Outreau :"Présumé coupable" et "déclarés coupables"

Le film "Présumé coupable" fait l'objet d'un battage propagandiste sans précédent et des avant- premières sont organisées dans toutes les grandes villes de France: Ce film est tiré du livre d'un ancien accusé, Alain Marécaux que la Cour d'Assises a acquitté en appel. Grandement indemnisé, cet huissier a été reçu par les plus grandes autorités de l'état, porté en grande lumière par toute l'équipe du film et présenté comme la plus grande victime judiciaire des temps modernes.Et dans l'ombre et le rejet sans la possibilité de faire entendre leur version, il y a tout ceux qui ont été depuis " déclarés médiatiquement coupables", les enfants, pourtant reconnus victimes, dont Chérif Delay, Fabrice Burgaud, le bouc émissaire, les magistrats mais aussi et surtout les experts, ensuite les policiers, les travailleurs sociaux, les assistantes sociales et les assistantes maternelles. Cela a t-il vraiment du sens?Le film de l'huissier va de nouveau renforcer cette invraisemblance qui s'est construite sur les images identificatoires et traumatiques'" cela peut vous arriver à tous" qui sont devenues pour les procès téléréalité d'Outreau les incontournables "Pièges à conviction"( cf "Outreau la vérité abusée") Les conséquences en sont dramatiques puisqu'en référence à Outreau, on ne croit plus les enfants et leur protection au regard de la pédo-criminalité a régressé de 20ans ! C'est bien l'émotionnel qui a étouffé la vérité judiciaire des enfants d'Outreau et il est de nouveau réactivé. Les acquittés d'Outreau sont devenus définitivement des " intouchables"!

Le film "Présumé coupable" fait l'objet d'un battage propagandiste sans précédent et des avant- premières sont organisées dans toutes les grandes villes de France: Ce film est tiré du livre d'un ancien accusé, Alain Marécaux que la Cour d'Assises a acquitté en appel. Grandement indemnisé, cet huissier a été reçu par les plus grandes autorités de l'état, porté en grande lumière par toute l'équipe du film et présenté comme la plus grande victime judiciaire des temps modernes.

Et dans l'ombre et le rejet sans la possibilité de faire entendre leur version, il y a tout ceux qui ont été depuis " déclarés médiatiquement coupables", les enfants, pourtant reconnus victimes, dont Chérif Delay, Fabrice Burgaud, le bouc émissaire, les magistrats mais aussi et surtout les experts, ensuite les policiers, les travailleurs sociaux, les assistantes sociales et les assistantes maternelles. Cela a t-il vraiment du sens?

Le film de l'huissier va de nouveau renforcer cette invraisemblance qui s'est construite sur les images identificatoires et traumatiques'" cela peut vous arriver à tous" qui sont devenues pour les procès téléréalité d'Outreau les incontournables "Pièges à conviction"( cf "Outreau la vérité abusée") Les conséquences en sont dramatiques puisqu'en référence à Outreau, on ne croit plus les enfants et leur protection au regard de la pédo-criminalité a régressé de 20ans ! C'est bien l'émotionnel qui a étouffé la vérité judiciaire des enfants d'Outreau et il est de nouveau réactivé. Les acquittés d'Outreau sont devenus définitivement des " intouchables"!

 

Effectivement, apporter des éléments de réflexion à l'endroit des acquittés est totalement tabou. L'exposition de leur souffrance a ancré ce tabou dans les consciences et y toucher provoque, on le voit, une réactivité agressive et défensive très significative.

En revanche, aucune indignation à l'endroit de l'un des acquittés également protégé par ce tabou, qui remet en cause la vérité judiciaire des enfants reconnus victimes...

-> Aucune indignation face à la lettre ouverte que publie Dominique Wiel dans son ouvrage "Dieu aura pitié de nous" après l'avoir diffusée dans la presse et lors de la centaine de conférences qu'il donne sur Outreau. Il demande dans cette lettre aux deux aînés Delay dont Chérif, de reconnaitre que leurs parents, le couple Delay-Badaoui sont innocents et qu'ils ont menti en les accusant !

Est-il utile de rappeler ici que les parents Delay-Badaoui ont reconnu les faits et qu'ils purgent respectivement 15 et 20 ans de réclusion criminelle pour viol, agressions sexuelles, corruption de mineurs et proxénétisme?

Il faut imaginer la souffrance des enfants d'Outreau- dont Chérif qui vient de s'exprimer de manière époustouflante de vérité dans "Je suis debout" - qui voient remis en cause en permanence l'existence même des viols qu'ils ont subis. De manière choquante et injuste, un vide juridique ne permet pas la condamnation des diffamateurs des victimes pourtant reconnues au plan judiciaire.

Il faut préciser que Chérif a fait plusieurs tentatives de suicide avant et après la publication de son livre... Il pensait que sa parole serait respectée... ce ne fut pas le cas... et avec des arguments totalement fallacieux... mais qui osera venir le dire dans les médias ?

Tous les professionnels qui connaissent l'affaire ont été laminés, et ceux qui s'y intéressent de manière lucide et objective se font vilipender copieusement !

Personne pour s'indigner de la nouvelle mise au pilori de Fabrice Burgaud qui n'a eu aucunement la possibilité de se défendre et d'apporter sa version pour le film "Présumé coupable " car il était prétendu qu'il s'agissait d'une fiction. Rappelons qu'après une enquête approfondie du Conseil Supérieur de la Magistrature, il a été très difficile de trouver des éléments pour obtenir la possibilité de le sanctionner au premier degré sur une échelle qui en compte 9... car l'opinion n'aurait pas accepté une relaxe pourtant incontournable en d'autres temps.

Le contradictoire démocratique pose vraiment problème en France à propos de cette affaire dont la synergie d'intérêts médiatico-politiques - pour les plus avouables - impose que la vérité "officialisée" soit absolument maintenue en l'état.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.