marie christine vergiat
Vice-Présidente de la LDH Députée européenne de 2009 à 2019
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 janv. 2020

Défendre la République sociale

Jamais un gouvernement n'aura autant mis à bas notre modèle social. Ils sapent les fondements de notre démocratie notamment sociale oubliant que depuis les débuts de la République, il y a toujours eu des compromis entre le mouvement ouvrier et les gouvernements en place quelle que soit leur couleur politique (Travailleur alpin de janvier 2020)

marie christine vergiat
Vice-Présidente de la LDH Députée européenne de 2009 à 2019
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Défendre la République sociale

Notre modèle républicain est issu d’un compromis entre les forces politiques de la IIIème République et le mouvement ouvrier. Les conquêtes sociales ont toujours été le résultat de luttes opiniâtres, et souvent violentes, y compris avec les forces de gauche comme en atteste les victoires du Front populaire[1]. Le programme du Conseil national de la Résistance en en a été une étape particulièrement importante.

Or, depuis 30 ans, sous la poussée d’un ultralibéralisme de plus en plus déchainé, nous assistons à la déconstruction des conquis sociaux et de l’Etat providence dans la plupart des pays d’Europe occidentale. La chute du mur de Berlin et l’effondrement du Bloc soviétique ont conduit à des divisions profondes de la Gauche rendant impossible l’espoir d’un modèle alternatif et ont permis de donner libre cours à un capitalisme financier de plus en plus débridé. Comment peut-on accepter qu’en 2018, 26 personnes dans le monde (contre 43 en 2017) disposent d'autant d'argent que la moitié de la population de la planète et que la fortune des milliardaires ait augmenté de 900 milliards de dollars, soit 2,5 milliards par jour. Dans le même temps, les revenus de la moitié la plus pauvre de la population ont chuté de 11%[2].

Mais en 30 mois de mandat, ce gouvernement a fait pire que tous ces prédécesseurs réunis : code du travail, allocations chômage, services publics, asile…. On ne compte plus les coups de boutoirs portés à la solidarité dont les plus vulnérables sont les premières victimes. On n’a jamais compté autant de femmes et d’enfants à la rue depuis des dizaines d’années. Les Gilets jaunes ont exprimé cette colère que rien n’a pu arrêter pas même la brutalité de la répression policière.

Alors la réforme des retraites est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. C’est la énième illustration du décalage entre de beaux discours humanistes et la réalité de froides régressions sociales. Non ce n’est pas une réforme de justice sociale. Non 1 000 euros de retraite assurée pour toute carrière complète, ce n’est pas une mesure de solidarité dès lors que c’est en deçà du seuil de pauvreté. Non cette réforme n’est pas favorable aux femmes dès lors que son montant serait désormais calculé sur toute la carrière professionnelle ce qui désavantagera ceux et surtout celles qui ont des carrières hachées. Et oui sous couvert d’âge d’équilibre, c’est un nouveau recul de l’âge de départ qui est proposé.

Le gouvernement a une belle réussite à inscrire à son actif : celle d’avoir réuni un front syndical d’une ampleur méconnue depuis fort longtemps ; seul le MEDEF soutient le projet.

Depuis le 5 décembre, une forte mobilisation s’est emparée de la France comme nous n’en avions pas vu depuis fort longtemps. C’est une formidable source d’espoir au seuil de cette nouvelle année.

[1] Aucune des conquêtes de 1936 ne figurait dans le programme du Front populaire

[2] Sources : Rapport OXFAM 2019

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat