Outreau : que nous disent leurs souffrances? Innocence et culpabilité.

Extrait de l' article de Jacques Cuvillier publié dans Le MONDE.fr chronique des abonnés :

Une brillante analyse du rapport entre souffrance, innocence et culpabilité, à lire dans son intégralité: http://www.lemonde.fr/jacques_cuvillier

 

Outreau : que nous disent leurs souffrances?

 

«Dans les récents développements médiatiques de l'affaire d'Outreau, la souffrance s'affiche avec

insistance :

La présentation de la vidéo1 « présumé coupable », d'autres séquences facilement disponibles sur le net, et tout dernièrement l'émission Zone interdite avec Karine Duchochois, reprennent l'idée selon laquelle la justice aurait complètement failli et broyé la vie de personnes mises en cause et exhibent de la souffrance des acquittés qui veulent maintenant consolider leur statut d'innocents.

La courte vidéo2 de Chérif3 Delay - victime parmi les douze enfants reconnus victimes dans cette affaire -préfigure le film4 de Serge Garde à leur sujet. Son livre bouleversant « je suis debout5 » aussi : accusé de rien, il veut dire son vécu et se reconstruire.

Comment interpréter leur message ? En quoi se distinguent-ils ?

Une différence saute aux yeux, en particulier des yeux des personnes qui connaissent bien la psychologie des victimes : Chérif ne prétend pas à son innocence, mais à sa culpabilité. Culpabilité de n'avoir pas parlé plus tôt, de ne pas avoir su protéger les autres enfants, de n'avoir pas résisté de ses 14ans à l'écrasante charge lorsdu procès. Ce sentiment est caractéristique d'une authentique position de victime qui tourne d'abord son ressenti contre elle-même.

Autre différence tout aussi visible : Chérif est réfractaire à la pitié qui lui est insupportable, qui le fait passer dans la zone basse du regard des autres. Une bonne raison sans doute de dire « je suis debout » pour retourner dans la sphère de la relation équitable.

A ce témoignage qui, bien que terrible ne demande que la reconnaissance de la vérité, sans prétendre à l'innocence, sans réclamer de compassion, s'oppose ceux des acquittés qui vont manifestement en sens contraire.

Voilà qui ne permet sans doute pas de considérer les témoignages de la même façon. »

 

 

1 Entre autres : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19204881&cfilm=177780.html

2 http://www.youtube.com/watch?v=d9kST4fOuLw&feature=related

3 Dans le livre « la Vérité abusée » de M.C. Gryson, qui relate l'affaire, il s'agit de Pierre car les prénoms ont été volontairement changés.

4 http://www.youtube.com/watch?v=EEp5bTSjebY&feature=related

5 Editions Cherche Midi

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.