marie christine vergiat
Vice-Présidente de la LDH Députée européenne de 2009 à 2019
Abonné·e de Mediapart

60 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 nov. 2022

marie christine vergiat
Vice-Présidente de la LDH Députée européenne de 2009 à 2019
Abonné·e de Mediapart

« Sobriété »

Avec ce billet publié début octobre, j'ai voulu pointer une nouvelle fois le mépris de classe que le président Macron affiche régulièrement

marie christine vergiat
Vice-Présidente de la LDH Députée européenne de 2009 à 2019
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il est des mots qui, dans la bouche du premier responsable politique de notre pays, sonnent mal. Ces
mots cachent une certaine vision de la société, une arrogance et un mépris vis-à-vis de celles et ceux
qui n’ont pas ou plutôt n’auraient pas réussi comme lui. Je vais me permettre d’en rappeler
quelques-uns parmi les plus indignes d’un chef de l’Etat
Déjà en 2016, alors qu’il n’était encore que ministre de l’économie et des finances, il insultait des
manifestants en leur disant : « La meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler". En
septembre 2017, en Grèce, le même, devenu Président de la République, avait lancé : « Je ne céderai
rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes ». En aout 2018, au Danemark cette fois, il
fustigeait « les Gaulois réfractaires au changement » à l’opposé du « peuple luthérien favorable aux
transformations » et en septembre 2018, il disait à un jeune chômeur qu’il suffisait de "traverser la
rue pour trouver un job ». Et au même moment, en venant inaugurer un incubateur de start-up sur le
site d’une ancienne gare, en plein cœur de Paris, il suffoquait tout le monde en disant qu’ « Une gare,
c’est un lieu où l’on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien". On pourrait en
ajouter bien d’autres à cette liste comme lorsqu’en janvier dernier, il voulait emmerder les Français
(non vaccinés). 
Il y eut aussi « le pognon de dingue mis dans les minima sociaux », « les premiers de cordée qu’il ne
fallait pas toucher pour ne pas voir tout le monde tomber avec. C’était déjà la théorie du
ruissellement qui coute si cher à la plus grande partie de la population française et notamment aux
plus pauvres d’entre eux 1 .
Et le voilà qui nous appelle à la sobriété puisque la France vivrait une grande bascule et que ce serait
la fin de l’abondance. Même apposés à la question énergétique, ces mots sont d’une violence inouïe.
Une fois encore, on nous explique que le Président est mal compris. Ah bon ! A d’autres… Nous
savons bien désormais que ces petites phrases sont tout sauf de petits écarts de langage. Elles sont
au contraire habilement calculées. N’oublions pas que celui qui laisse entendre que nous allons vivre
un hiver drastique est le même qui a refusé la taxation des superprofits des multinationales de
l’énergie qui va être mise en place via l’Union européenne 2 .
Moi qui est commencé ma prise de conscience politique au moment des crises de l’énergie de 1974
et 1979, je ne peux m’empêcher de me demander où est le loup ? Et de penser que c’est plutôt en
raison de l’inertie gouvernementale face au dérèglement climatique que nous en sommes là ou plus
exactement du refus de s’en prendre au plus gros pollueurs, la guerre en Ukraine n’est qu’un
révélateur ou plutôt un amplificateur.
Alors Mr Macron, il y a une chose sur laquelle on veut bien vous croire c’est quand vous dites : " En
démocratie, le pire ennemi, c’est le mensonge et la bêtise". Alors cessez de nous mentir et de nous
prendre pour des imbéciles.

1 Voir le 16 ème baromètre Ipsos/Secours populaire
2 Cela m’amène à rappeler qu’à plusieurs reprises, c’est bien la France qui s’est opposée à la mise en place d’une taxation sur les
transactions financières au niveau européen, même à un taux très bas.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.