DSK et Outreau: Pour en finir avec le fantasme toxique des femmes de ménage.

Au moment où une Femme de ménage occupe l'actualité mondiale dans l'affaire DSK, pourquoi ne pas s'intéresser à d'autres femmes de ménage, plus ou moins fantasmées, qui sont apparues de manière relativement discrète mais insidieusement récurrente et toxique durant le procès d'Outreau et ensuite dans un nombre incroyable de commentaires sur cette affaire depuis 2006.

Au moment où une Femme de ménage occupe l'actualité mondiale dans l'affaire DSK, pourquoi ne pas s'intéresser à d'autres femmes de ménage, plus ou moins fantasmées, qui sont apparues de manière relativement discrète mais insidieusement récurrente et toxique durant le procès d'Outreau et ensuite dans un nombre incroyable de commentaires sur cette affaire depuis 2006.

Il ne s'agit pas bien évidemment des Femmes de ménage que Florence Aubenas a fréquentées au Quai de Ouistreham ...après avoir méprisé les 15 enfants d'Outreau1

Il ne s'agit pas non plus de la Femme de ménage que Me Dupond -Moretti a stigmatisée alors qu'il m'interpellait brutalement -on connait l'homme- aux assises de Saint Omer. On ne peut se souvenir de cette anecdote car la presse n'en a pas fait état mais je l'ai rapportée dans mon ouvrage2: j'étais à la barre pour déposer des travaux d'expertise concernant l'un des enfants Delay. Après avoir décrit les éléments de personnalité, les critères de validation victimologiques de sa déclaration, j'évoquais les troubles comportementaux en lien avec les indices post- traumatiques. Ces derniers aspects de la mission d' expertise ne pouvaient être constatés lors de l'examen en Cabinet de Psychologie, ils m'avaient donc été rapportés par l'assistante maternelle partageant le quotidien de l'enfant.( troubles graves du sommeil, auto et hétéro agressivité, conduites intrusives et sexualisée etc..)

Trop convaincante sans doute, l'avocat de rupture avait alors hurlé son indignation dans le prétoire : « C' est scandaleux de faire confiance au diagnostic d 'assistante maternelle qui étaient encore il y quelques semaines pour l'une d'entre elle, femme de ménage ». L'invraisemblable mauvaise foi de l'argument n'avait pas été relevé et cette femme de ménage « convoquée » de manière péjorative au procès de Saint Omer n'avait pas heurté les esprits ...Ce qui ne fût pas le cas, tout le monde s'en souvient, de celle que mon confrère Jean-Luc Viaux a invitée malencontreusement à la sortie des assises du procès en appel à Paris, suite à un croche pied médiatique.« Au tarif des femmes de ménage on a des expertises de femme de ménage » s'est -il exclamé devant les caméra...phrase bien sûr isolée et détachée du contexte et passée en boucle sur toutes les télévisions.

Comment comprendre une telle allusion dans un contexte de dramatisation extrême ? Ce professeur d'université, auteur de nombreux articles sur les agressions sexuelles, avait été durant de nombreuse années président du syndicat des psychologues .....Il avait sans doute au bord du cœur et de l'esprit cette lutte de 20 années pour revendiquer une rémunération décente pour un travail tellement grave et difficile que seul l'honneur de servir la justice permet de le poursuivre. On avait tous accepté avec une résignation fatiguée la non reconnaissance de la pénibilité de la tâche en échange de la reconnaissance tacite d'un véritable désintéressement éthique.

Et se voir ainsi des heures durant, isolé à la barre des assises, confronté à la pression agressive non seulement de la défense mais aussi du Ministère public à l' intérieur du tribunal et des médias aux aguets à l'extérieur. Après tant d'efforts consentis, l'idée de « rendre son tablier » a peut-être fait affleurer l'image de « La femme de ménage ».Face à cette situation sans issue où l' expert est transformé en coupable, il vaut mieux partir - ce fût ma démarche -. En effet, la culpabilisation perverse vous identifie à l'agresseur dans une tentative de récupération traumatique qui tend les bâtons pour se faire battre. «Au tarif de femme de ménage etc....» Pain béni pour la défense qui n' en espérait pas tant et indignation nationale imposée par les médias !

