marie cosnay
Abonné·e de Mediapart

163 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 févr. 2021

Mugalari

Il est à quelques centaines de mètres de nous mais tout est si fermé, absurde et révoltant, la force publique exige qu’il quitte l’Espagne et la force publique empêche qu’il la quitte, un rien nous sépare mais ce rien résiste à tout, devant l’absurdité et avec la colère, jusqu’où aller ? Illégale réadmission en Espagne hier d'un mineur contrôlé en gare de Bayonne. Et ce qui s'ensuit.

marie cosnay
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après quatre ans de route, désert, tortures en arrivant en Algérie, quatre refoulements, du nord au sud de l’Algérie, du travail comme maçon sur un chantier turc à Tizi-Ouzou, du travail sur un chantier chinois à Alger, du travail sur un chantier à Oran, un passage compliqué à Maghnia, des courses-poursuites, du travail au Maroc, un départ de Laayoune, un moteur de bateau défectueux et des jours sur un bateau perdu au milieu de l’océan, une arrivée sur les îles Canaries, et, très rare en ce moment, un transfert car à Lanzarote, la Croix-Rouge l’a jugé particulièrement vulnérable, un peu de temps à Madrid, dans un centre, ce jeune homme, 16 ans et un extrait de naissance pour le prouver, essaie de passer la frontière à Irun.

Ses objectifs : la France, un certain département, où il a un ami,  des études en français puis du travail - car il le sait, comme en Algérie et au Maroc, il trouvera du travail.

Après plusieurs refoulements al caliente, il passe, prenant des risques, ce n’est rien à côté de ceux qu’il a connus entre l’Algérie et le Maroc, ou entre le Maroc et l’Espagne. N’empêche, il se blesse à la main. Il passe donc et le lendemain, en gare de Bayonne, à 11 heures, il attend sur le quai son train, billet à jour. Il est arrêté par un policier en civil. On le conduit au commissariat d’Hendaye, où on lui délivre une décision de réadmission.

On le réadmet en Espagne, le voici au commissariat d’Irun à 13h45. Il en sortira vers 22 heures le même jour. Avec une obligation à quitter l’Espagne dans les trois jours.

La décision française de réadmission en Espagne note la date de naissance du jeune homme, un jour du mois de janvier 2005. Le jeune homme est mineur, les policiers qui signent la décision, au nom du préfet, ne remettent pas cela en question. La même décision fait référence à tel l’article du CESEDA, c’est à dire au droit des étrangers, pour justifier le renvoi. Mais au CESEDA, en tant que mineur, le jeune homme n’est pas soumis. La décision de réadmission est donc invalide, personne pour la contester, du moins, pas tout de suite.

C’est un peu différent, je crois, de ce pour quoi, dans les Alpes Maritimes, le préfet a été condamné : ici, c’est en franchissant la frontière que le jeune homme est refoulé, pas après qu’il a demandé la protection d’un département.

 La nuit passe. Le jeune homme ne dort pas. Il envoie ce message dans la nuit. Il fait suivre le message du numéro de téléphone de son père.

tellement que je suis découragé de la vie à mon âge j'ai trop de soucis je n'arrive plus à dormir la nuit ça fait 4 jours que je n'arrive plus à dormir j'ai mal au cœur je veux quitter cette vie je vais mourir c'est difficile à expliquer mais j'ai pensé à ça si vous entendez que j'ai eu quelque chose que je ne suis plus dans ce monde je veux que vous contentiez mes parents, que vous donniez mes nouvelles à mes parents je suis sûr que un jour quelque chose il va m’arriver quelque chose parce que je n'arrive plus à supporter

Le matin, il ré-essaie. Il essaie de quitter l’Espagne, en effet, comme cela lui est, d’ailleurs, n’oublions pas, imposé. Il rate plusieurs fois, puis il passe. On ne dira pas comment : une fois encore, c’est en prenant des risques. Il se blesse encore. Il est très fatigué, il n'a pas dormi, il n’a pas mangé depuis la veille, tôt le matin. Il dit qu’il n’a plus de courage. Il a seize ans.

