marie-christine gryson
Psychologue Clinicienne, Experte judiciaire (1989-2015) Formatrice,essayiste et lanceure d'alerte !
Abonné·e de Mediapart

104 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 sept. 2013

Le combat de Loïc Sécher et de Eric Dupond-Moretti, par respect du contradictoire : un autre son de cloche

marie-christine gryson
Psychologue Clinicienne, Experte judiciaire (1989-2015) Formatrice,essayiste et lanceure d'alerte !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avant de parler d'un autre son de cloche, et du courage d'oser aller à contre-courant d'une lecture imposée, il faut reconnaitre que les médias relaient avec une belle unanimité ce qui est appelé le combat de Loïc Sécher pour la liberté - et qui ne s' en féliciterait pas ? -et la victoire de son avocat, Eric Dupond -Moretti. Celui-ci, surnommé le Champion de France des acquittements, pourra enfin en profiter pleinement, cela ne sera pas juste un flash euphorique  qu'il doit sans cesse renouveler en tant qu' addiction- non pas à la Justice mais aux acquittements- pour éviter l' effondrement dépressif, comme il l' évoque dans son ouvrage "Bête Noire". C' est la publication d' un ouvrage consacré à sa gloire après un procès en révision -fait judiciaire rarissime- qu'il pourra regarder indéfiniment, sans avoir besoin de retourner se battre aux assises contre les victimes. cf "Je suis debout " de Chérif Delay l' aîné des victimes d'Outreau. Voir aussi ce qu'il dit  dans la bande annonce du film "Outreau l' autre vérité " quand il évoque l' interrogatoire de l' avocat de la défense : " on m' a égorgé comme un mouton"...

http://blogs.mediapart.fr/blog/dominique-ferrieres/090213/le-film-outreau-lautre-verite-produit-par-bernard-de-la-villardiere

 Dans le cas présent, la victime a été dorlotée et félicitée pour son courage ...par les bons soins d' Eric Dupond-Moretti !Elle serait actuellement en psychiatrie ( ?). L' avocat explique que les vrais coupables ont été identifiés ????

Incroyable nouvelle ! Comment l'ont-ils été  et quand ? Ont- ils été arrêtés et mis en examen ? Un procès d' assises est -il prévu ? Va t-elle témoigner ? Pourquoi ne les a t-elle pas dénoncés plus tôt? Dit-elle sa vérité cette fois ou va t-elle encore se rétracter ? etc...

Aucun journaliste n' a pensé à poser ces questions, hélas ! On le constate désormais c'est EDM qui dirige le débat et personne ne se risque d'aller où il ne voudrait pas être emmené . Son emprise sur les médias est désepérante. Quand EDM apparait, le contradictoire disparait !

Avec l' exploitation de cette" erreur judiciaire " voici un nouveau référentiel à sa disposition qui lui permettra, ainsi qu' à ses confrères de rupture, de ne pas avoir à argumenter lors de ses plaidoiries. Il lui suffira, après avoir brandi longtemps le spectre d'Outreau, de s' adresser aux jurés comme à l' accoutumée lors des procès pour viols sur mineurs : "Croyez-vous que vous allez bien dormir en sachant que vous allez peut-être condamner un innocent ? Rappelez-vous Outreau, rappelez-vous Loïc Sécher ! Rappelez-vous que les victimes mentent et que les expertises ne sont d' aucune utilité"

Une fois de plus, on se demande où est le contradictoire, à savoir un questionnement éclairé sur toutes les facettes d'une rétractation de victime qui est bien la clé de voûte de ce dossier.On préfère remettre en cause une fois de plus la justice et les experts et disserter sur le prétendu mensonge des victimes dont  le fonctionnement de la mémoire sous tendu par la dissociation traumatique doit être prise en compte dans une sorte d' expertise de fiabilité qu'il faudrait pratiquer dans de telles circonstances.

 On sait pourtant que seulement 10 % des viols font l'objet d'un signalement et qu'un nombre infime parmi les agressions sexuelles sur mineurs font l'objet de révélations.Les défenseurs des enfants, les professionnels de l' enfance assommés par la loi du plus fort médiatique depuis Outreau- opérant une culpabilisation et un lynchage sans précédent- se taisent. Ils se taisent publiquement en tous les cas, pour se protéger d'une nouvelle volée de bois vert- souvent ad hominem- qui désservirait une fois de plus la cause des enfants dont la protection a régressé dramatiquement depuis ce drame. Les larmes des  criminels adultes  qui mentent à la télévision, ne lavent pas les croyances sur les mensonges présumés des victimes mineures, qui ne peuvent jamais venir pleurer devant les caméras.

Jacques Cuvillier apporte un autre son de cloche  sur Médiapart, fort heureusement. Grand ré-informateur sur la réelle affaire d'Outreau qui s'oppose au storytelling officiel que je dénonce dès 2009 dans "Outreau la vérité abusée" 12 enfants reconnus victimes, cet ancien universitaire écrit un article fort pertinent que je souhaite relayer ici :

http://blogs.mediapart.fr/blog/jacques-cuvillier/280913/le-calvaire-et-labandon-les-ravages-du-traitement-judiciaire

 Espérons que la réflexion des lecteurs qui s'interrogent sur le fonctionnement judiciaire en soit judicieusement éclairée.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Regarder en face son passé colonial : quelques leçons venues de Belgique
Le Parlement belge a entamé voilà deux ans un travail historique d’ampleur sur son passé colonial. Il s’ajoute à des initiatives locales sur la décolonisation de l’espace public et à une loi sur la restitution des biens spoliés. Y a-t-il des leçons à en tirer pour la France ?
par Justine Brabant et Ludovic Lamant
Journal
Restitutions de patrimoine africain : repolitiser le débat, rendre visibles les objets oubliés
Dans un contexte de débats nourris autour de la restitution des biens spoliés durant la colonisation, la dernière livraison de la revue « Politique africaine » éclaire quelques angles morts des discussions autour de ce patrimoine, parfois oublié, souvent dépolitisé.
par Justine Brabant
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat