Outreau : quand les médias altèrent le fonctionnement de la justice .

L' analyse de cet article confirme bien celle de "Outreau la vérité abusée " qui est d' ailleurs citée en référence, qu' il en soit grandement remercié :

http://jcuvi.blog.lemonde.fr/category/justice-et-societe/

Il est clair que l' auteur de cet excellent article a visionné la vidéo de 2 minutes de Chérif Delay , extraite du film de Serge Garde, spécialiste de la pédocriminalité et mise en ligne par Jacques Thomet, ancien rédacteur en chef de l' AFP.

Nous savons que l' aîné des enfants victimes d' Outreau n' avait d' autres choix que d' exposer sa souffrance pour que soit enfin reconnu le calvaire de tous les enfants que l'on a ignoré, méprisé voire nié. Dans cette société de l'image , la souffrance ne peut exister que si elle

s' incarne à la télévision ou sur les écrans d' ordibateur. Chérif Delay était mineur au moment des procès d' Outreau, ni lui ni les autres enfants ne pouvaient se montrer sur les écrans et tout l' espace victimaire a été occupé par les accusés. On connaît la suite.

http://www.youtube.com/watch?v=d9kST4fOuLw

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.