marie christine vergiat
Vice-Présidente de la LDH Députée européenne de 2009 à 2019
Abonné·e de Mediapart

60 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 nov. 2021

marie christine vergiat
Vice-Présidente de la LDH Députée européenne de 2009 à 2019
Abonné·e de Mediapart

Afghanistan : un « dérapage » révélateur sur l’asile

J'ai écrit cet article à la fin du mois d'août et malheureusement mes pronostics n'ont pas été démentis. On a même vu un préfet (en l'espèce, celui de la Manche) prendre contact avec les talibans pour tenter d'expulser un ressortissant afghan

marie christine vergiat
Vice-Présidente de la LDH Députée européenne de 2009 à 2019
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lors de son intervention du 16 août, Emmanuel Macron a osé dire qu’il fallait « se protéger des flux migratoires irréguliers importants ».

Qu’est-ce à dire dans une intervention consacrée à l’Afghanistan… Nous sommes malheureusement habitués à ce vocabulaire qui mélange tout notamment depuis 2015 mais jusqu’à présent, on nous disait qu’il fallait séparer les réfugiés (politiques) que l’on se doit accueillir et les autres migrants, dits économiques, qu’il faudrait renvoyer chez eux.

Peu importe que les chercheurs ne cessent de dire que cette dichotomie ne veut rien dire. Les mêmes ajoutent qu’il est bien difficile de séparer les différents motifs qui poussent à partir dans l’espoir d’une vie meilleure comme tant d’Européens l’ont fait à la fin du XIXème siècle et au début du XXème ...

Contrairement à ce que beaucoup de Français croient, la France a rarement été une terre d’accueil. De tous temps, l’asile a été accordé essentiellement en fonction de motivations avant tout diplomatiques et politiques. Aux lendemains de la 2ème Guerre mondiale, l’asile a ainsi été accordé aux Espagnols mais refusé aux Portugais. Salazar valait-il mieux que Franco ?  Et à la fin des années 70, les Zaïrois[1] fuyant la dictature de Mobutu n’ont pas eu droit à l’asile alors que les boat people fuyant des régimes…  communistes en ont largement bénéficié.[2]

Consolons-nous, on « protégera » ceux qui ont aidé la France ainsi que les Afghans les plus vulnérables. S’agissant des premiers, cela aurait dû être fait depuis longtemps[3] et pour les seconds, on peut se demander comment le choix sera fait. Quand on sait la façon dont les demandes d’asile sont examinées en France et les difficultés rencontrées par les personnes qui craignent pour leur vie depuis l’arrivée des Talibans à Kaboul., il y a de quoi être inquiet.

Tout cela ne présage rien de bon pour la campagne des élections à venir car, sur ces questions comme sur d’autres, Emmanuel Macron choisit clairement une ligne de campagne consistant à aller chercher des électeurs à droite, voire à l’extrême droite et toutes les surenchères sont donc possibles.

[1] La Zaïre était le nom porté par l’actuelle RDC entre 1971 et 1997 après la prise de pouvoir du général Mobutu

[2] Voir à ce sujet, l‘excellent livre de Karen Akoka : « L’asile et l’exil » - La découverte, novembre 2020

[3] Comme cela a été démontré par Quentin Muller, Brice Andlauer, dans : » Tarjuman, histoire d’une trahison française » publié en février 2019 chez Bayad

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte