marie christine vergiat
Vice-Présidente de la LDH Députée européenne de 2009 à 2019
Abonné·e de Mediapart

55 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 nov. 2021

A la pêche aux voix

J'ai écrit cet article fin septembre En quelques jours, Emmanuel Macron nous avait fait preuve d'une maestria remarquable pour dire tout et son contraire avec le seul objectif de pécher des voix tous azimuts Le pire étant que cela marche pour une partie de l'électorat

marie christine vergiat
Vice-Présidente de la LDH Députée européenne de 2009 à 2019
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce président est d’un cynisme sans doute inégalé.

Quasiment chaque jour, nous en avons un nouvel exemple. Je n’en prendrai que quelques-uns parmi les plus récents.

Début septembre, il se rend à Marseille pour ouvrir le Congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature et livre un discours vibrant, avec des trémolos dans la voix nous dit-on, dans lequel il annonce monts et merveilles pour après 2022 bien sûr. Ça, c’est pour les écolos…

Mais quelques jours plus tard, les amoureux de la nature découvrent avec stupéfaction quatre projets d’arrêtés publiés sur le site du ministère de la transition écologique pour consultation publique et dont l’objectif est d’autoriser le massacre de plus de 110 000 oiseaux sauvages. On peut parler de tueries quand la soi-disant chasse traditionnelle  se fait avec des instruments qui ne laisse aucune chance à ces pauvres volatiles de s’échapper : longs filets horizontaux tendus en plein champ, cages tombantes, filets rabattants ou lacets à nœud coulissant ; autant de procédés annulés par le Conseil d’Etat en juillet car non conformes aux exigences du droit européen relatif à la protection des oiseaux sans parler de la chasse à la glu dont l’illégalité a été dénoncée par la Cour de Justice de l’Union européenne. Ça, c’est pour les chasseurs.

Il est vrai que ce gouvernement se fait une spécialité de contourner les décisions de justice (voir par exemple ce qu’il en est de la circulation des drones et des contrôles de police).

On pourrait parler aussi de la panthéonisation de Joséphine Baker tout à fait louable en soi mais qui passe mal quand on sait que ce choix est avant tout fait pour bloquer les demandes visant à faire entrer au Panthéon Gisèle Halimi, coupable d’avoir trahi la France en défendant des membres du FLN. Ça, c’est pour les Pieds-noirs.

Et puis le voilà qui, sans vergogne, réunit 300 harkis à l’Elysée pour leur demander pardon au nom de la France et leur a annoncé le dépôt d’un projet de loi (Emmanuel Macron en annonce beaucoup en ce moment sans doute parce qu’il sait qu’ils n’ont aucune chance d’être adopté avant les élections présidentielles) par lequel la France leur accordera reconnaissance et réparation. Il ne s’agit pas de critiquer cette décision, il y a 60 ans qu’elle aurait dû être prise mais c’est l’hypocrisie qu’il y a derrière ce type de cérémonies qui donne envie de vomir.

L’esprit de balancier si cher au président de la République, le « en même temps » est plus que jamais à l’ordre du jour et il ne fait aucun doute que cela va se multiplier dans les mois qui viennent.

De quoi nous donner envie de boycotter l’actualité…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77