Nous allons  venir le chercher à Hendaye, qu’il ne bouge pas. Nous nous  précipitons, filmant le trajet, sans interruption, au cas où nous serions contrôlés. Nous ne franchirons aucune frontière, ce que nous faisons n’est en rien illégal. Nous avons honte pour l’Europe, d’abord, qui après les avoir supprimées pour ses ressortissants, a rétabli les frontières internes, et nous avons du chagrin, aussi. Nos enfances se sont déroulées ici, d’un côté et de l’autre, et c’était excitant que d’un côté et de l’autre ce soit à la fois le même pays, et pas du tout. Plus rien n’est ici excitant.

Nous arrivons à Hendaye, le jeune homme n’y est pas.

D’abord, il attendait avec les élèves à l’arrêt de bus, et nous nous en voulons de ne pas lui avoir donné le conseil de suivre les jeunes gens jusqu’au lycée. De ne pas lui avoir dit de s’enfermer dans les toilettes municipales. De ne pas lui avoir expliqué comment on fait, de la gare d’Hendaye, pour aller jusqu’à la porte de l’église.

Le jeune homme, nous attendant, est resté dans le parc. Un policier est venu le chercher sous l’arbre, dit-il au téléphone. Il pense avoir été dénoncé par quelqu’un. Il est donc de nouveau en Espagne.

C’est un moment crucial : nous communiquons avec lui au téléphone, il est à quelques centaines de mètres de nous mais tout est si fermé, absurde et révoltant, la force publique exige qu’il quitte l’Espagne et la force publique empêche qu’il la quitte, un rien nous sépare mais ce rien résiste à tout, devant l’absurdité et avec la colère, jusqu’où aller ? Pour moi, il n’est pas question de prendre certains risques, par exemple. Ni de ne pas honorer tel rendez-vous de l’après midi. Nommer son impuissance, ses limites.

Sous l’arbre : c’est parce qu’il est noir que le jeune homme a été contrôlé, arrêté, puis refoulé. Refoulement qui ne peut se contester puisque rien n’est notifié.

Du côté français, à Hendaye, à l’arrivée de chaque topo, les policiers sont là. Ils vérifient l’identité de chaque personne qui quitte le petit train. Ce sont les contrôles covid, puisqu’il faut vivre à trente kilomètres d’un côté ou de l’autre pour passer ici en ce moment. Les policiers attendent que le topo soit reparti pour aller s’asseoir dans leur voiture et boire des cafés. Le jeune homme est du côté espagnol, il demande, au téléphone, qu’on lui signale si les policiers, par hasard, font relâche. Ils ne font pas relâche. Le jeune homme reste dans le train qui repart vers Irun.

A la Croix-Rouge, à Irun, on soignera sa blessure. On lui conseille d’y rester un peu, si la Croix-Rouge accepte - car la Croix-Rouge n’accepte, en principe, que les primo-arrivants, c’est à dire des gens qui arrivent du sud de l’Espagne. Refoulé, il a mangé son droit de Croix-Rouge. Au moment où j’écris ces lignes, nous ne savons pas encore si la Croix-Rouge va faire une exception : peut-être, nous dit-on.

Outre un recours administratif pour attaquer la décision de réadmission invalide, qui servira aux autres et à l’idée que nous nous faisons de nos pays, du droit, des droits, que faire ? Pour ce jeune homme, pas grand chose. Il trouvera une manière de passer, sans doute en payant, la présence policière fait accourir les mafias, hélas.

Ou les passeurs, ceux qui font payer leur risque un prix convenable, et font bien le boulot.

On apprend que la Croix-Rouge ne fera pas d’exception. Il ne pourra pas y dormir ce soir.

Comme il semble loin, le temps des mugalari.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema