marie christine vergiat

Vice-Présidente de la LDH Députée européenne de 2009 à 2019

Epinay sur Seine

Voir tous
  • La liberté associative menacée

    Par
    Chronique publiée début septembre 2023 pour dénoncer les atteintes à la liberté d'association, pourtant encadrée par la loi de 1901, une des grandes lois de liberté de la République avec le recours abusif à la dissolution administrative et l'encadrement des financements publics des projets associatifs via le contrat d'engagement républicain (CER).
  • Permis de tuer

    Par
    Chronique publiée début juillet juste après la mort de Nahel alors que nombre d'entre nous ont été tétanisés par ces images d'un policier tirant à bout portant sur un jeune homme. Sans s'en prendre à l'ensemble des policiers, il faut dénoncer l'omerta et l'impunité qui frappent trop de violences impliquant des policiers.
  • Opération Wuambushu : une honte pour la République

    Par
    Chronique publiée en juin au moment de l'opération Wuambushu à Mayotte où le ministre de l'Intérieur ose lier non seulement immigration et délinquance mais aussi insalubrité publique alors que nombre de Mahorais vivent dans les "bangas" faute de logements en nombre suffisant. Les Comoriens ne sont que des boucs émissaires face aux carences de l'Etat
  • De quoi la LDH est-elle le nom ?

    Par
    Cette chronique a été publiée au mois de mai 2023 peu après le début des attaques contre la LDH. Elle avait pour but de rappeler un certain nombre de choses concernant l'histoire de la LDH et ses combats pour la République et ses valeurs au moment où la première ministre prétendait qu'elle ne reconnaissait plus l'association.
  • Retraites : déni de démocratie

    Par
    Cette chronique publiée en avril pour le Travailleur alpin fait le point sur la nécessité dans une démocratie de respecter tant le dialogue social que le respect des institutions politiques. S'appuyer sur des articles d'une Constitution qui est l'une des moins démocratiques de l'Union ne rend pas le comportement du président de la République plus conforme aux règles de l'Etat de droit