marie-christine gryson
Psychologue Clinicienne, Experte judiciaire (1989-2015) Formatrice,essayiste et lanceure d'alerte !
Abonné·e de Mediapart

104 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 sept. 2012

marie-christine gryson
Psychologue Clinicienne, Experte judiciaire (1989-2015) Formatrice,essayiste et lanceure d'alerte !
Abonné·e de Mediapart

Christine Angot : inceste et exhibitionnisme du corps cru.

marie-christine gryson
Psychologue Clinicienne, Experte judiciaire (1989-2015) Formatrice,essayiste et lanceure d'alerte !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le dernier livre de Christine Angot : « Une semaine de vacances » fait polémique ...on lit un peu partout à son sujet que le texte est très beau ou à l' inverse répulsif ...on lit aussi que le sexe fait vendre...or il s' agit d'inceste !

Ce livre est me semble t-il , un admirable rendu d'une victime de viol incestueux robotisée et dissociée, accrochée à sa demande affective qui ne trouve grâce au yeux du père que par le sexe, le sexe du père, cruelle machine à tuer son inscription générationnelle.

Écriture chirurgicale d'une mort lente...d'un corps dévitalisé dont le sexe du père devient l' appareil à perfuser un tout petit semblant de vie.

Lecture d'un corps avec le regard avide de celui qui le compare aux autres, dans les volumes et les particularités anatomiques qu'il décrypte comme érotiques.

Superbe description aussi du fonctionnement du pervers qui anesthésie sa victime pour assouvir son plaisir en inversant constamment les rôles dans un odieux chantage aux sentiments. Avec au final, l' estocade de la culpabilité comme arme de dissuasion d' existence et donc de révélation.

Cette quête d' amour  dans cette «  semaine de vacances » qu'un enfant attend avec tant d'impatience, est d' une tristesse infinie. La souffrance retenue par les interminables fellations sacrificielles,  explose avec la sodomie  pernicieusement obtenue, quand le summum de la cruauté est atteint avec le rejet paternel. Il part par sa faute à elle, parce qu'elle a osé exister dans un rêve qu'elle lui raconte...

Christine Angot se livre à corps découvert, doit-elle le regretter ? Dans le groupe d' adolescentes victimes de viol que j' animais, certaines d' entre elles voulaient publier des écrits sur leur inceste à visage découvert, d' autres  leur disaient qu'elle risquaient de le regretter plus tard...Le thérapeute avait le devoir de leur signifier que leur personne totale  ne pouvait  s' identifier au traumatisme incestueux...et que l' agresseur ne pouvait  dévorer définitivement leur identité existentielle.Il s' agit donc de se construire une réelle identité avant de rendre publique cette effraction deshumanisante.Les réactions pourraient être destructrices.Ces données sont entendues quand la Justice a fait son travail de reconnaissance du statut de victime.

Christine Angot est-elle allée trop loin, trop tard ? Son premier écrit sur l'inceste en  1999 n' a t-il pas été entendu de la façon souhaitée.Le  crime du père incestueux a t-il été reconnu comme tel ?

Je crains le malentendu, comme le démontrent les contenus des commentaires de l' article de Médiapart. Je crains une mauvaise interprétation d'une supposée complaisance et donc d'un supposé plaisir étalé dans un visuel d' images que le lecteur érotise porno graphiquement. Je crains l'interprétation déviante de cet exhibitionnisme propre aux victimes dans une phase de leur évolution traumatique et qui les conduit à se vendre sous toutes les formes.

 Ce corps cru s'offre au lecteur comme il s'offrait à l' abuseur, pour qu'on aime la personne toute entière  et non pas seulement son enveloppe sexuée.

Ce livre nous transmet un message très important. Celui de l'ambivalence traumatique de certaines victimes, issue de la dissociation de survie. Il s' agit  d'une  morbide identification partielle à l' agresseur, car ici c'est elle qui contrôle l' exhibition. J' entends encore certaines victimes devenues toxicomanes fanfaronner tragiquement  :

« Il m' a détruit, maintenant c' est moi qui me détruis moi-même. »

Or, c'est sa dépouille qu'elle nous livre,  pour nous culpabiliser de ne pas l' avoir entendue ? On sait que dans ces cas là, l' étape suivante est la rétractation, pour quitter le monde des morts vivants et pour entrer de nouveau dans le monde qui tend les bras à ceux et celles qui se désolidarise des victimes …

Les écrits publics de Catherine Angot la protègent de toute rétractation, ses révélations et ses souffrances ne sont pas inscrites sur des PV d' auditions judiciaires ou dans des expertises psychologiques. Elles pourraient être  contestées par les victimes elles-mêmes, faisant alliance avec leur agresseur, si celui-ci ou son entourage recréent l' emprise. Le risque est bien  l'identification parfaite et la reproduction perverse de son fonctionnement dans des passages à l' acte divers et variés.

Je ne sais pas si le livre de Christine Angot est une oeuvre littéraire, ce qualificatif lui est contesté... mais pour la psychologue, c' est de la victimologie clinique et un exemple magistral de survie après un inceste... pour praticiens avertis.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier