Qui a peur des enfants d' Outreau ?

 

Le MONDE .fr Idées

"Qui a peur des enfants d' Outreau ?"

par Jacques Cuvillier, retraité de l' enseignement supérieur

 

Cet article époustouflant, repris par de nombreux blogs, mérite d' être signalé pour deux raisons :

- la première est que son auteur réussit de manière sensible et pertinente, à réactiver l' empathie à l' égard des enfants victimes d' Outreau, empathie jusqu'ici solidement verrouillée par leur diabolisation stratégique.

-la seconde est que la perception de son auteur-totalement extérieur à l' affaire d' Outreau -rejoint celle des professionnels-dont je suis. Cette perception, bien différente de celle qui a été médiatiquement imposée, marque le retour de la lucidité du monde intellectuel à l' endroit de cette scandaleuse affaire.

Pas possible ! Ils bougent encore .On les aurait presque oubliés, on n' y pensait plus, sauf à la manière d' une vague idée planant dans les esprits comme les restes d' un ancien cauchemar .Ces enfants qui mentent, et qui, avec l' appui de vilains juges et de vilains experts, pourraient bien vous envoyer au trou. On aurait même cru définitivement acquise, une autre manière de considérer les auteurs présumés des violences faites aux enfants. Une manière empreinte de sagesse et de circonspection. Attention, Outreau!

Et voilà qu'ils apparaissent à nouveau. Cela commence par Chérif, dont une courte vidéo parcourt le net, annonçant un reportage plus long et détaillé de Serge Garde. Et cela ne s' arrêtera pas là. C' est qu'ils grandissent ces enfants et leur mémoire ne s' efface pas. Que les envolées tonitruantes des robes noires aient pu sembler les confondre, à leur jeune âge, calés contre toute logique dans un box d' accusés, déposant à la barre à deux mètres de leurs parents et des autres personnes qu'ils avaient dénoncés, pressés de questions déstabilisantes, pendant des heures, parfois tournés en ridicule, quoi d' étonnant ? Quelle tour de force pour la défense !

Mais la rancoeur est tenace et l'injustice motrice. La maturité redonne des forces, le besoin de parler prend le dessus, le cri qui s' élève est une question vitale : rétablir pour survivre.

http://www.lemonde.fr/idees/chronique/2011/04/26/qui-a-peur-des-enfants-d-outreau_1511281_3232.html

( Lire la suite grâce à ce lien)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.