Le Ministre de la Justice Garde des Sceaux Pascal Clément s'en était ému et le confrère avait été entendu par la commission disciplinaire de la Cour d'Appel de Rouen.3

Bien évidemment comme il l'avait déjà expliqué à la Commission parlementaire, il ne parlait pas des expertises que nous avions réalisées en dualité, ni des expertises des 5 autres experts d'Outreau dont les conclusions sont toutes allées dans le sens du trauma sexuel des enfants.

La chose aurait dû être entendue... au lieu de cela ... les déclinaisons sur ce thème de Femme de ménage avec des titres au raccourci racoleur «Experts de Ménage» ont commencé à prospérer sur le net.

Pour Sophie des Déserts dans son article du 12 mai 2011 intitulé « Outreau le poison du doute » le souvenir qui lui en est resté... a été que mon confrère m'aurait attribué ce qualificatif ---->invraisemblable puisque nos rapports étaient communs. Peut-être parce que dans les fantasmes collectifs la femme de ménage ne pouvait être qu'une femme, mais pas seulement comme on pourra en juger...

Il s'agissait dans cet article d'annoncer la sortie du livre de Chérif Delay le 12 Mai 2011 : « Je suis debout » l'aîné des enfants d'Outreau sort du silence, co-écrit avec Serge Garde, spécialiste de la pédo-criminalité aux éditions du Cherche Midi.

La journaliste avait eu la curiosité de se demander comment cet enfant d'Outreau en était arrivé à écrire ce livre. Elle avait bien vite repéré que c'est à partir de la publication de mon ouvrage que s'était mobilisé ce que j'appelle un réseau virtuel et vertueux qu'elle a rebaptisé « aréopage révisionniste » autour de la vérité judiciaire des enfants d'Outreau.

Elle reprenait les termes offensants que l'avocat DM utilisait pour nous désigner pour y apporter du contradictoire.

Elle avait bien noté que c'était à partir de la désormais célèbre Table Ronde du 24 Février à l'Institut de Criminologie à l'Université de Paris Assas-Panthéon que s'officialisait le thème d'un autre version de l'affaire d'Outreau, avec la mise en lumière de cette vérité judiciaire des enfants difficilement conciliable avec celle des adultes.4

Le Docteur Gérard Lopez,5 qui y enseigne et qui l'a organisée, ne m'avait-il pas proposé de lui en suggérer l' intitulé, qu' il a accepté « La parole de l'enfant après la mystification d'Outreau» et aussi des invitations également acceptées : Serge Garde et son interview de Chérif Delay en prévision de son film et de la sortie de leur ouvrage «Je suis debout» mais aussi les avocats, Mes Pierre JOXE, Gilles Antonowicz, Rodolphe Costantino. Par ailleurs il m' avait proposé d' ouvrir les interventions avec la synthèse de mon ouvrage « Outreau la vérité abusée »

Elle a dû pour équilibrer son article, faire entendre le contradictoire ... ( dont nous n'avons pour notre part, soit dit en passant, jamais bénéficié durant les sept année de diffusion de la vérité officielle faisant l'omerta sur la vérité judiciaire des enfants). Et pour cela il fallait relayer les odieux qualificatifs de Révisionnistes voire de négationnistes proférés à notre endroit par Me Dupond Moretti, comme il a été dit plus haut. Bien entendu l'équilibre ne pouvait être redonné que si l'on décrédibilisait « l'incontournable Marie-Christine Gryson» pour reprendre ses termes.

Je suis donc devenue l'invraisemblable destinataire de la sortie malheureuse de mon confrère sur les femmes de ménage. L' efficacité était assurée car cela réactivait les fantasmes d'incompétence des experts !

Une demande de droit de réponse au Nouvel Observateur pour propos offensant a été acceptée selon Sophie Des Deserts, qui a été rangée par sa rédaction dans le camp des révisionnistes, par le simple fait de nous avoir donné la parole.

En dépit d' un échange informatif avec Claude Veill Directeur de la rédaction, la publication de fait encore et toujours attendre.

Le plus intéressant est de constater que de cette information altérée a continué de s'altérer jusqu'à se reconstituer en changeant d' auteur... de destinataire je suis devenue auteure, je suis celle qui aurait prononcé voire revendiqué cette fameuse phrase « Au tarif des femmes de ménage, vous avez des expertises de femmes de ménage » face à la commission Parlementaire selon le site le Post.fr. Ce site a mis en ligne le jour même de la publication du Nouvel Observateur un article intitulé : « Outreau :Dix ans après, une bande de révisionnistes laisse planer le doute». Il reprenait les arguments de Sophie des Deserts en enfonçant le clou sur la malignité de nos intentions. L' objectif était clairement de disqualifier cette trop dérangeante Table Ronde sur la mystification d'Outreau. Il fallait vite réactiver le fantasme toxique de la femme de ménage pour décrédibiliser le chef de bande que je suis devenue. Pour ce faire, on m' a donc donné tout de go la paternité ou plutôt la maternité de cette sortie sur le tarif des femmes de ménage( et donc de la reconnaissance de la soit-disant nullité de notre travail) en se gardant bien de rappeler l'existence du livre « Outreau la vérité abusée » qui est pourtant à l'origine de cette Table Ronde iconoclaste. Omerta sur l'existence de mon ouvrage mais aussi sur la vérité judiciaire des enfants qu'elle venait dénoncer.

Je suis redevenue une cible, car je suis l'unique représentante des professionnels d'Outreau... témoins clé qui bouge encore malgré le lynchage médiatique - comme les enfants d'Outreau d'ailleurs6-- et dont le projet est le même que lors des expertises : accréditer leur parole de victimes de viols et d'agressions sexuelles.

Ce constat renforce la conviction qu'il est nécessaire de rapporter au plus vite en tant que témoin direct d'Outreau, ce que je sais de cette affaire. Ce simple exemple permet de juger de l'importance des dérives des falsifications de la réalité volontaire ou involontaires sans rectification possible, le temps ajoutant au flou des souvenirs et ...

La Femme de ménage de l'affaire DSK, Nafissatou Dialo n'a rien en commun avec celles de l'affaire Outreau, l'une réelle, les autres fantasmées. L'une peut être soutenue dans un statut social et juridique car elle est identifiée dans un groupe d'appartenance. Son statut de femme de ménage est positivement mis en exergue dans un combat symboliquement fort du pauvre face au puissant. Les femmes de ménage d' Outreau ne sont convoquées à l'inverse que pour la déconsidération de leurs aptitudes dans un travail qui n'est pas leur et donc en manière d'injure pour le professionnel. Ces femmes de ménage n'existent que comme support d'un fantasme toxique dont l'objectif est de maintenir active une fonction de leurre. Un leurre qui cache l'existence d'une autre version sur Outreau, bien différente de celle de la version officielle.


 

 

 

1Aux assises de Saint Omer, lors du premier procès , les 15 enfants ont été reconnus victimes de viols, agressions sexuelles, corruption de mineur et proxénétisme.

2« Outreau la vérité abusée » chez Hugo et cie p 89

3 La Cour d'Appel de Rouen réuni en assemblée Générale dans sa formation disciplinaire le 22 Mai 2006 précise dans ses attendus de Relaxe « l'étude détaillée des quatre rapports d'expertise des enfants Delay (...).permet à l Assemblée de constater que ces rapports(...)sont extrêmement et individualisés et ne laissent aucun doute sur les recherches approfondies entreprises par les experts » ( les 33 pages de nos expertises en dualité et dont le rapport est commun sont par ailleurs dûment référencées)

« L'assemblée Générale estime que les propos tenus par Monsieur Viaux, s'ils sont indiscutablement maladroits ou déplacés, ne constituent pas une faute disciplinaire ...ils s'inscrivent dans le cadre d'une discussion- polémique sur la rémunération des experts judiciaires,question sur laquelle Monsieur Viaux a spécialement été souvent consulté ou était intervenu. Ils n'ont pas de rapport avec des expertises particulières et plus précisément, ils ne concernent pas celles pour lesquelles Monsieur Viaux venait d'être entendu »

4Article de Pierre JOXE dans la revue « Après demain »

5Gérard Lopez est Psychiatre expert près la Cour d'Appel de paris, Président de l'institut de Victimologie et auteur de nombreux ouvrages de victimologie.

6Voir l'excellent article de Jacques Cuvillier : « Qui a peur des enfants d'Outreau » Le Monde .fr


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.