Il était une fois ... la crise de la dette.

Histoires à dormir deboutSyntagma, vitrine de la protestation à AthènesSur le pavé, les enfants gardent le sourire, mais ils jettent de temps en temps un regard angoissé à leurs parents, qui ne se nourrissent plus depuis quelques jours. Les réfugiés syriens à Athènes, ceux qui ont réussi à mettre pied en Grèce, se sont rassemblés sur le trottoir en face de Syntagma, le Parlement grec, et ils ont entamé une grève de la faim pour réclamer un statut de réfugiés et des conditions d’accueil qui préservent leur dignité.

Histoires à dormir debout

Syntagma, vitrine de la protestation à Athènes

Sur le pavé, les enfants gardent le sourire, mais ils jettent de temps en temps un regard angoissé à leurs parents, qui ne se nourrissent plus depuis quelques jours. Les réfugiés syriens à Athènes, ceux qui ont réussi à mettre pied en Grèce, se sont rassemblés sur le trottoir en face de Syntagma, le Parlement grec, et ils ont entamé une grève de la faim pour réclamer un statut de réfugiés et des conditions d’accueil qui préservent leur dignité.Au moins, ils réclament le droit d’aller poser une demande auprès d’un état plus organisé, Allemagne, Belgique, Suède.

Le temps est gris mais surtout il fait froid. Les 595 femmes de ménage licenciées du Ministère de l’économie, qui entament leur 205ème jour d’occupation du trottoir devant le ministère, sont venues hier manifester leur soutien, une fois de plus.

Paupérisation, exclusion des pauvres et des gens fragiles, vieux, malades, handicapés, enfants, migrants, réfugiés de guerre... Chômage de près de 30%, baisse du PIB de 26% en 4 ans, perte de l’accès à toute couverture de santé pour les deux tiers de la population, dégradation de l’éducation publique. Au nom de la doxa économique, la crise de la dette permet de justifier des choix politiques inspirés et soutenus par les institutions européennes et la Troïka. 

Billet après billet, je vous invite à décrypter ces contes à dormir debout.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.