marie christine vergiat

Vice-Présidente de la LDH Députée européenne de 2009 à 2019

Epinay sur Seine

Ses éditions
Voir tous
  • Une seule humanité. Quelle politique migratoire pour la France?

    Par
    A l'occasion du 18 décembre, l'Humanité m'a demandé d'écrire une tribune. J'ai décidé d'y commenter les propos scandaleux d'Emmanuel Macron, passés assez inaperçus, publiés dans son interview fleuve sur la politique internationale dans Grand Continent. Mon point est très complémentaire de ceux de Catherine Wihtol de Wenden et Virgine Guiraudon
  • « En pleine crise sanitaire, il faut une régularisation des exilés »

    Par
    Le 24 novembre dernier, au lendemain de l'expulsion d'une violence inouïe du camp provisoire d'exilés, Place de la République, j'ai été l'invitée de "La Midinale" du magazine Regards pour donner mon point de vue sur ces violences et plus largement sur les politiques actuelles en matière de migrations et les luttes afférentes
  • Fichage policier : opinions politiques et syndicales dans le collimateur sécuritaire

    Par
    Le 4 décembre, le JO publiait trois décrets organisant un fichage très large de la population en fonction des opinions politiques, religieuses ou syndicales ce qui avait été combattu dans le fichier Edwige Comme d'habitude, on nous explique que c'est pour régulariser des pratiques ..illégales Quelques éléments de mon point de vue dans l'Humanité
  • Des violences de plus en plus insupportables

    Par
    Cet article date de fin novembre après le démantèlement violent du campement de la Place de la République. Cette manifestation, organisée par des associations dont la LDH, avait pour objet d'attirer l'attention sur l'absence de solutions d'hébergement pour nombre d'exilés, hallucinante en période de confinement, après le démantèlement du camp de la porte de Paris à Saint Denis
  • Stupeur !

    Par
    J'ai écrit cet article quelques jours après l'assassinat de Samuel Paty, une fois le moment le moment d'horreur qu'a généré à juste titre cet horrible assassinat et le moment de recueillement indispensable qui en a suivi, stupéfaite par la récupération de certains politiques y compris au gouvernement ont attisé la haine plutôt que de pacifier le climat