marie christine vergiat

Vice-Présidente de la LDH Députée européenne de 2009 à 2019

Epinay sur Seine

Ses éditions
Voir tous
  • Au rassemblement du Trocadero: soutien à Danièle Obono

    Par
    Samedi 5 septembre, j'ai représenté la LDH pour apporter notre soutien à Danièle Obono et annoncer que la LDH se constituerait à ses côtés dans la plainte qu'elle a déposé contre Valeurs actuelles. Cette publication est ignoble, révisionniste, négationniste et d'un racisme ignoble. Mes mots me semblent dérisoires par rapport à ce qu'il faut dénoncer : un racisme de plus en plus décomplexé.
  • Police : un impensé républicain

    Par
    Cet article a été écrit début juillet au moment où un vent de marée mondiale attirait l'attention sur les violences policières après le meurtre de Georges Floyd aux USA En France, la mort d'Assa Traoré devenait le symbole des vilences policières J'ai été alors frappée de voir nombre de gens chercher à différencier ces violences policières dans les deux pays. D'où ce petit papier
  • Nous sommes sortis du confinement « total » et alors !

    Par
    J'ai écrit cet article fin mai plus ou moins 3 semaines après la sorite du confinement constatant notre incapcité à tirer de façon collective les leçons de la crise sanitaire Je la publie aujourd'hui même si elle n'est plus d'actualité (encore que) afin de donner une forme de cohérence avec celui que je viens d'écrire sur la COVID19
  • Petit commentaire à propos d'un article sur les migrations en provenance de Guinée

    Par
    Je suis toujours très intéressée par les publications d'Info-Migrants La dernière que je viens de voir concerne une analyse des migrations dites irrégulières en provenance de Guinée J'ai voulu commenter celle-ci en m'étonnant toujours de voir le refus de faire le parrallèle entre migrations au nord et migrations au sud et ce, au prorata de la population des pays concernés
  • " Les droits et libertés sont la base de la démocratie".

    Par
    Dans cet interview publié dans le journal METRO-BUS/ USR-CGT RATP en mai 2020", je fais le point sur les dérives des droits et libertés en cours depuis de nombreuses années mais rendues de plus en plus visibles avec les états d'urgence et qui mettent en cause l'état de droit et donc la démocratie