marie cosnay
Abonné·e de Mediapart

162 Billets

1 Éditions

Billet de blog 3 mai 2021

Sa lumière voyage encore

Le Dictionnaire de la Commune de Bernard Noël, écrit cent ans après l’événement, publié par Fernand Hazan en 1971, puis par Flammarion, ressort aujourd’hui, alors qu’on en a tellement besoin. Chez L’Amourier éditeur, collection Bio.

marie cosnay
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’ai une passion pour les noms propres, ceux qu’on perd, retrouve, les imprononçables, les mutilés. La première entrée du Dictionnaire de la Commune, de Bernard Noël, c’est Aab. J’aime infiniment commencer par le nom de ce briquetier élu capitaine de la garde nationale, condamné par le 3e conseil de guerre, à la déportation le 22 décembre 1871. Il est l’un des 7496 déportés, l’orthographe de son nom le place ici, inconnu et premier. 

Tout de suite après, trouver, à l'Action (quotidien politique), pas tant de l’action que le portrait littéraire de Lissagaray, auteur de L’histoire de la Commune. De Lissagaray j’aime la précision et les envolées lyrique et Bernard Noël fait, parlant de lui, ce que lui fait quand il parle de Malon, de Varlin, de Jourde et de Beslay : un personnage. Lissagaray, d’origine basque, cousin d’un député bonapartiste, qui pense contre sa classe et ses proches, amoureux (éconduit) d’une des filles de Karl Marx, Eleanor, et spécialiste de Musset. Il ne s’agit pas de dire la commune ou la mort, je vaincrai ou mourrai, il s’agit, tellement pragmatique, Lissagaray, et radical (et j’ai souvenir de son amertume : la Commune n’avait pas voulu prendre le contrôle de la banque), il s’agit de dire comment on va faire. Action, finalement. 

J’ouvre au milieu, sans tricher, sans chercher. Je tombe sur Fête : grande fête populaire que le peuple de Paris s’offrit et offrit au monde. Je vais d’entrées en entrées, dans le dictionnaire, dans la nouvelle et magnifique réédition que je viens de recevoir, à un moment où les fêtes  sont bel et bien en suspens. Le peuple prend la fête, la change en spectacle.

Comment ne pas penser à ce mouvement qui, depuis février 2019, rassemblait de vendredi en vendredi puis de mardi en mardi, le peuple d’Algérie dans les grandes villes du pays ? Le hirak, mouvement révolutionnaire,  pacifiste, révolution du sourire, forme libre et spectaculaire devait poursuivre ses conquêtes. Mais a dû céder la rue, provisoirement, scrupuleux et prudent.

On ne compare rien : la Commune a duré dix jours, la fête populaire a tourné en drame, le drame est mémorable, on a désespérément combattu, et follement, le drame a viré à la tragédie. On ne compare rien, sinon que les mouvements dont il est question, ici et là, n’en finissent pas, alors qu’ils sont, pourtant, arrêtés brutalement. Sinon qu'ils dépassent ce qu’ils ont été, ce qu'ils sont. 

La commune est autre chose que son contenu. « La Commune de Paris fut PLUS et AUTRE CHOSE qu’un soulèvement. Elle fut l’avènement d’un principe, l’affirmation d’une politique ». Dire que les choses qu’on n’a pas eues sont les plus belles, comme le faisait Flaubert (allez donc lire à  la page 369 du dictionnaire ce que pense le grand écrivain des Communards, « sanglants imbéciles » à qui il souhaite la chaîne au cou), c’est un truc de triste sire. En revanche, qu’un principe advienne, et qu’il faille en rester là, en suspens, un moment, afin de ne pas le crisper, et le recommencer ou inventer après lui, inachevé, un nouveau principe, c’est autre chose. 

Un journaliste, élu du conseil de la Commune, Arthur Arnould, dit quelque chose comme ça. À la page 59 du dictionnaire, Bernard Noël raconte le passionnant personnage qu’est Arthur Arnould, ses deux noms, ses deux vies, ou trois, ou plus, ses passions autogestionnaires, anarchisantes, son destin d’oublié malgré le deuxième nom des romans à succès et des essais sur le bouddhisme. 

Le dictionnaire de Bernard Noël, écrit cent ans après l’événement, publié par Fernand Hazan en 1971, puis par Flammarion, ressort aujourd’hui, alors qu’on en a tellement besoin. L’Amourier nous le redonne à lire, dans une très belle édition, frontispice d’Ernest Pignon Ernest, pour les cent cinquante ans de la fête tragique de 1871.

Au même moment, Bernard Noël, le 13 avril, à l’âge de quatre-vingt-dix ans, s’éteignait. Son travail, étayé par la lecture des ouvrages clefs, cités en préface, et des cent quarante et un journaux de la Commune, son travail veut « permettre au passé d’accomplir son retour dans le présent ». Si cela vaut pour cette révolution qui contient un sens qui la dépasse et laisse bien au-delà d’elle voyager sa lumière, cela vaut, c’est sûr, pour le grand poète qui a agencé l’abécédaire jongleur, de A à Z, sans achèvement ni clôture. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois