictionnel aussi appelé par Winnicott, espace transitionnel agissant à la manière d'un d'airbag de protection qui amortit les coups de la destinée. Le conte aura prédisposé l'existence de solutions dans une action, même si elle n'est pas transposable à l'évidence dans le réel. Bettelheim et bien d'autres psychothérapeutes en sont convaincus. C'est toute l'énergie de l'action endorphinique luttant victorieusement contre les méchants qui s'y inscrit et qui permet de dépasser le blocage par dissolution du moi pensant. Et quand Laurent Mauvignier précise qu'il y a aussi des ogres dans les contes comme dans la réalité actuelle, chacun comprend intuitivement ou par expérience, que cela crée les ancrages qui formeront la trame d'une réactivation psychodynamique s'opposant efficacement à la sidération et à la peur.

Fort opportunément, un formidable dessin animé sort dans les salles cette semaine, il s'agit du « Voyage d'Arlo » qui est, pour le journaliste qui l'évoque ce jour sur France Info, un coup de cœur de tendresse et d'humour. C'est l'histoire d'un petit dinosaure dont le voyage initiatique est raconté avec la féérie Dysney et où sont évoqués le deuil, l'écologie, la planète etc. Il encourage très justement petits et grands à aller le voir en ces temps si douloureux car il fera un bien immense à tout le monde.

 

- Les psys et les attentats de Paris

 Tous les psys ont été mobilisés par les événements à titre personnel et professionnel. Ils ont été très sollicités tant dans les médias que sur le terrain. Des conseils très judicieux ont été donnés.Les parents ont focalisé sur leurs enfants souvent très perturbés, une demande d'aide auprès des psys, ayant puisé pour eux-même un réconfort dans la réactivation de la solidarité, de l'amour et du sentiment d'appartenance. Leur impuissance face aux troubles réactionnels de leurs enfants ont provoqué de nombreuses consultations seuls ou accompagnés.Que faire pour aider les enfants traumatisés, immergés dans une angoisse majeure qui les empêchent de dormir, de sortir, voire de respirer normalement pour les plus atteints, tant la mort leur semble imminente ?On nous amène de nombreux enfants envahis par les images des attentats sans cesse présentifiés, des enfants agressés par le choc des récits et des allusions à la guerre dont l'ennemi occupe un espace sans aucune limite. Les monstres peuvent surgir de partout nous disent-ils, ils peuvent venir jusque dans leur chambre mais aussi à l'école, dans les rues, dans les cafés, en vacances. Les enfants savent que leurs parents ne peuvent rien face à ces monstres qui adorent la mort et qui ne peuvent plus être contrôlés comme dans les jeux vidéos.

 En tant que psychologue ayant pris en charge dans le cadre des expertises judiciaires et en cabinet libéral un très grand nombre d'enfants ayant subi les traumatismes les plus extrêmes, j'ai eu à mettre en place des modalités thérapeutique d'urgence. Et comme à chaque fois qu'un événement dramatique crée un lien objectif entre eux, un groupe d'enfants choqués a donc été réuni pour participer ensemble à la création d'un conte thérapeutique.Je propose ici sur ce blog de Médiapart, la lecture de ce conte thérapeutique effectué la veille avec un groupe d'enfants de 5 à 9 ans suite aux évènements et dont le partage avec d'autres fait partie intégrante de la thérapie. L'effet de groupe est renforçateur de la créativité et de la réassurance réciproque. Le conte a été élaboré selon les modalités du Conte créatif dont la méthodologie a été construite au départ pour et avec des enfants victimes de viols et qui peut s'appliquer à tous les autres psycho-traumatismes.

La modélisation de ce conte intitulé « Diésel et les attentats de Paris » donne juste une trame qui laisse toute la place à une utilisation qui pourra être agrémentée tant dans les descriptions que pour les anecdotes ce qui permettra à chaque enfant de se sentir partie prenante dans ce groupe d'appartenance et de contrôler lui-même sa peur par sa propre créativité.Qui est Diésel ? Le chien du RAID tué lors de l'assaut de Saint Denis. On le sait l'animal et le chien en particulier, a en soi une valeur de sécurité transitionnelle de par les projections que l'enfant lui transfère dans sa propre expérience et dans celle des contes lus et vus et dont ils sont toujours les héros. La présence d'un chien renifleur dénommé Diesel qui devait détecter les explosifs lors de l'assaut de l'appartement où s'étaient retranchés les terroristes a été repérée par quelques enfants du groupe qui ont évoqué sa mort avec tristesse. Diésel a vite été choisie pour être le personnage principal que l'on va suivre et dont les actions seront autant d'activation de l'espace de résilience. Il s'agira pour le thérapeute de cadrer de manière interactive les propositions des enfants avec les balises thérapeutiques du Conte créatif.

 

- Conte thérapeutique à partager et à continuer : « Diésel et les attentats de Paris »

 « Il était une fois un chien malinois qui était une chienne très belle et qui s'appelait Diésel. Elle était surtout très maligne et son flair était le plus fantastique de la planète. Déjà quand elle était petite elle savait repérer à des kilomètres les poisons pour les rats et elle prévenait tous les chats des voisins de ne pas toucher aux appâts dans les jardins. Bien vite elle décida d'entrer dans la police pour renifler les poudres des explosifs et les signaler à ses capitaines. Ses parents lui avaient dit que cette profession était bien dangereuse mais elle leur avait répondu qu'elle était très courageuse.Elle est donc rentrée à l'école de police. Elle a appris à faire la guerre avec son maitre de chien et sa mission était de repérer les explosifs pour ne pas que les policiers du RAID se fassent tuer. Un jour elle a appris qu'il y avait des affreux méchants qui posaient des bombes et qui tuaient les gens, c'était des sortes d'ogres noirs de la peuplade des foutoiristes- barbaritus.Ils sont même venus faire des attentats à Paris et tout le monde avait très peur, car ils ont tué beaucoup de personnes sur les terrasses et dans le Bataclan. Ils étaient tellement fous que des fois, ils se tuaient eux mêmes. Quand Diésel est arrivée elle a compris qu'il fallait absolument retrouver les chefs qui s'étaient échappés et s'étaient réfugiés dans une maison.Diésel est entrée courageusement pour renifler les explosifs et prévenir en aboyant, mais elle a été touchée par plein de balles et elle est morte. Mais pas vraiment...car ce que les foutoiristes-barbaricus ne savaient pas, c'est que Diésel était devenue un chien magique et que les balles des kalachnikovs transformaient sa mission de sauver les personnes pour une plus grande encore. Tous les chiens morts au combat deviennent des chiens magiques c'est comme ça.Ce qu'ils ne savaient pas non plus, parce que qu'il étaient encore plus bêtes que méchants, et c'est pas peu dire, c'est que tous les gens qu'ils avaient tués, devenaient aussi un peu magiques grâce à la lumière des bougies et grâce à toutes les fleurs déposées là où ils étaient tombés.

 Diésel qui était la plus magique de tous est celle qui avait la vraie grande mission pour tous les gens de notre planète.. Diesel était arrivée avec les premières victimes de l'attentat d'abord sur la lune, qui était une base de repli pour attendre que tout le monde soit là. Il y avait déjà les chiens morts au combat et devenus des chiens magiques et tous les gens de Charlie et des attentats d'avant.Elle a dit à toutes les victimes parce qu'elle pouvait parler à présent: « Nous avons quitté cette planète pour une grand mission : c'est d'aller sur une autre planète dans une autre galaxie pour préparer l'arrivée des terriens parce qu'a cause du réchauffement du climat qui se détraque et de la pollution qui sabote tout, il va falloir que tout le monde déménage un jour ».Pour y aller sur cette nouvelle planète, Diésel leur a dit qu'à chaque fois qu'une capitale du monde ou un stade de foot ou un monument s'allume en bleu blanc rouge et que la Marseillaise est chantée, toutes les victimes pourront récolter une partie d'une fusée qui va se construire un peu à la fois pour le grand départ dans une autre galaxie.

Et en effet une fusée qu'ils ont appelée COP 22 a commencé à apparaître par la force de la pensée et de l'amour de tous. Elle ressemblait à celle de Tintin sur la lune mais elle n'était pas rouge et blanc, elle était bleu blanc rouge et dessus ils avaient marqué « Liberté Egalité Fraternité. »La fusée COP 22 a été bientôt prête. Et quand tout a été fini ils sont partis et maintenant on peut être tranquille on a aura pour plus tard une autre planète et là, il n'y aura plus aucun méchant ni aucune guerre. Les foutoiristes- barbaricus ne peuvent pas y aller, ils ne savent pas construire les fusées et de toutes les façons ils sont presque tous morts.La fusée est enfin arrivée sur la nouvelle planète qui est magnifique. Et Diésel qui avait remarqué un très beau berger allemand parmi les chiens magiques est parti le retrouver pour vivre ensemble, heureux pour l'éternité ».

 A l'issue de cette première séance les enfants ont dessiné Diésel enfant, et / ou Diésel à l'école de police, sur la lune, sur la nouvelle planète etc.Le dessin a aussi une autre dimension symbolique que chacun peut se ré-approprier et montrer aux autres. Il est renforçateur d'identité et d'intégration de la création qui alimente l'espace transitionnel. On a noté comme à chaque expérience la présence d'une sorte d'euphorie partagée et un possible retour à la joie de vivre, en lien direct avec le soulagement libératoire des tensions et de l'angoisse.A la séance suivante, chaque partie pourra être détaillée et l'écriture harmonisée pour une possible publication au bénéfice des enfants des victimes.Ce conte leur est dédié.

 Les enfants à qui sera proposé ce conte pourront également détailler chacune des parties et dessiner ...leurs dessins pourront être envoyés aux enfants qui ont créé les aventures de Diésel, au Cabinet de Psychologie.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.